Comment améliorer son accent dans une langue étrangère ?

Comment améliorer votre accent en trois points

Dans cette nouvelle vidéo, je m’attaque à une problématique qui suscite beaucoup de peurs et d’interrogations : l’accent. Les Français sont souvent terrifiés à l’idée d’avoir « un accent à couper au couteau » et n’osent pas travailler dessus, ce qui n’aide évidemment pas à l’améliorer. Je vous propose donc trois axes d’amélioration pour vous débarrasser de votre accent français lorsque vous parlez une langue étrangère et quatre conseils pour vous exercer au quotidien.

La vidéo pour progresser à l’oral

Visionner la vidéo sur YouTube : Comment améliorer son accent dans une langue étrangère ?

L’accent, qu’est-ce que c’est, au juste ?

La somme de trois éléments

Comme je le mentionne dans la vidéo, je n’aime pas beaucoup cette notion d’accent, que je trouve trop imprécise, il me semble donc difficile de travailler dessus. Je préfère décomposer l’accent en trois éléments :

  1. La prononciation des sons, qui n’existent pas forcément tous en français ou qui peuvent varier légèrement.
  2. L’accentuation : faites bien attention à l’accent tonique à l’intérieur du mot mais aussi aux différents tons si votre langue cible en comporte.
  3. L’intonation : le parent pauvre de la prononciation. Si de nombreuses personnes échouent à s’exprimer de manière naturelle, c’est parce qu’elles ne prennent pas le temps de travailler leur intonation

Si vous prenez le temps d’approfondir ces trois points, vous réaliserez d’importants progrès à l’oral et vous rendrez votre accent français beaucoup plus difficile à détecter.

Quelque chose qui se travaille

Il est faux de penser qu’un bon accent vient comme un don de naissance, sans effort de votre part. Dans la vidéo, je donne quelques conseils très simples à mettre à pratique pour améliorer votre oral au quotidien.

Dernières nouvelles de la chaîne

Vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre sur YouTube et je vous en remercie, la chaîne a d’ailleurs dépassé la centaine d’abonnés en début de semaine. Je suis également étonné de constater que les vidéos génèrent naturellement plus de commentaires que les articles, ce média m’apparaît donc comme un très bon complément au support écrit.

Je compte d’ailleurs tester un nouveau concept qui me trotte en tête depuis un moment déjà : une émission en sept parties avec un format court (5-7 minutes) avec une approche originale. Si tout se passe bien, je commencerai le tournage la semaine prochaine et je vous tiendrai averti de toutes les nouveautés. Comme d’habitude, vous pouvez vous abonner à la chaîne pour ne rien manquer.

Apprendre une langue vite et bien

4 réflexions au sujet de « Comment améliorer votre accent en trois points »

  1. GerardM

    Merci pour cette excellente vidéo Pierre !
    Je connais ton blog… je me rends compte que je ne connais pas assez tes vidéos car je ne suis pas assez patient et me laisse effrayer par 15 minutes à passer à écouter (mode d’aujourd’hui – alors que j’ai tant de choses en tête LOL).

    Merci encore !

    Le problème de la prononciation est capital pour un Français car nous avons beaucoup de handicaps : paresse dans la prononciation de notre langue (différence « o » « ô » négligée, « ai » « ais » maintenant similaires, etc.), pas d’accent tonique marqué, intonation monocorde, honte à bien prononcer l’anglais devant un parterre de francophones…
    Au fait, qui n’a pas dû passer près d’une minute avant de comprendre un touriste prononcer en français (avec son accent) le simple nom d’un lieu parisien… un mot français auquel on ajoute une accentuation est de même difficilement compréhensible…
    Un point que j’aurais ajouté à la vidéo est que -à partir d’un niveau avancé- il est important d’avoir une langue homogène. Comme tu le dis vers la fin, il n’y a pas un accent Américain et un accent Brit, il y a 36 accents américains et 36 britanniques ; lors d son apprentissage, il nous faut piocher à droite et à gauche, il nous faut périodiquement ré-homogénéiser notre langue pour ne pas avoir des prononciations anglaises mélangées à de l’australien, du texan et du californien et aussi tenter de rester assez neutre (en évitant un accent trop marqué, quel qu’il soit) ; comme en argot, il nous faut comprendre les accents mais éviter d’en adopter un trop marqué si on n’est pas capable de garder l’homogénéité…

    S’il te plaît, insiste encore sur l’importance de la prononciation car une langue est avant tout comprise, puis parlée… avant d’être lue et écrite !

    1. Pierre Auteur de l’article

      C’est vrai que mes vidéos ont tendance à être assez longues 🙂 Je travaille cependant sur un format plus court, en complément des vidéos fouillées donc nécessairement longues.
      Sinon je suis d’accord, il faut veiller à ne pas mélanger tous les accents locaux, au risque de parler à la fois comme tout le monde… et personne. Ça me fait penser aux adolescents qui mélangent leur anglais britannique châtié appris à l’école avec l’argot américain entendu dans les séries, pour un résultat… étonnant !

  2. Rupert EWING

    J’explique et je répète régulièrement à mes apprenants que la prononciation d’une langue est aussi importante que sa grammaire et son vocabulaire, et que ça nécessite un travail spécifique. Beaucoup insistent que ce n’est pas important pour eux et qu’ils arrivent à se faire comprendre la plupart du temps. Mais ce n’est pas seulement ça qui compte. C’est une composante à part entière de la langue et si on la néglige, ça affecte d’autres aspects aussi. Si on a l’habitude de mal prononcer un mot, on risque de ne pas la comprendre quand on l’entend bien prononcée. A force de mal prononcer certains mots, les fautes de prononciation peuvent aussi se retrouver dans l’orthographe et l’écrit. Dans le temps où je faisais cours à des étudiants, je suis régulièrement tombé sur des fautes d’orthographe dans des copies qui ne pouvaient s’expliquer que par une mauvaise prononciation à l’oral. C’était des fautes du genre un ‘h’ sur un mot qui n’en a pas par exemple.

    Donc la prononciation dans une langue étrangère affecte non seulement sa capacité à se faire comprendre, mais aussi sa propre compréhension et son écrit. Ça pourrait aussi affecter l’écriture dans la mesure ou il y a le risque de ne pas reconnaître un mot parce qu’on a l’habitude de mal le prononcer.

    Mes apprenants me demandent comme on fait pour savoir comment le prononcer. En anglais, il n’y a pas le choix. On apprend la prononciation correcte d’un mot quand on apprend le mot, avec la prononciation des voyelles, les consonnes difficiles comme un ‘h’ ou un ‘th’, et avec sa lettre finale prononcée ainsi que la ou les syllabes à accentuer. Quand on apprend un nouveau mot en français ou en allemand par exemple, on doit bien apprendre son genre…

    1. Pierre Auteur de l’article

      Ton commentaire me fait penser à ces films américains dans lesquels les personnages s’essaient à parler français. C’est généralement incompréhensible et ça me rappelle à quel point le fait de travailler sa prononciation est essentiel si on espère faire passer la moindre idée à l’oral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *