Apprendre le polonais : À la découverte de la deuxième langue slave la plus parlée au monde

Par Julien

16 décembre 2020

Cela fait maintenant trois ans que j’apprends le polonais avec assiduité suite à ma rencontre avec Kasia lors de son Erasmus en France. L’apprentissage n’a pas été simple, mais après de nombreux voyages de plusieurs mois en Pologne, je souhaite vous faire découvrir cette magnifique langue intrigante et encore méconnue que j’ai appris à aimer au fil du temps.

Note de Pierre : cet article vous est proposé par Julien et Kasia, créateurs du blog Polonais facile.

Pourquoi apprendre le polonais ?

Quand vous dites que vous apprenez le polonais, il n’est pas rare d’entendre « Mais pourquoi faire ? Il n’y a qu’en Pologne qu’on parle polonais et en plus ils parlent bien anglais là-bas ».

Pour répondre à cette idée reçue, il faut savoir qu’en plus d’être parlée par 38 millions de Polonais, la diaspora polonaise est présente partout dans le monde.

Cela représente un total d’environ 55 millions de personnes et en fait ainsi la deuxième langue slave la plus parlée dans le monde après le Russe.

Par ailleurs, il s’agit d’une véritable porte d’entrée vers les autres langues slaves comme le tchèque ou le slovaque (ex : dzień dobry qui signifie Bonjour en polonais se dira dobrý den en Slovaque).

Pour être tout à fait transparent avec vous, il est vrai que la jeune génération parle bien anglais et que vous pouvez vous débrouiller en Pologne sans connaître la langue.  Alors pourquoi apprendre le polonais me diriez-vous ?

Si vous avez des origines polonaises, il s’agit d’un bon moyen pour se reconnecter avec la langue de vos parents ou grands-parents afin de mieux les comprendre voire de retrouver de la famille éloignée !

Les autres raisons les plus courantes sont le fait d’être expatrié en Pologne ou en couple franco-polonais. Après, rien ne vous empêche par curiosité ou par goût du challenge d’apprendre le polonais. Cela fera toujours son petit effet lorsqu’on vous demandera quelles langues vous connaissez. Par exemple, à titre personnel, lors d’entretiens d’embauche, j’ai remarqué que c’était toujours le polonais qui attisait le plus la curiosité de mes interlocuteurs.  

Enfin, si vous voyagez en Pologne, vous vous attirez beaucoup plus facilement la sympathie des polonais en faisant l’effort de parler leur langue. Cela est d’autant plus vrai si vous vous trouvez en dehors des grandes villes.

La basilique Sainte-Marie située sur la place du marché de Cracovie, Rynek Główny en polonais

Caractéristiques de la langue polonaise

Une langue imprononçable ?

Lorsqu’on n’est pas habitué, un texte écrit en polonais peut vite vous piquer les yeux. Autant de consonnes partout qui peuvent à première vue sembler impossibles à prononcer.

Cette petite vidéo humoristique sur le personnage de Grzegorz Brzęczyszczykiewicz tirée du film Comment j’ai provoqué la Seconde Guerre mondiale de Tadeusz Chmielewski ne doit pas vous faire peur. Rassurez-vous, tous les mots polonais ne sont pas aussi difficiles que ça.

Découvrons ensemble comment prononcer le polonais :

L’alphabet polonais est composé de 32 lettres, 9 voyelles, 23 consonnes et 11 digrammes :

a, ą, b, c, ć, d, e, ę, f, g, h, i, j, k, l, ł, m, n, ń, o, ó, p, r, s, ś, t, u, w, y, z, ż, ź

Voyons ensemble à quoi cela ressemble :

À la différence de l’alphabet français, on remarque que certaines lettres polonaises présentent des signes particuliers :

  • une cédille employée sur 2 voyelles nasales, les lettres ą et ę prononcées  « on » et « ain » ; 
  • un accent ou un point sur les lettres ć, ń, ó, ś, ż, ź que l’on prononce respectivement « tchi », « gni », « ou », « chi », « j » et « gi » ;
  • une barre pour la lettre ł prononcée « wou » comme dans le mot « oui ».

L’une des caractéristiques du polonais est l’emploi de certains sons par l’association de 2 lettres formant un digramme. Le polonais en compte 11 :

ch, cz, dz, dż, dź, rz, sz, ci, ni, si, zi

Cliquez sur l’extrait audio ci-dessous pour découvrir leur prononciation :

En polonais, l’accent tonique se place toujours sur l’avant dernière syllabe des mots. Cela simplifie bien les choses.

Allez, pour s’amuser un peu, maintenant que vous avez vu la prononciation de l’alphabet, essayez de prononcer la phrase suivante :

Chrząszcz brzmi w trzcinie w Szczebrzeszynie.

un coléoptère chante sur un roseau à Szczebrzeszyn.

Si vous y arrivez, chapeau ! En effet, il s’agit de la première phrase du poème Chrząszcz (« Le coléoptère »)  écrit par Jan Brzechwa et réputé comme étant  l’un des textes les plus difficiles à prononcer en polonais. C’est l’équivalent si vous voulez de nos « chaussettes de l’archiduchesse ».

Le palais Łazienki, à Varsovie.

Le polonais, une langue difficile ?

Selon le classement MosaLingua de 2017 des langues les plus difficiles à apprendre, le polonais se classe 8ème.

On l’a vu tout à l’heure, la prononciation du polonais demande de la patience et de la pratique. Pour ne rien vous cacher, c’est l’un des plus gros obstacles que j’ai rencontrés au début de mon apprentissage. Il faut beaucoup s’accrocher mais à force de pratique on finit par s’y habituer.  Cela deviendra beaucoup plus naturel pour vous.

Quelles sont les autres principales difficultés de la langue polonaise ? Sont-elles vraiment insurmontables ?

Des déclinaisons partout

La grammaire polonaise est composée de 7 cas à décliner (le nominatif, le datif, l’accusatif, le génitif, l’instrumental, le locatif et le vocatif). Cela peut être assez déroutant pour quelqu’un qui ne serait pas familier avec  une langue à déclinaisons, comme l’allemand par exemple.

Tout se décline littéralement en polonais, les noms, les adjectifs, les pronoms, les nombres et même les prénoms. On peut vite attraper un mal de crâne  à vouloir essayer de tout retenir par cœur. Pour vaincre cette difficulté, il vaut mieux selon moi comprendre d’abord le fonctionnement des cas, comment les phrases sont construites, quel cas est utilisé et pourquoi.

Ensuite, le plus simple est d’avoir en tête des phrases d’exemple pour chaque type de cas. Vous obtiendrez ainsi des automatismes qui vous guideront pour construire vos propres phrases et les décliner correctement. Naturellement, vous ferez beaucoup de fautes au début et c’est bien normal, mais à force de vous exercer et d’entendre les phrases utilisées dans la vie quotidienne, vous finirez par mémoriser les schémas d’utilisation des cas et à en venir à bout. Toutefois comme je le disais pour la prononciation, il vous faudra du temps et de la patience. N’abandonnez donc pas trop vite !

Une langue avec 3 genres

Il existe 3 genres différents en polonais : le masculin, le féminin et le neutre. Pour rendre la chose encore plus sympa, certains noms masculins en français sont féminins en polonais et vice versa (ex : kawa qui signifie «un café » est ici au féminin).

Remarquez également que contrairement au français, il n’y a pas d’articles en polonais. Dans l’exemple précédent « un » est déjà inclus dans la terminaison de « kawa ». Autre particularité un peu déroutante, certains noms n’existent qu’au pluriel. Vous ne trouverez jamais en polonais la version au singulier de « la porte » mais uniquement sa forme au pluriel « drzwi ».

Pas de panique, dans 80 % des cas, il est assez facile d’identifier le genre. Cela est  particulièrement vrai pour les noms où la plupart du temps et à quelques exceptions près les noms masculins se terminent par une consonne, les noms féminins finissent par un « a » ou un « i » tandis que les neutres se terminent par « o », « e », « ę » ou « um ». Vous voyez donc que cela n’a rien d’insurmontable.

L’aspect verbal pour deux fois plus de plaisir

En polonais, les verbes présentent une caractéristique particulière : l’aspect.

De quoi s’agit-il exactement ? Chaque verbe existe sous deux aspects différents : l’imperfectif si l’action est en cours et non terminée tandis que le perfectif traduira l’idée d’un accomplissement où l’action est conçue comme si elle avait un terme final.

  • Ktoś dzwoni : Quelqu’un appelle. L’accent est mis sur le déroulement de l’action au moment présent. Ici la conjugaison de l’imperfectif forme le présent.
  • Gdzie można zadzwonić ? : « Où peut-on téléphoner ? »  Le verbe « téléphoner » est vu comme ayant un terme. En effet, la question indique ici que la personne souhaite téléphoner mais que cet appel sera limité dans le temps. La personne passera ensuite à autre chose. L’appel ne va pas durer éternellement. Puisque probablement cet appel aura lieu dans un futur proche, vous pouvez le deviner, le perfectif peut également être utilisé pour produire le futur (ex : zadzwonię później : Je t’appellerai plus tard).

Pour les distinguer, le perfectif présentera souvent un préfixe traduisant cette notion de limite et donc d’action terminée ou conçue comme ayant une limite dans le temps. Dans l’exemple précédent, le préfixe za est utilisé.

Un vocabulaire riche en consonnes mais avec quelques bonnes surprises

Il ne vous a pas échappé que beaucoup de mots polonais présentent énormément de consonnes avec toutes leurs variantes de ‘z’, de ‘y’, d’accents, de points et autres joyeusetés. Cela pourrait alors vous donner l’impression que la mémorisation de chaque mot est une véritable épreuve.

Cela n’est pas vraiment le cas. Personnellement après m’être habitué à la prononciation polonaise, les mots m’ont semblé beaucoup plus simples à retenir qu’au tout début de mon apprentissage. Toutefois, il m’est parfois encore nécessaire de demander comment s’écrit un nouveau mot lorsque je l’entends pour la première fois. Cela m’aide ensuite à mieux visualiser sa prononciation et par ricochet à me l’approprier.

Une chose qui m’a beaucoup surpris est l’étonnante proximité d’un grand nombre de mots polonais avec le français. Ils semblent avoir été « polonisés ». Je suis sûr que je n’ai pas besoin de vous traduire les mots aparat fotograficzny, parapet, etui na telefon, musztarda ou encore taboret. Vous voyez que sans le savoir vous connaissez des mots polonais !

Autre anecdote intéressante, si vous vous promenez à Varsovie, outre la statue de Charles de Gaulle devant un rond-point qui porte son nom, vous retrouverez également l’influence française au cœur même de certains quartiers comme Żoliborz, Marymont, Mokotów  qui dérivent respectivement de « joli bord », « Mont de Marie » (d’après la femme française du roi Jan III Sobieski.) et « Mon Coteau ».

Enfin, un dernier aspect de la langue polonaise concerne l’énorme usage de diminutifs dans les mots mais surtout dans les prénoms eux-mêmes. Par exemple Kasia, Gosia, Kuba, Ola pour Katarzyna, Małgorzata, Jakub et Aleksandra (anciennement prononcé Oleksandra).

Le parc Łazienki et sa statue de Frédéric Chopin.

Comment apprendre le polonais ?

Quelques conseils

1- Rendez votre apprentissage ludique

Pour garder la motivation d’apprendre régulièrement le polonais, il faut que vous y preniez du plaisir. Pour cela, je vous encourage à varier les supports d’apprentissage. Je vous recommande les applications mobiles comme Drops, Busuu et Mondly mais aussi les livres à double traduction que vous pouvez trouver dans certaines librairies spécialisées (je vous conseille la Librairie Polonaise de Paris).

