L'équation magique pour apprendre le russe

L’équation magique pour apprendre le russe

Faites-le test : dites à une personne de votre entourage que vous voulez apprendre le russe et je vous garantis le résultat. 9 fois sur 10 c’est stupeur et tremblements. Voire panique !
« Bon courage », « Woooh, c’est une langue slave c’est super dur », « Il paraît qu’il y a des déclinaisons », « Ça ressemble vraiment pas au français… ».
J’en passe et des meilleures.

Note de Pierre : cet article invité vous est proposé par Adrien du blog russe-facile.fr, consacré comme son nom l’indique à l’apprentissage de la langue russe. J’avais fait la connaissance d’Adrien à la Polyglot Gathering 2016, je suis heureux de pouvoir collaborer avec lui sur ce tout premier article sur le russe (il était temps).

Vous l’aurez compris, vous n’allez pas démarrer votre apprentissage du russe sous un tonnerre d’encouragements la plupart du temps.
C’est bien dommage car apprendre le russe c’est plus facile que vous ne le pensez : c’est une question de méthode.

Voyons comment faire immédiatement !

C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe

Le secret c’est qu’il n’y en a pas.
Ce sont les méthodes d’apprentissage les plus simples qui fonctionnent le mieux. Que ce soit pour le russe ou…
n’importe quelle autre langue !
Et c’est uniquement en suivant ces méthodes que vous maîtriserez le russe correctement.

Je sens que vous brûlez d’impatience alors voyons tout de suite de quelles techniques il s’agit.

La répétition est la mère de l’apprentissage

La première est simple comme bonjour mais pas si facile que ça à mettre en œuvre :

A la base de tout apprentissage il y a la répétition. Certains ont besoin de répéter plus que d’autres. Mais c’est valable pour tout le monde : la répétition est la mère de l’apprentissage.
Mais quoi de pire que de répéter quelque chose que vous détestez. Si l’apprentissage du russe se transforme en corvée infernale, très vite vous allez être démotivé et vous finirez par abandonner. Rapidement même.

Prenez du plaisir !

C’est dommage car vous devez savoir ceci. Vous n’êtes pas productif, sur le moyen et le long terme, si vous n’avez pas un minimum de plaisir à apprendre.
Souvenez-vous quand vous travailliez en dernière minute à l’école ou pendant vos études pour avoir une note correcte le lendemain. Ça marche mais une semaine ou 2 plus tard vous aviez déjà tout oublié.
J’en vois à qui ça rappelle des souvenirs ! 😉 Et c’est exactement ce qu’il faut éviter.

C’est donc mon meilleur conseil : faites du russe 30 minutes par jour, c’est 100 fois plus efficace que 3 ou 4 heures une fois par semaine. Mais vous devez vous y tenir. Car vous assimilerez bien plus rapidement et surtout vous vous ne vous dégoûterez pas de cette fabuleuse langue.

L’équation magique pour apprendre le russe

L’équation magique c’est : répétition + plaisir = résultats (impressionnants).
C’est en apprenant comme ça que vous pourrez faire mentir votre entourage qui pense qu’apprendre le russe, c’est mission impossible !
Regardez comme les russophones apprennent le français : ils sont très bons pour l’apprentissage par la répétition et notamment pour la grammaire. Du coup ils progressent rapidement et leur grammaire est souvent « impeccable ». Sans parler du vocabulaire. Car ils sont très méthodiques dans leur apprentissage.

Drapeau russe

Choisissez une méthode d’apprentissage du russe DIGNE de ce nom (et non, ce n’est sûrement pas celle que vous avez déjà chez vous)

Il y a des critères bien spécifiques pour choisir une méthode pour apprendre le russe. Je les mets en avant sans cesse sur ma chaîne YouTube.

Je vois très souvent des apprenants qui font les mêmes erreurs que moi en commençant leur apprentissage du russe.

Les critères déterminants pour choisir une bonne méthode d’apprentissage

Quand vous choisissez une méthode pour apprendre le russe voici des critères à avoir en tête :

  1. Utilisez une méthode qui donne sys-té-ma-ti-que-ment la prononciation en AUDIO à côté du mot en russe + la transcription phonétique en alphabet latin.
    Typiquement, si vous achetez un livre d’apprentissage du russe à la FNAC ça ne sera malheureusement pas le cas.
  2. Beaucoup de méthodes vous compliquent la tâche en jargonnant au possible, ce qui les rend peu compréhensibles. Surtout si vous n’avez jamais fait de linguistique.
    Ça a l’air un peu gros dit comme ça mais ouvrez 2 ou 3 méthodes d’apprentissage du russe dans votre librairie préférée et vous allez vite comprendre… que la moitié des phrases sont imbitables sans votre ami google.fr.
    Au passage c’est tout à fait scandaleux. Une méthode est faite pour ses utilisateurs, pour VOUS et NON pour ses auteurs. Surtout si elle est destinée aux débutants ! C’est le syndrome des profs enfermés dans leur tour d’ivoire.
  3. Au niveau de la grammaire : impossible de faire l’impasse en russe sur les déclinaisons. En revanche commencez par les déclinaisons des noms puis celles des pronoms personnels puis celles des adjectifs etc.
    Il faut toujours débuter par l’essentiel. Ça paraît bête dit comme ça mais c’est vital pour progresser.
  4. Concernant le vocabulaire, prenez une méthode qui se focalise sur les mots essentiels. Idéalement les 500 mots plus courants en russe. Pour commencer ça suffit amplement !
  5. Evidemment il vous faut aussi une méthode qui donne les corrigés des exercices. Ça paraît basique mais ce n’est pas toujours la règle… Loin de là !

Mais comment faire le bon choix au final ?

 Vous l’avez compris : difficile de trouver une méthode qui remplit tous ses critères. Donc choisissez celle qui s’en rapproche le plus.

Soyez sûr que votre progression en russe en sera plus rapide 🙂. Et ce sera plus agréable pour vous.
Je vous propose maintenant de « casser les reins » au mythe de la langue russe « impossible à apprendre car c’est une langue slave et de toute façon ça ne ressemble pas au français et il y a des déclinaisons » !

Eglise orthodoxe

Le russe, c’est dur ?

Oui et non. Vous allez être déçu mais je n’ai pas de réponse « absolue ». La réponse est relative. Et dépend de plusieurs choses :

Vous progresserez plus rapidement en russe si vous connaissez déjà ça

Si vous maîtrisez déjà d’autres langues étrangères ça ira plus vite. Surtout si vous connaissez une autre langue slave. Tant au niveau de la prononciation, du vocabulaire, de la grammaire et de la syntaxe. Si vous maîtrisez l’allemand le système des déclinaisons en russe sera plus facile à comprendre pour vous.

Mais n’oubliez jamais que ces connaissances ne sont rien si vous n’apprenez pas régulièrement. C’est vraiment la clé pour progresser en russe. Quelles que soient vos bases.

Personnellement, ma maîtrise de l’anglais m’a aidé pour appréhender le système des temps en russe (imperfectif – perfectif). L’allemand m’a apporté un soutien précieux pour les déclinaisons.

L’alphabet cyrillique, c’est long à apprendre ?

De plus souvenez-vous de ceci : l’alphabet cyrillique n’est PAS difficile à apprendre. Avec un apprentissage régulier c’est l’affaire de quelques semaines. Alors, bien sûr, au début vous allez lire lentement mais petit à petit votre vitesse de lecture va s’accélérer. On se fait toujours une montagne de l’alphabet mais ce n’est pas un obstacle majeur pour apprendre le russe. Loin s’en faut !

Quand le russe est plus facile que le français

Quant à la prononciation en russe, c’est une bonne nouvelle : chaque lettre correspond à un son donné. Et toutes les lettres se prononcent. Donc si vous connaissez la prononciation de chaque lettre de l’alphabet, à peu de choses près, vous saurez prononcer tous les mots en russe avec un peu d’exercice. Et pas de surprises comme en français, où certaines consonnes ne se prononcent pas ou une même lettre a… plusieurs prononciations.

Bien connaître le français pour apprendre le russe est indispensable

De plus sachez qu’il est indispensable de bien connaître votre langue maternelle pour la grammaire et la syntaxe. Sinon vous risquez d’être freiné : vous aurez du mal à comprendre les règles de grammaire. Car peu de gens vous le disent : s’ils ont du mal à comprendre la grammaire en russe c’est parce qu’il maîtrise mal celle… du français. Bien sûr ce n’est pas un reproche mais une simple constatation. A vous d’en tirer vos propres conclusions.
Donc pour apprendre le russe il faut étudier un minimum, régulièrement, et surtout vous faire plaisir !

Mais alors, pour prendre un raccourci est-ce que la meilleure solution ne sera pas d’aller en Russie ?

Question bonus : faut-il absolument aller en Russie pour apprendre le russe ?

