Y a-t-il un âge pour apprendre les langues ?

Y a-t-il un âge pour apprendre les langues ?

Après avoir démontré que personne n’était nul en langues, l’heure est venue de détruire un autre mythe des langues étrangères. J’entends souvent dire que les enfants ont des facultés d’apprentissage extraordinaires, qui disparaissent par la suite. A l’inverse, le cerveau d’un adulte serait incapable de telles prouesses, ce qui mène de nombreuses personnes à affirmer qu’elles sont « trop vieilles pour apprendre les langues ».

Fausse croyance, mauvaise excuse

Il s’agit bel et bien d’un mythe, à deux titres : premièrement, les enfants ne sont pas réellement avantagés par rapport aux adultes ; deuxièmement, il est toujours possible d’apprendre une ou plusieurs langues, même à un âge avancé.
Malgré tout, cette croyance est tenace et permet d’avancer une bonne excuse, bien pratique, que l’on pourrait résumer ainsi : « il est trop tard ». L’enfance est passée, l’école aussi, donc il est devenu impossible d’apprendre.
Pour démonter cette excuse, je vais prendre en exemple la majeure partie des personnes polyglottes que je connais. Elles n’ont eu qu’une seule langue maternelle (généralement le français), ont commencé à apprendre leur LV1 au collège (donc à la fin de l’enfance), ont passé le bac avec deux langues, puis ont continué à en apprendre de nouvelles tout au long de leur vie. Elles ont donc appris les langues après l’enfance et même de plus en plus rapidement au fur et à mesure que celle-ci s’éloignait.
L’article pourrait donc d’ores et déjà se terminer sur cette phrase : il n’est jamais trop tard pour apprendre une langue étrangère.

Les enfants sont-ils réellement avantagés ?

Certes, de prime abord, il y a de quoi envier les enfants : ils n’ont aucun travail à fournir et assimilent, de manière totalement passive, les plus fines nuances de leur langue maternelle. Ils sont même capables d’intégrer plusieurs langues et de les retenir toute leur vie.
Vraiment, il y en a qui ont de la chance…

En réalité, si on y regarde de plus près, les enfants n’ont, en réalité, qu’un seul avantage : leur cerveau, encore très plastique, est une véritable éponge et perçoit très bien les sonorités propres à la langue maternelle. C’est pour cette raison qu’il est assez difficile, en tant qu’apprenant, de prononcer aussi parfaitement les sons d’une langue que ne le ferait un locuteur natif.
Passé ce point, il n’y a, à vrai dire, pas vraiment de raison de jalouser nos chères têtes blondes. Sérieusement, écoutez s’exprimer un enfant de cinq ans : il lui a fallu plusieurs années, en immersion totale, pour apprendre à parler… comme un enfant en bas âge. Cela fait bien sûr partie du cours naturel de la vie, mais de mon point de vue d’adulte un peu taquin, ce n’est pas très rentable…

Nos facultés d’apprentissage déclinent-elles avec l’âge ?

Contrairement à certaines idées reçues, la neuroplasticité n’est pas l’apanage exclusif des enfants. Pour simplifier, notre cerveau est « élastique » et s’adapte en fonction des activités que nous pratiquons régulièrement. Ainsi, un musicien professionnel ne développera pas son cerveau tout à fait de la même manière qu’un sportif de haut niveau.
Par conséquent, tout au long de votre vie, vous avez le pouvoir sur votre cerveau. Il est donc tout à fait possible de l’entraîner à apprendre les langues, que vous ayez vingt ans ou bien soixante. Le fait de connaître et d’utiliser plusieurs langues retarderait même l’apparition de certains syndromes de démence, comme la maladie d’Alzheimer.

