Par Pierre

19 novembre 2018

Apprendre le japonais : 5 erreurs fatales

Le japonais est une langue qui fascine, mais qui peut rebuter de par son caractère exotique. Après avoir passé un peu de temps à l’apprendre, j’ai remarqué cinq erreurs qui revenaient très souvent chez les débutants. Connaître ces pièges vous permettra de les éviter et de partir sur de bons rails dans votre étude du japonais.

Cinq obstacles à éviter pour apprendre le japonais

Abonnez-vous à la chaîne pour voir plus de vidéos.

Pour aller plus loin : les articles et vidéos sur le japonais

Cette langue vous attire ? Voici d’autres ressources pour vous y mettre sans plus attendre :

Pierre

Fondateur du Monde des Langues, j'aide les passionnés de langues à devenir plus autonomes et à atteindre leurs objectifs. J'ai eu l'occasion d'apprendre l'allemand, l'anglais, le finnois, l'italien et le japonais.

Ces articles vous intéresseront aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

  1. Excellent conseils! J’apprends le Japonais depuis environ cinq ans, principalement en autodidacte mais également grâce à des échanges en binôme et quelques cours du soir. Je te rejoins totalement sur la nécessité d'apprendre les kanas dès le début. Quand j'ai commencé, j'utilisais la méthode complète Assimil qui, bien que plutôt bien faite, n'introduit les tous premiers kanas qu'à partir de la leçon 50! Comme je faisais en moyenne une leçon complète en deux semaines, il m'a fallu deux ans avant de m'initier aux kanas. Aujourd'hui, j'ai encore l'impression de "payer" ce retard à l'écrit et dans la lecture. Il m'arrive encore de butter sur les kanas à l'écrit, même après cinq ans, car ils n'ont pas été assimilés au début. Je trouve que sur ce point, la méthode Assimil pèche.

    Mon autre grosse difficulté est la syntaxe – je peux tenir une conversation avec mon correspondant japonais de façon relativement fluide, mais je sais que mes phrases sont bancales et peu naturelles. Là encore, je pense que de n'avoir pas intégré la syntaxe particulière du Japonais dès le début m'a fait défaut. Le principe de la méthode Assimil est l'apprentissage "naturel" de la langue, mais avec une langue aussi éloignée que le Japonais, je trouve qu'il est très difficile d'assimiler les structures de la langue de façon spontanée.

    Enfin, je trouve que l'objectif d'apprentissage influence grandement la façon dont on apprend une langue. Les deux premières années, mon objectif était simplement de me "débrouiller" à l'oral lors des mes séjours au Japon, donc je me suis principalement concentrée sur l'oral. Puis au bout de deux ans, j'ai décidé d'apprendre la langue de façon plus sérieuse et de tenter, à long terme, d'obtenir un niveau relativement solide. C'est là que j'ai pu me rendre compte de mes lacunes, et que j'ai dû reprendre les bases…

    C'est un long chemin, mais quel bonheur d'arriver à communiquer avec des natifs, même dans mon Japonais approximatif! Merci pour tes conseils judicieux.

{"email":"Adresse e-mail invalide","url":"Adresse du site invalide","required":"Champ requis manquant"}

Rejoignez mes contacts ​pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution

+ la formation gratuite "25 techniques pour apprendre votre vocabulaire" ​