Privilégiez dans un premier temps les livres pour enfants ou les pièces de théâtres puis quand vous aurez atteint un certain niveau, vous pouvez relire des livres que vous connaissez bien en Français mais dans leur version polonaise. Une autre astuce que j’utilise est d’apprendre le vocabulaire en faisant des mots mêlés que vous pouvez trouver dans les duty free des aéroports polonais.

Si vous souhaitez apprendre tout en passant un bon moment, je vous invite à télécharger le plugin Language Learning with Netflix qui vous permettra de regarder votre série favorite avec des sous-titres polonais. Sachez que les doublages des films en Pologne ont la particularité un peu déroutante d’ajouter la même voix off sur les répliques originales des acteurs.

2- Immergez-vous au maximum dans la langue

Vous pouvez par exemple écouter la radio polonaise en ligne (RMF FM étant la plus populaire) ou regarder les informations sur la chaine de télévision internationale (TVP Polonia).

Cela vous permettra d’écouter gratuitement des locuteurs natifs. Si vous avez des proches polonais, demandez-leur de vous parler en polonais pour des actions simples.

3- Faites un maximum d’erreurs 

Parlez, trompez-vous, n’ayez pas peur et foncez. Que vous alliez en Pologne ou que vous rencontrez un Polonais ou bien même tout seul chez vous, entraînez-vous à exprimer votre pensée en polonais.

Soyez actif et non passif dans votre apprentissage. Vous serez ainsi de plus en plus en confiance pour oser parler la langue en public.

4- Faites simple au début

Ne cherchez pas au début à connaître toutes les déclinaisons des 7 cas par cœur. N’apprenez pas des listes de 5000 mots de polonais dans un délai très court. Privilégiez la mémorisation des mots simples, basiques et des phrases utiles au quotidien.

A mes débuts, j’étais très enthousiaste et je voulais me lancer à fond en faisant 2h par jour. Résultat, je m’embrouillais l’esprit et j’avais l’impression de ne pas progresser assez rapidement. Je ne me donnais pas assez de temps pour pratiquer ce que je venais d’apprendre. Il vaut donc mieux faire plusieurs petites sessions régulières et les mettre en pratique le plus tôt possible. L’apprentissage du polonais demande de la constance et de la patience.

Nous espérons vous avoir donné l’envie d’aller plus loin en partant à la découverte du polonais qui loin des idées reçues vous offrira une ouverture sur le monde slave.

Avez-vous déjà essayé d’apprendre le polonais ? Si oui quelles étaient pour vous les principales difficultés que vous avez rencontrées ? Dites-le nous en commentaire.

Julien

Suite à ma rencontre avec Kasia lors de son Erasmus à Lyon il y a 3 ans, je me suis mis à apprendre le Polonais avec passion. Cela n’a pas été sans peine au début. C’est pourquoi nous avons décidé ensemble de créer un blog et une chaîne YouTube afin de rendre cette langue d’apparence difficile plus accessible au public francophone. Nous souhaitons rendre l’apprentissage du polonais ludique et adapté aux situations rencontrées dans la vie quotidienne.

Ces articles vous intéresseront aussi

Les trois groupes de verbes en italien (+ le présent de l’indicatif)
Apprendre le japonais : le grand dossier pour bien démarrer
Pourquoi l’anglais n’est pas aussi simple que vous le pensiez
Commencer à apprendre le chinois : le guide complet pour un démarrage rapide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

  1. « Mais pourquoi faire ? Il n’y a qu’en Pologne qu’on parle polonais et en plus ils parlent bien anglais là-bas ». J’ai entendu cette phrase avec d’autres langues des dizaines de fois

    Si les gens savaient à quel point apprendre une langue permet de découvrir une toute autre dimension du pays!

  2. Merci Julien vraiment j'apprécie énormément cette langue et surout la Pologne.
    Je trouve aussi qu'apprendre cette langue est pour découvrir ce merveilleux pays aussi y travailler là-bas.

{"email":"Adresse e-mail invalide","url":"Adresse du site invalide","required":"Champ requis manquant"}

Rejoignez mes contacts ​pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution

+ la formation gratuite "25 techniques pour apprendre votre vocabulaire" ​