Nos avantages d’adultes

En réalité, en tant qu’adultes, nous sommes réellement avantagés par rapport aux enfants. Non seulement nous sommes capables d’apprendre plus vite, mais aussi de manière plus agréable. Quand on y pense bien, un enfant intègre sa langue maternelle parce qu’il n’a pas d’autre choix. Il n’a accès qu’à ce que son entourage lui fournit, bref, un « support pédagogique » assez limité.
Vous, en revanche, êtes capable d’apprendre une langue en regardant les films et séries qui vous plaisent, en lisant les livres que vous aimez, en voyageant et en discutant avec les personnes de votre choix. Si une méthode ne vous convient pas, vous êtes libre d’en changer comme bon vous semble. Bref, vous travaillez tout en vous faisant plaisir. En comparaison, l’apprentissage d’un enfant prend des airs de bourrage de crâne…

De plus, en tant qu’adulte, vous avez appris à apprendre. Au travers de votre scolarité et de vos expériences, vous avez intégré un fonctionnement rationnel, vous savez travailler sur des points de grammaire, apprendre du vocabulaire, etc. Vous avez donc naturellement développé une certaine efficacité dans votre façon d’intégrer des connaissances. Et si ce n’est pas encore le cas, Le Monde des Langues est là pour vous fournir les bases pour bien commencer.
Toujours dans cet ordre d’idée, vous avez des repères, des points de comparaison que les enfants n’ont pas. Par exemple, même si vous n’avez jamais appris l’anglais, vous en connaissez forcément quelques mots et vous êtes capables de vous rendre compte que cette langue a beaucoup emprunté à la nôtre. Ce sont des connaissances et des raisonnements que peu d’enfants sont peu susceptibles d’avoir.

Il n’y a pas d’âge pour apprendre

Cessons donc de nous comparer à des enfants. Cela n’a de toute façon pas de sens : nous avons l’âge que nous avons et il est impossible de revenir en arrière.
Le fait de se dire « je suis trop vieux » n’est donc finalement qu’une fausse excuse, la matérialisation de votre peur d’échouer à apprendre une langue étrangère. Décidément, nous sommes vraiment très forts pour nous mentir à nous-mêmes ! Tout comme dire « de toute façon, je suis nul en langues », affirmer que vous êtes trop âgé ne sert qu’à une chose, à savoir justifier le fait de ne pas essayer. En ne tentant rien, vous vous mettez dans une situation où vous ne risquez pas d’échouer.
A mon sens, c’est là que réside le véritable échec : tout le temps que vous passez à vous persuader que vous n’êtes pas capable est du temps que vous n’investirez pas dans l’apprentissage de la langue !

Commencez sans plus attendre

Quel que soit votre âge, vous êtes capable d’apprendre n’importe quelle langue étrangère. Cela demande du temps et beaucoup de travail, surtout la première fois, mais avec de la motivation et une bonne méthode, vous vous rendrez vite compte que ce n’est pas si difficile. Mieux, c’est une activité qui devient de plus en plus facile avec la pratique.
Une mise en garde pour finir, sur les entreprises qui vendent des méthodes soi-disant miracles pour « apprendre comme un enfant », c’est-à-dire de manière passive, sans fournir le moindre effort. Si la proposition est séduisante, dans les faits, je ne vous prédis pas un grand succès. C’est justement notre capacité à apprendre de manière active qui nous rend plus efficaces que les enfants. Inutile donc de regarder trop longtemps en arrière, c’est vers l’avant que tout se passe !

Crédit photo : Howard County Library System.

Les 6 clés pour parler allemand

3 réflexions au sujet de « Y a-t-il un âge pour apprendre les langues ? »

  1. OLIVIER

    Je crois surtout que les enfants sont admirables du point de vue de leur spontanéité et d’aller de l’avant justement sans se chercher des prétextes à ne pas faire…et en cela ça rend les choses et l’apprentissage en soi plus faciles!

  2. Lenaic

    C’est vrai qu’on se dit que les enfants apprennent une langue rapidement… mais finalement ils mettent plusieurs années, tout comme un adulte qui aurait le meme frequence d’écoute de la langue apprise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.