Par Pierre

5 avril 2014

toefl logo

Si vous êtes étudiant, le TOEFL (Test of English as a Foreign Language) constitue un précieux atout pour partir à l’étranger et, plus généralement, pour enrichir votre CV et faciliter votre entrée dans la vie professionnelle.
Malheureusement, l’examen effraie de nombreux étudiants qui, pensant bien faire, engloutissent des fortunes dans des préparations, parfois hors de prix : livres, sites internet, voire cours particuliers. Cette semaine, Le Monde des Langues vous livrera tous les secrets pour préparer le TOEFL gratuitement, sans bouger de chez vous.

Le TOEFL, qu’est-ce que c’est ?

Le TOEFL est un test d’anglais géré par ETS (Educational Testing Service), un organisme privé américain. Il existe actuellement deux versions du TOEFL : le Paper-Based Test (PBT) et l’Internet-Based Test (iBT). Comme la version papier du test est en voie de disparition, cet article ne parlera que de l’iBT.
L’Internet-Based Test, comme son nom l’indique, est effectué au moyen d’un ordinateur, dans un centre agréé par ETS.

Pourquoi le TOEFL fait peur

Le TOEFL est un examen coûteux : 240$ (environ 170€) d’après le site d’ETS. Pour une bourse d’étudiant, ce n’est pas rien. Ensuite, les conditions dans lesquelles se déroule le test rajoutent une pression dont on se passerait bien : il faut s’inscrire à une date précise et se rendre dans un centre, ce qui peut être contraignant pour certaines personnes habitant loin des grandes villes. En cas d’échec, les frais engagés ne sont pas remboursés et il faut recommencer toute la procédure d’inscription.
De plus, le fait de se retrouver seul face à un ordinateur, en temps limité, avec un exercice exigeant de s’enregistrer avec un micro, a de quoi déstabiliser.

Plus qu’un mauvais niveau d’anglais, ce sont ces raisons qui poussent les candidats au TOEFL à payer pour des formations annexes. Or, sachez que le site d’ETS met à la disposition de tous les candidats, gratuitement, un certain nombre de ressources qui, à mon sens, suffisent largement à préparer l’examen dans de bonnes conditions.
Du point de vue du niveau d’anglais demandé, j’ai trouvé le TOEFL relativement facile. La difficulté de l’examen réside donc davantage dans les contraintes de temps et les conditions de test très particulières, notamment pour la partie orale. Comme disaient mes professeurs de terminale : « un examen, ça se prépare ». Tout est dit, si vous prenez le temps de vous préparer correctement à faire les exercices demandés, c’est déjà dans la poche !
Vous trouverez le détail de ces exercices dans les prochains paragraphes. Mémoriser la structure de l’examen vous permettra de ne jamais être surpris et de garder la tête froide d’un bout à l’autre du test.

anglais toefl

Structure de l’examen

Passer le TOEFL prend environ une demi-journée et l’examen se divise en quatre parties de longueur inégale.

I. Reading (60-100 minutes)

Il s’agit de lire entre trois et cinq textes portant sur des sujets divers, susceptibles d’être abordés dans le cadre d’un cours universitaire. Ensuite, il y a trois types de questions :

  • QCM : très basique, il suffit de choisir une réponse parmi les quatre proposées.
  • Replacer la phrase : ici, une phrase vous est proposée, il faut lui choisir un emplacement dans le texte, chaque emplacement possible étant représenté par un carré sur lequel il est possible de cliquer.
  • Reconstituer un résumé : plusieurs phrases vous sont proposées, vous devez cliquer dessus pour les faire apparaître dans un cadre et, ainsi, former une sorte de résumé du texte.

Commentaire : à mon avis la partie la plus facile, sa position en début d’examen permet de se mettre en jambes. Il suffit d’être attentif et de bien vérifier ses réponses.

II. Listening (60-90 minutes)

Ici, il faut écouter plusieurs fichiers audio (environ six) puis répondre à des questions. Il existe deux types de fichiers : des conversations entre des étudiants ou des professeurs et des extraits de cours. Il n’est pas possible d’écouter plus d’une fois un fichier audio, alors restez concentré(e) et prenez des notes.
Les questions se présentent sous la forme de QCM, où plusieurs réponses sont parfois possibles. Si c’est le cas, un message s’affiche à l’écran, vous demandant de choisir deux réponses au lieu d’une seule. Certaines questions portent sur un passage bien précis du fichier audio, qu’il est possible d’écouter à nouveau.

Commentaire : une partie qui peut faire peur puisqu’il n’est pas possible de réécouter les dialogues ou extraits de cours, mais les questions sont relativement faciles. Surtout, prenez des notes.

– Une pause bien méritée de dix minutes. Allez donc vous aérer ! –

III. Speaking (20 minutes)

La partie Speaking se divise en deux parties :

  • Les independent tasks : vous devez répondre à deux questions simples, l’une portant généralement sur un souvenir que vous devez évoquer (ex : quel est votre meilleur souvenir d’enfance ?), la seconde sur une préférence entre deux choses (ex : voir ses amis au café ou à la maison, les films d’action ou les comédies romantiques, etc.).
  • Les integrated tasks : il en existe deux types. Tout d’abord, vous devez, à deux reprises, lire un texte puis écouter une conversation ou un cours universitaire portant sur le même sujet, puis répondre à une question faisant la synthèse entre le texte et le fichier audio. Ensuite, il faut à nouveau écouter une conversation, puis faire un résumé de ce qui a été dit et dire laquelle des deux solutions proposées par les personnages vous semble la meilleure. Enfin, il faut écouter un extrait de cours et en faire un résumé.

Commentaire : de loin la partie la plus difficile et celle qui demande la préparation la plus rigoureuse. Pas de panique, on va tout vous expliquer !

IV. Writing (55 minutes)

Cette dernière section est elle aussi divisée en deux parties :

  • Une integrated task : il faut lire un texte et écouter un fichier audio portant sur le même sujet, puis faire un résumé synthétisant les idées présentées dans ces deux documents. La réponse doit faire entre 150 et 225 mots et le temps disponible est de 20 minutes.
  • Une independent task : une question est posée, il faut y répondre. En règle générale, on vous demande de choisir entre deux positions et de défendre l’une au détriment de l’autre (ex : êtes-vous d’accord avec cette proposition ? La capacité d’un professeur à avoir de bonnes relations avec ses étudiants est plus importante qu’une excellente connaissance du sujet enseigné). Le texte doit faire plus de 300 mots et le temps disponible est de 30 minutes.

Commentaire : après le stress de la partie Speaking, la fin de l’examen prend des airs de promenade de santé. Il convient cependant de bien soigner la construction et l’orthographe de ses écrits.

Dans la prochaine partie, nous verrons comment vous préparer efficacement à ces exercices, qui ne sont pas aussi difficiles qu’ils en ont l’air.

Crédit photo : Petr Kratochvil

Pierre

Fondateur du Monde des Langues, j'aide les passionnés de langues à devenir plus autonomes et à atteindre leurs objectifs. J'ai eu l'occasion d'apprendre l'allemand, l'anglais, le finnois, l'italien et le japonais.

Ces articles vous intéresseront aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

{"email":"Adresse e-mail invalide","url":"Adresse du site invalide","required":"Champ requis manquant"}

Rejoignez mes contacts ​pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution

+ la formation gratuite "25 techniques pour apprendre votre vocabulaire" ​