Oui, aller en Russie étudier le russe, un semestre par exemple, est une excellente idée pour progresser. Pour l’avoir fait à l’Université d’Etat de Moscou (MGU) je parle en connaissance de cause. Mais je tiens à vous avertir.
Ce n’est pas une recette miracle car tous les conseils que je vous ai donnés plus haut restent valables. J’ai vu des Français faire peu de progrès en russe car ils étaient avec leurs compatriotes toute la journée. Et suivaient à moitié les cours…

Et le budget nécessaire, sans compter qu’il faut avoir du temps, est important. Si vous restez 6 mois et prenez des cours particuliers vous arriverez vite à 10 ou 15 000 euros.
Une dernière astuce : dans la mesure du possible choisissez de vivre chez l’habitant. C’est idéal pour progresser rapidement même en partant de zéro car vous sortirez de votre zone de confort. J’en suis la preuve vivante ^^

Et vous comment apprenez-vous le russe ? Dites-le dans un commentaire ci-dessous 🙂

Cette entrée a été publiée dans Focus, et marquée avec , le par .

À propos Adrien

Adrien Jourdan est polyglotte et passionné par les langues étrangères (français – anglais – allemand – russe). Il partage ses connaissances sur YouTube et ses différents blogs avec un enthousiasme communicatif et une grande pédagogie. Adrien adopte une approche concrète et pratique de l’apprentissage des langues étrangères : importance de la prononciation – régularité et plaisir dans l’apprentissage notamment. Sans bien sûr délaisser la grammaire !

8 réflexions au sujet de « L’équation magique pour apprendre le russe »

  1. Serbero

    Un article qui tombe à point nommé au moment où je réfléchis à ma stratégie pour le russe pour l’année à venir! Mais je dois avouer qu’une bonne partie des conseils sont en fait applicables à toutes les langues. Une question cependant: quelles solutions privilégier pour partir quelques moins en Russie? Adrien parlait de son expérience à Moscou… est-ce qu’on pourrait en savoir plus?

    1. Adrien

      Bonjour Serbero,

      Oui tout à fait tu as raison. Ce sont des conseils applicables à toutes les langues.
      Pour aller en Russie tout simplement je te conseille de prendre des cours à la MGU. L’enseignement est de très bon niveau. Un peu à l’ancienne mais très efficace.
      J’ai fait un article à ce sujet que tu peux consulter ici : http://russe-facile.fr/cours-de-russe-mgu-moscou
      Essaye de maîtriser l’alphabet au moins avant de partir – ça te facilitera la vie.

      Adrien

      1. Serbero

        Merci pour ta réponse et pour le lien!
        En ce qui me concerne, je suis loin d’être débutant en russe: ça fait deux ans et demi que je l’apprends à la fac, en LEA. Je dois être au niveau B1 environs, ce qui est pas mal mais j’ai beaucoup de manques à combler, à commencer par le vocabulaire, ce qui me frustre beaucoup.
        Du coup, l’alphabet ne serait pas mon premier soucis 🙂 Je suppose que la MGU ne donne pas que des cours au débutants?

  2. Clément

    Salut Adrien,

    J’ai appris les bases du russe pendant deux ans (même si j’ai mis cette langue entre parenthèses depuis).
    Memrise était un des outils qui m’avait beaucoup aidé (et surtout ce cours : http://www.memrise.com/course/173195/top-10000-words-part-1/).
    Grâce à ce site, l’utilisateur révise du vocabulaire à l’écrit comme à l’oral, au moment le mieux adapté pour que le mot reste gravé dans sa mémoire.

    Je suis d’accord avec toi : le russe est une langue simple dans plusieurs domaines (le genre des mots qui est souvent donné par la terminaison, par exemple), mais le fait qu’elle soit une langue slave la rend tout de même plus compliquée à apprendre que l’espagnol, l’italien… (à mon avis, du moins).

  3. Adrien

    Salut Clément,

    je suis entièrement d’accord avec toi. Comme la plupart des racines ne sont pas communes avec la langue française la mémorisation est plus lente. Même si évidemment avec des bons outils on arrive bien mieux tout en conservant sa motivation (Memrise, que tu cites, en fait partie).

    Bonne soirée.

  4. Boit

    Toutes mes félicitations cousin c’est chouette tes explications très claire et surtout LE point important qu’aucune éducation ne tient compte c’est la notion de Plaisir!
    Comment apprendre ou faire autre chose si l’on éprouve aucun plaisir à le Faire?
    A FAIRE MÉDITER AU MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE!!
    A plus
    Bapt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *