Apprendre le japonais : le grand dossier pour bien démarrer

Par Pierre

4 septembre 2020

La culture japonaise vous fascine depuis toujours et vous avez pris la décision de commencer à apprendre le japonais ? Félicitations. C'est un parcours que j'ai moi-même entrepris il y a plusieurs années et je ne regrette pas un seul instant de m'être lancé. A mon tour donc de vous transmettre mes connaissances au travers de ce grand dossier. Vous y trouverez absolument tout ce dont vous avez besoin pour démarrer votre apprentissage du japonais de la meilleure façon qui soit.

More...

Que trouverez-vous dans cet article ?

Autant vous prévenir d'emblée : ce dossier est conséquent. En effet, j'ai décidé de ne me poser aucune limite et d'y intégrer tout ce qui me paraissait utile pour un débutant. Vous pouvez en somme le considérer comme une mini-formation au format écrit.

Je vous invite donc à parcourir ce guide à un moment où vous avez un peu de temps devant vous, avec un bon café voire un thé vert pour vous mettre dans l'ambiance. Vous pouvez également le lire en plusieurs fois, en vous servant de la table des matières ci-dessous.

Confortablement installé ? Très bien, nous pouvons commencer.

Voici un bref aperçu des points que nous aborderons :

  • Ce qu'est le japonais : où est parlée cette langue, quelles sont ses origines et son histoire, bref, tout ce qui fait sa particularité ;
  • Ses caractéristiques, avec tous les points à connaître absolument avant de vous lancer (prononciation, écriture, structure des phrases...) ;
  • Les pièges et difficultés propres à la langue, à intégrer dans votre apprentissage (rien d'insurmontable, mais mieux vaut y être préparé) ;
  • Tous mes conseils et retours d'expérience pour apprendre le japonais de manière équilibrée et réaliser des progrès rapides ;
  • Une sélection de ressources de qualité, sur lesquelles vous pourrez vous appuyer dans votre projet ;
  • Pour finir, quelques bonnes raisons de vous mettre au japonais, qui vous donneront, je l'espère, une envie irrésistible de passer à l'action, tout de suite.

Ce programme vous donne envie d'en savoir plus ? Alors c'est parti ! 始めましょう!

Le japonais : origines et carte d'identité

Au Japon, la langue est appelée 日本語 (nihongo), combinaison de deux éléments :

  • 日本 (nihon) : le nom local du Japon. Les caractères signifie littéralement "origine (本) du soleil (日)". C'est de là que vient l’expression "pays du soleil levant".
  • 語 (go) : un suffixe désignant une langue, soit ici "la langue du Japon".
Nihongo

Le mot 日本語 (nihongo), en calligraphie japonaise.

Pour débuter notre voyage en Extrême-Orient, demandons-nous tout d'abord ce qu'est le japonais. Où est-il parlé et par combien de personnes ? Quelles sont ses racines ? A quelle famille de langues appartient-il ?

Une langue isolée aux origines mystérieuses

Première caractéristique fascinante : là où le français appartient à l'ensemble bien défini des langues romanes (avec l'italien, l'espagnol, le portugais...), lui-même inclus dans la plus vaste famille des langues indo-européennes, le japonais quant à lui semble être un cas à part.

L'énigme des langues japoniques

On le classe généralement dans la famille des langues japoniques (ou langues japonaises), parmi lesquelles figurent bien entendu le japonais et ses différents dialectes, mais aussi les langues ryūkyū.

Ces dernières sont parlées principalement sur l'archipel des Ryūkyū, qui s'étend du sud-ouest du Japon jusqu'à Taïwan et qui constituait autrefois un pays indépendant, le royaume de Ryūkyū. Le représentant le plus connu de ces langues est l'okinawaïen (沖縄口, uchinaaguchi), présent sur l'île d'Okinawa. L'ensemble des langues ryūkyū est classé parmi les langues en danger d'extinction par l'UNESCO.

Le japonais proprement dit est considéré comme une langue à part entière, possédant un grand nombre de dialectes. S'il n'a pas de statut officiel localement, il est la langue maternelle de 98,2 % de la population japonaise et est parlé par environ 128 millions de personnes dans le monde.

Japonais et langues japoniques

Répartition des langues japoniques au Japon : les langues ryūkyū sont parlées sur les îles au sud-ouest de l'archipel (source).

La classification des langues japoniques pose problème et a donné lieu à un grand nombre de spéculations. Elles sont parfois rangées dans l'hypothétique famille des langues altaïques, qui regrouperait les langues turques, mongoles et toungouzes, auxquelles on rattache parfois le coréen.

Sans entrer dans des détails de linguistique, cette parenté, ainsi que l'existence même des langues altaïques, fait débat et il n'existe à ce jour aucun consensus quant à la nature des langues japoniques. Tout au plus peut-on rapprocher la grammaire du japonais de celle du coréen et ses sonorités de celles présentes dans certaines langues austronésiennes.

Ier millénaire av. J.-C. : le proto-japonais arrive au Japon

L'ancêtre du japonais moderne aurait été apporté durant la période Yayoi par des colons venus du continent, entre le IXe et le IIIe siècle avant notre ère. L'écriture étant apparue tardivement sur l'archipel, autour du IVe siècle, il est extrêmement difficile de savoir quoi que ce soit sur la langue avant cette époque. Autant dire que les origines du japonais restent nimbées de mystère !

Kyūshū

L'île de Kyūshū (au centre en bas de l'image), de par sa proximité avec la péninsule coréenne, est considérée comme le point d'entrée de la langue japonaise dans l'archipel et plus largement comme le berceau de la culture nippone.

Notons pour finir que l'aïnou, langue présente sur l'île de Hokkaidō et parlée par une minorité d'Aïnous, peuple autochtone du Japon, n'a aucun lien de parenté avec la famille des langues japoniques.

Le japonais est-il proche du chinois ?

Si l'écriture chinoise vous est un tant soit peu familière, vous avez certainement remarqué que le japonais s'écrit à l'aide de caractères très semblables. Peut-être en avez-vous déduit que ces deux langues partageaient une origine commune.

Ce n'est pas le cas. Ou plutôt, c'est un peu plus compliqué.

Le japonais ne fait pas partie des langues chinoises, ni de la famille des langues sino-tibétaines. En revanche, il a emprunté au chinois son système d'écriture et une grande partie de son vocabulaire.

Une influence déterminante

En effet, on estime que 49,1 % du lexique japonais provient du chinois, ces mots d'emprunt étant désignés sous le nom de 漢語 (kango, "mots chinois"). De leur côté, les termes issus du japonais archaïque, les 和語 (wago, "mots japonais"), représentent 33,8 % du vocabulaire actuel.

Pour tirer une comparaison un peu audacieuse, ce phénomène est similaire à celui que l'on retrouve en anglais : une langue germanique dont la majeure partie du lexique provient du français et du latin, donc de langues romanes.

Le japonais présente en outre la particularité de ne pas avoir développé de système d'écriture propre. A la place, les Japonais ont emprunté celui du chinois, pour le modifier et l'adapter aux spécificités de leur langue. Ainsi, les sinogrammes forment une composante majeure de l'écriture japonaise et sont localement appelés 漢字 (kanji, "caractères chinois").

Mots chinois, mots japonais : quelles nuances ?

En découle une forme d'hybridation, qui fait cohabiter mots purement japonais et mots d'origine chinoise au sein d'une même langue. Et ce n'est pas tout : certains termes peuvent se prononcer à la fois comme des wago et comme des kango !

Par exemple, le mot 足跡, formé des caractères 足 (pied, jambe) et 跡 (trace), signifie "empreinte" et peut se prononcer soit ashiato (mot purement japonais, wago), soit sokuseki (mot d'origine chinoise, kango). La différence se situe au niveau du sens : là où ashiato désigne de manière concrète une empreinte de pas, sokuseki a un sens plus abstrait, celui de la trace laissée par une personne.

Retenez que de manière générale, les mots d'origine chinoise sont perçus comme plus intellectuels que les mots purement japonais. De la même manière que le français a construit des termes savants à partir de racines grecques et latines, le japonais s'est servi du chinois pour le faire.

Des mots chinois made in Japan

Cette pratique a d'ailleurs donné naissance aux 和製漢語 (wasei kango, "mots chinois conçus au Japon"). Lorsque le Japon s'est brutalement ouvert à la modernité durant l'ère Meiji (1868-1912), c'est à nouveau vers le chinois que les intellectuels japonais se sont tournés pour créer des mots décrivant des réalités nouvelles.

Par exemple, les Occidentaux ont bâti le mot "téléphone" sur les racines grecques τῆλε (têle, "loin") et φωνή (phōnḗ, "son, voix"). Les Japonais quant à eux ont procédé exactement de la même façon, en combinant les caractères 電 (den, "électricité") et 話 (wa, "parole") pour former le mot 電話 (denwa, "téléphone"), soit un mot japonais créé à partir de racines chinoises.

Et pour l'anecdote, certains de ces mots conçus au XIXe siècle sont par la suite passés tels quels en chinois et en coréen. Ainsi, en mandarin, "téléphone" s'écrit 電話 en caractères traditionnels (电话 en caractères simplifiés) et se prononce diànhuà. Il s'agit donc d'un mot chinois, emprunté au japonais, qui l'a lui-même forgé à partir de racines chinoises. La boucle est bouclée !

Si j'insiste autant sur ce point, c'est parce que cette dualité est omniprésente dans la langue. Bien comprendre cette dynamique entre racines japonaises et chinoises est absolument fondamental. Nous y reviendrons dans la partie consacrée à l'écriture.

Le japonais, un aspirateur à mots étrangers

En plus des mots empruntés au chinois, le japonais a reçu un grand nombre d'apports de la part d'autres langues. Ces termes sont regroupés sous le nom de 外来語 (gairaigo, "mots venus de l'étranger").

Au cours de l'histoire moderne, le Japon a eu des contacts prolongés avec plusieurs nations, principalement européennes, et a assimilé une partie de leur vocabulaire. Si certains mots sont depuis tombés en désuétude, un certain nombre restent encore utilisés aujourd'hui.

L'ère portugaise

A partir de 1543, les Portugais arrivent au Japon, c'est le début de l'époque du commerce Nanban (南蛮, littéralement "barbares du sud" !). Ces échanges ont fourni au japonais des termes liés autant à la religion qu'à la culture occidentale, tels que 天ぷら (tempura, sorte de beignet frit), タバコ (tabako, "tabac, cigarette"), パン (pan, "pain") ou encore イギリス (igirisu, "Angleterre").

Commerce Nanban

Des navires de commerce européens arrivant au Japon. Peinture du XVIe siècle.

Isolationnisme et "études hollandaises"

Progressivement, les Portugal se voit concurrencé par d'autres puissances européennes, à savoir l'Espagne, l'Angleterre et les Pays-Bas. Ce sont ces derniers qui tirent leur épingle du jeu lorsque le shogunat Tokugawa ferme presque totalement les frontières du Japon, à partir de 1639.

Durant cette période, aujourd'hui appelée Sakoku (鎖国, "pays fermé"), les Hollandais sont les seuls Occidentaux autorisés à commercer avec les Japonais, uniquement sur l'île artificielle de Dejima, située à Nagasaki.

Pendant cette longue ère d'isolement, le Japon tire parti de ce contact étroit avec les Pays-Bas pour se tenir au courant des dernières avancées occidentales en matière de science et de technologie.

Cette observation des savoirs et techniques européens prendra le nom de Rangaku (蘭学, "études hollandaises"). Le lexique japonais s'enrichit alors de nombreux mots néerlandais, comme ハム (hamu, "jambon"), ビール (bīru, "bière"), コーヒー (kōhī, "café") ou ランドセル (randoseru, "sac à dos").

Dejima

Dejima dans les années 1820...

Dejima aujourd'hui

...et de nos jours ! Eh oui, Dejima a été reconstituée sous la forme d'un musée très intéressant, qui permet de se replonger dans cette période de l'histoire. Une visite que je vous recommande si vous passez à Nagasaki.

La modernisation et les emprunts tous azimuts

En 1854, après plus de deux siècles d'isolationnisme, le Japon est forcé d'ouvrir ses ports sous la pression du commodore américain Matthew Perry. Commence alors une période d'instabilité et de pressions occidentales, qui mènera à l'effondrement du pouvoir féodal et au rétablissement de l'autorité impériale, en 1868.

Durant l'ère Meiji (1868-1912), le Japon entre dans la modernité à marche forcée. Pour se libérer de l'influence des puissances coloniales et en devenir une à son tour, le pays cherche à les imiter dans les domaines industriel et politique.

De nombreux mots d'emprunt font alors leur apparition dans le lexique japonais. La majorité provient bien sûr de l'anglais sous l'influence britannique et américaine, comme クラブ (kurabu, "club") ライフライン (raifurain, "infrastructures essentielles", de lifeline) ou シャツ (shatsu, "chemise", de shirt).

Le japonais puise également dans l'allemand un certain nombre de termes techniques et médicaux : エネルギー (enerugī, "énergie", de Energie), ヒステリー (hisuterii, "hystérie", de Hysterie) ou アルバイト (arubaito, "petit boulot", de Arbeit)...

Le français n'est pas en reste et a donné aux japonais des mots liés à l'art, la culture ou l'habillement : レストラン (resutoran, "restaurant"), アベック (abekku, "couple", de "avec"), ズボン (zubon, "pantalon", de "jupon")...

Des mots étrangers... qui ne le sont plus vraiment

Vous l'aurez compris : le vocabulaire japonais est incroyablement riche et varié, mais rarement transparent. Ainsi, de nombreux mots étrangers passés à la sauce nippone ont été tellement transformés qu'ils ont changé de sens ou sont devenus méconnaissables. Par exemple, il est difficile de voir dans terebi (テレビ) la contraction du mot terebijon (テレビジョン), lui-même calqué sur l'anglais television !

Ces mots japonais construits à partir de l'anglais sont appelés 和製英語 (wasei eigo, "anglais conçu au Japon"). Certains se sont d'ailleurs taillé une certaine renommée, comme サラリーマン (sararīman), terme désignant un salarié travaillant de longues heures dans une grande entreprise, issu de l'anglais salaried man.

Idem pour cosplay, mot-valise basé sur les mots costume et play, orthographié コスプレ (kosupure) en japonais.

Maintenant que vous comprenez mieux d'où vient le japonais et comment s'est constitué son vocabulaire, intéressons-nous au fonctionnement de la langue.

Comment fonctionne le japonais

Dans cette partie, nous nous intéresserons aux caractéristiques fondamentales de la langue, à savoir sa structure et la formation des phrases.

Morphologie du japonais

Le japonais est une langue agglutinante avec une structure SOV, qui ne possède ni genre, ni pluriel et dont la grammaire repose principalement sur des particules.

Si le paragraphe ci-dessus ne vous a pas beaucoup parlé, pas de panique : nous allons détailler chacun de ces points un par un.

Autre particularité du japonais : son caractère contextuel. Il n'est pas rare que des éléments importants d'une phrase soient omis, principalement les pronoms personnels et certaines particules dans le langage parlé. Il faut alors se fier au contexte de la conversation pour en saisir les tenants et les aboutissants.

Une langue agglutinante

Comme ce terme le laisse deviner, une langue agglutinante forme des mots parfois (très) longs en combinant différents éléments.

Pour illustrer ce phénomène, reprenons le mot 日本語 (nihongo), "japonais". Pour le former, on prend le mot 日本 (nihon), "Japon", auquel on ajoute le suffixe 語 (go), pour indiquer qu'il s'agit de la langue japonaise.

Si en revanche vous voulez parler de la nationalité, vous reprendrez le mot 日本, auquel vous adjoindrez le suffixe 人 (jin), "être humain", pour former un nouveau mot, 日本人 (nihonjin), littéralement, "une personne du Japon".

On peut ainsi s'amuser avec des mots "Lego", qui permettent pas mal de fantaisies. Prenons quelques exemples en partant du caractère 物 (chose, objet), dont l'une des prononciations est mono.

  • (kimono) : (ki, "porter, enfiler") +  = (kimono), "chose que l'on porte sur soi", donc un vêtement et plus précisément le célèbre kimono japonais.
  • 食べ (tabemono) : 食べ (tabe, "manger") + = 食べ (tabemono), "chose que l'on mange", soit de la nourriture.
  • 乗り (norimono) : 乗り (nori, "monter dans") + = 乗り (norimono), "chose dans laquelle on monte", un véhicule.
  • (monogatari) : + (katari, "narration") = (monogatari), "narration d'une chose", autrement dit un conte, une histoire.

Et ce n'est là qu'un infime aperçu des possibilités infinies qu'offre le japonais ! Comprendre cette logique est absolument fondamental, à la fois pour mémoriser plus facilement le vocabulaire et pour dompter l'écriture.

Une structure SOV (sujet-objet-verbe)

Une phrase japonaise classique suit l'ordre des mots suivant :

Sujet - Objet - Verbe

Autrement dit, contrairement au français (qui est une langue SVO), un verbe en japonais se trouve toujours à la fin de la phrase.

Voici un exemple, avec un code couleur indiquant la correspondance entre les mots :

りんご食べます
(watashi wa ringo o tabemasu.)
Je mange une pomme.


Examinonsces mots un par un :

  • (watashi) : "je", un pronom personnel qui est ici le sujet de la phrase ;
  • (wa) : une particule grammaticale qui n'a pas en soi de sens, mais qui marque le thème de la phrase (nous y reviendrons) ;
  • りんご (ringo) : "pomme", l'objet de cette phrase ;
  • (o) : une autre particule qui ne se traduit pas directement, mais qui sert à marquer l'objet ;
  • 食べます (tabemasu) : le verbe "manger".

Les particules japonaises : tour d'horizon

Autre caractéristique incontournable du japonais : les particules (助詞, joshi). Il s'agit de petits mots d'une ou deux syllabes, qui vont venir préciser le rôle grammatical de chaque élément de la phrase.

Dans les paragraphes ci-dessous, vous trouverez une liste des principales particules japonaises. Avant toute chose, il y a trois principes que vous devez garder à l'esprit :

  1. Les particules は (wa), を (o) et へ (e) s'écrivent respectivement "ha", "wo" et "he" en japonais, mais se prononcent "wa","o" et "e". Ne vous fiez donc pas à leur orthographe ;
  2. Chaque particule peut avoir de nombreux sens différents. Il s'agit d'un article introductif, je m'en suis donc tenu aux usages essentiels ;
  3. La grammaire japonaise est complètement différente de celle du français. Ne vous étonnez donc pas si un mot a un rôle grammatical différent de celui qu'il aurait dans notre langue.

が (ga), la particule du sujet

La particule が permet d'indiquer le sujet d'une phrase.

降っています。
(yuki ga futte imasu.)
Il neige.


Littéralement : "neige [sujet] est en train de tomber".

Dans de nombreux cas, un mot japonais peut être un sujet là où il serait un complément d'objet direct en français.

Voici un exemple de ce phénomène :

アイスクリーム欲しいです。
(aisukurīmu ga hoshii desu.)
Je veux une glace.


Littéralement : "glace [sujet] désirée est".

Ici, aisukurīmu (glace) est bien le sujet de la phrase, là où il serait un COD en français. Comme toujours, pour aborder facilement la grammaire d'une langue étrangère, il est indispensable de se détacher de la nôtre.

は (wa), la particule du thème

Dans ce contexte, は se prononce toujours "wa" et non "ha" comme c'est normalement le cas. Sa transcription en alphabet latin est également wa.

Cette particule pose pas mal de problèmes aux francophones, car le français fait assez peu la différence entre le thème et le sujet de la phrase. En japonais, cette distinction est plus marquée.

Pour faire court, le thème est une information supposée déjà connue, par opposition au rhème, qui est quant à lui l'information nouvelle apportée par la phrase.

La particule は se substitue à が lorsque le thème et le sujet de la phrase se confondent.

田村さんコーヒーを飲みます。
(Tamura san wa kōhī o nomimasu.)
Monsieur Tamura boit du café.


Dans ce cas, "Monsieur Tamura" est à la fois le thème et le sujet grammatical de la phrase, c'est donc la particule は qui est utilisée au lieu de が.

De plus, il arrive très souvent qu'un thème et un sujet différents cohabitent dans une même phrase.

田村さんコーヒー好きです。
(Tamura san wa kōhī ga suki desu.)
Monsieur Tamura aime le café.


Ici, "Monsieur Tamura" (Tamura san) est le thème (l'information déjà connue) et est suivi de la particule は. Ensuite intervient l'information nouvelle : "le café" (kōhī) est le sujet grammatical et est accompagné de la particule が.

Si on le traduisait mot à mot, cet énoncé donnerait quelque chose comme "En ce qui concerne Monsieur Tamura, le café est objet d'affection".

Evidemment, cette formulation est bancale, mais elle vous aidera à mieux comprendre la gymnastique thème-sujet que les Japonais opèrent de manière inconsciente.

Pour finir, la particule は permet d'introduire une information nouvelle sur toutes sortes de thèmes différents, pas uniquement des acteurs animés.

Par exemple :

東京今何時ですか。
(Tōkyō wa ima nan ji desu ka.)
Quelle heure est-il à Tokyo maintenant ?


La où le français impose une préposition introduisant un complément circonstanciel de temps ("à Tokyo"), le japonais se contente ici de la particule は.

Il faut comprendre la phrase de la manière suivante : "En ce qui concerne Tokyo, maintenant quelle heure est-il ?".

を (wo), la particule du complément d'objet direct

を se prononce "o" et non "wo". La transcription officielle de cette particule est désormais o, mais on trouve également wo dans certains manuels.

La particule を sert à exprimer le complément d'objet direct, c'est-à-dire l'élément de la phrase sur lequel va s'exercer une action. Si vous connaissez une langue à déclinaisons, il s'agit plus ou moins de l'équivalent de l'accusatif.

学生日本語勉強しています。
(Gakusei wa nihongo o benkyō shite imasu.)
L'étudiant apprend le japonais.


Ici, "l'étudiant" (gakusei) est le thème et le sujet de la phrase, d'où la particule は. "Le japonais" (nihongo) est l'objet et est donc suivi par la particule を.

Plus étonnant, を peut revêtir d'autres usages, par exemple pour indiquer un endroit dans ou à partir duquel on se déplace.

飛びます。
(Tori wa sora o tobimasu.)
Les oiseaux volent dans le ciel.


Dans ce cas de figure, le lieu (le ciel) est traité comme un objet sur lequel on effectue une action (en l'occurrence, voler).

に (ni), la particule du lieu et de l'objectif

Cette particule recouvre des usages très divers.

Elle a tout d'abord une valeur spatiale et indique un lieu dans lequel quelqu'un ou quelque chose existe, sans action particulière.

テーブルの上あります。
(Kagi wa tēburu no ue ni arimasu.)
Les clés sont sur la table.


Elle sert également à indiquer le but d'une action ou d'un déplacement.

東京行きます。
(Kare wa Tōkyō ni ikimasu.)
Il va à Tokyo.


Autre usage très courant : le complément d'objet indirect. Il n'est pas rare qu'un COI suivi de に cohabite avec un COD suivi de を dans une même phrase.

寿司買ってあげます。
(Watashi wa imōto ni sushi o katte agemasu.)
J'achète des sushi à ma petite sœur.


Ici, "ma petite sœur" (imōto) est le complément d'objet indirect (particule に, équivalent à la préposition "à") et "des sushi" le complément d'objet direct (particule を).

Parmi les (nombreux !) autres usages de に, on trouve notamment l'indication du temps, le résultat d'une transformation, le complément d'agent (dans une phrase à la voie passive), la comparaison et bien d'autres encore.

へ (e), la particule de la direction

En tant que particule, へ se prononce "e" et non "he" comme c'est normalement le cas. Pour cette raison, il est retranscrit e.

Cette particule sert à indiquer la direction générale d'un déplacement ou le destinataire d'une action.

へ et に sont souvent interchangeables, avec une petite nuance de sens : へ s'attache plutôt au mouvement lui-même, tandis que に concerne davantage le point d'aboutissement de ce mouvement.

東京行きます。
(Kare wa Tōkyō e ikimasu.)
Il va à Tokyo.


で (de), la particule du lieu et du moyen

Tout comme に, で est une particule un peu "fourre-tout", aux usages variés.

Le plus courant est sans doute le lieu : ici (contrairement à に), on indique qu'une action s'y déroule.

台所晩御飯食べます。
(Daidokoro de bangohan o tabemasu.)
Nous mangeons le repas du soir dans la cuisine.


Autre emploi courant : le moyen par lequel on effectue une action.

明日大阪新幹線行きます。
(Ashita Ōsaka e shinkansen de ikimasu.)
Demain je vais à Osaka en shinkansen.


Ici, "en shinkansen" (train à grande vitesse japonais) est le moyen par lequel le locuteur entend se rendre à Osaka, d'où l'usage de la particule で.

で permet également de préciser la cause d'un état donné.

台風フライト欠航なりました。
(Taifū de furaito ga kekkō ni narimashita.)
Le vol a été annulé à cause du typhon.


Le "typhon" (taifū) est la cause de l'annulation du vol, il est donc suivi de で.

Cette particule a d'autres emplois sur lesquels nous ne appesantirons pas, parmi lesquels le temps, la matière dont est fait un objet, le superlatif ou encore l'âge au moment d'un événement.

Autres particules (の, か, から...)

En plus des particules vues ci-dessous, le japonais en possède de nombreuses autres. Voici les principales :

Particule

Transcription

Usage

no

Possession, nominalisation

ka

Question, alternative

から

kara

Origine, matière

まで

made

Destination

mo

Idée de "aussi" ou "non plus"


to

Juxtaposition, discours indirect, condition

yo

Assertion

ne

Connivence

Vous aurez l'occasion de les découvrir au fur et à mesure de votre apprentissage. Il existe des livres entiers dédiés aux particules et à leurs emplois, autant dire qu'elles sont un pilier de la phrase japonaise.

La conjugaison en japonais

Attaquons à présent un autre gros morceau, à savoir les verbes et leur fonctionnement. Là aussi, si vous comptez apprendre le japonais, vous allez devoir abandonner vos idées préconçues : la conjugaison n'a rien à voir avec ce que vous connaissez en français.

Une conjugaison très logique et régulière

Commençons par la bonne nouvelle : par certains aspects, elle est très simple.

Il n'y a pas d'accord, ni en nombre ni en genre, et seulement deux "temps" (ou aspects pour être plus précis) : le présent / futur et le passé.

Outre です / だ (desu / da), assez particulier et correspondant peu ou prou à notre verbe être, il n'y a que deux verbes réellement irrégulier : する (suru, "faire") et 来る (kuru, "venir").

Bref, vous aurez peu de chances de vous tromper et de commettre des fautes de conjugaison. Il vous suffit de connaître quelques formes d'un verbe pour en déduire les autres : on est à mille lieues du français et ses horribles verbes du troisième groupe.

Cerise sur le gâteau, il existe énormément de duos de verbes transitifs (suivis d'un COD) et intransitifs (sans COD), ce qui facilite grandement le travail de mémorisation.

Quelques exemples :

Verbe intransitif

Verbe transitif

開く

(aku)

être ouvert

開ける
(akeru)
ouvrir

閉まる
(shimaru)

être fermé

閉める

(shimeru)

fermer

見つかる
(mitsukaru)

être trouvé

見つける

(mitsukeru)

trouver

変わる
(kawaru)

se transformer

変える
(kaeru)
transformer

Des dizaines de verbes très courants peuvent donc être appris par lots de deux. Facile !

Les deux formes formes principales : neutre et polie

Si la culture japonaise vous est un tant soit peu familière, il ne vous aura pas échappé que la politesse y tient une place prépondérante. Et cela se reflète dans la conjugaison.

Il existe plusieurs degrés de politesse en japonais, qui imposent des formes, voire des verbes complètement différents selon que vous parliez à un ami proche, un inconnu ou à un supérieur hiérarchique.

Dans l'immédiat, il est indispensable de connaître les deux formes principales, que voici :

  • Forme neutre : aussi appelée "forme dictionnaire" ou "degré moins" dans les publications d'Assimil, elle correspond à un registre plutôt relâché. Elle joue également le rôle d'infinitif, puisque c'est sous cette forme que vous trouverez les verbes dans un dictionnaire ;
  • Forme polie : aussi appelée "forme en -masu" ou "degré moyen" chez Assimil, elle correspond à un registre plus soutenu et est souvent employée par défaut dans les méthodes (ainsi que dans les exemples de ce dossier).

Voici quelques verbes essentiels avec leurs deux formes :

Forme neutre

Forme polie

Sens


(da)

です
(desu)

être

いる
(iru)

います
(imasu)

être, exister
(être animé)

ある
(aru)

あります
(arimasu)

être, exister
(objet inanimé)

する
(suru)

します
(shimasu)

faire

来る
(kuru)

来ます
(kimasu)

venir


行く
(iku)

行きます
(ikimasu)

aller


Rappelons au passage que les verbes japonais ne s'accordent ni en genre, ni en nombre. Il existe donc une seule et même forme pour toutes les personnes, du singulier comme du pluriel.

Par exemple, する / します (suru / shimasu) signifie à la fois "je fais, tu fais, il / elle fait, nous faisons, vous faites, ils / elles font". Un autre gain de temps énorme dans votre apprentissage.

Notez cependant que ces deux formes ne correspondent pas toujours à des degrés de politesse. Certaines structures de grammaire imposent par exemple un verbe à la forme neutre, même si le reste de la phrase est à la forme polie. De la même manière, le radical de la forme polie, soit le verbe sans la terminaison -masu, permet de construire d'autres formes verbales.

Je vous recommande donc de vous familiariser dès que possible avec les deux formes de chaque verbe, neutre et polie.

Certaines pédagogies ont tendance à se concentrer uniquement sur l'une au détriment de l'autre, mais c'est selon moi une erreur : vous aurez besoin de les maîtriser toutes les deux pour bien conjuguer et comprendre les verbes japonais.

Les deux types de verbes et leurs conjugaisons

A première vue, la conjugaison a de quoi dérouter : chaque verbe peut revêtir de nombreuses formes différentes et il n'existe aucun verbe de modalité permettant de "tricher" (par exemple : "pouvoir faire quelque chose", "vouloir faire quelque chose"...).

A la place, cette nuance de sens vient directement s'ajouter au radical du verbe.

Et c'est là que les choses se compliquent : en fonction des verbes, ce radical sera différent. En japonais, il existe deux grandes catégories de verbes : les ichidan (一段, "un niveau") et les godan (五段, "cinq niveaux").

Les ichidan

Ce sont les verbes les plus simples à conjuguer. Leur forme neutre se termine en -ru et il suffit d'enlever cette terminaison pour obtenir leur unique radical.

Par exemple, le verbe 食べる (taberu, "manger") est un ichidan et son radical est 食べ (tabe-).

Les godan

Ici, c'est un peu plus délicat : les verbes godan ont cinq radicaux différents, qui correspondent à leurs différents usages.

Par exemple, le verbe 飲む (nomu, "boire") est un godan et comporte cinq radicaux différents : 飲む (nomu), 飲ま (noma-), 飲も (nomo-), 飲め (nome-) et 飲み (nomi-). C'est d'ailleurs sur ce dernier radical que se construit la forme polie d'un verbe godan : 飲みます (nomi + masu).

Si cette avalanche de radicaux vous donne le tournis, rassurez-vous : avec la pratique, vous finirez par prendre le coup de main pour deviner facilement les radicaux des verbes.

Pour que ce soit plus clair, voici un tableau répertoriant les principales formes des verbes japonais.

Forme neutre

食べる (taberu)
Verbe ichidan

飲む (nomu)
Verbe godan

Forme polie

食べます (tabemasu)

飲みます (nomimasu)

Passé (neutre)

食べた (tabeta)

飲んだ (nonda)

Passé (poli)

食べました (tabemashita)

飲みました (nomimashita)

Négatif

食べない (tabenai)

飲まない (nomanai)

Continuatif

食べて (tabete)

飲んで (nonde)

Potentiel

食べられる (taberareru)

飲める (nomeru)

Conditionnel

食べれば (tabereba)

飲めば (nomeba)

Impératif

食べよ (tabeyo)

飲め (nome)

Volitionnel

食べよう (tabeyou)

飲もう (nomou)

Passif

食べられる (taberareru)

飲まれる (nomareru)

Causatif

食べさせる (tabesaseru)

飲ませる (nomaseru)

Et ce n'est pas tout ! Il existe d'autres formes que je n'ai pas listées ici, ainsi que des formes combinées, comme le redoutable causatif-passif (食べさせられる, tabesaserareru, littéralement "être poussé à manger" !).

De plus, les structures de grammaire impliquant des verbes font appel aux différentes formes (passée, continuative, volitionnelle...), donc pas le choix : il faut les connaître !

Pour terminer, vous remarquerez qu'en plus des cinq radicaux terminés par une voyelle, le verbe 飲む (nomu) en possède un spécialement pour les formes passée (飲んだ, nonda) et continuative (飲んで, nonde). Ces radicaux sont un peu particuliers, mais vous les verrez revenir si souvent qu'ils deviendront vite une seconde nature. 

Cette remarque pourrait d'ailleurs s'appliquer à la conjugaison japonaise tout entière : elle est vaste, complexe, un peu difficile d'accès, mais d'une logique implacable. Une fois que vous aurez "pris le truc", elle ne vous posera plus de problème particulier.

Dompter les adjectifs

Comme les verbes, les adjectifs en japonais sont de drôles d'oiseaux. Leur utilisation n'est pas spécialement laborieuse, mais ils ont la particularité de se classer en deux catégories, qui sont sources de confusion.

  • Les adjectifs en -i : comme leur nom l'indique, ils portent une terminaison en -i. Ils se "conjuguent" un peu à la manière des verbes, ce qui a de quoi surprendre !
  • Les adjectifs en -na : également appelés "quasi-adjectifs", ils sont obligatoirement suivis soit du verbe être (だ ou です en fonction du niveau de politesse), soit de la particule な (na) lorsqu'ils se trouvent devant un nom. Un adjectif en -na est invariable, c'est le verbe être qui se conjugue à leur place.

Première remarque : je n'aime pas beaucoup cette appellation "d'adjectifs en -i", car certains adjectifs en -na se terminent par le son i, ce qui a vite fait d'induire les débutants en erreur !

Pour les distinguer, il y a un critère très simple : dans un "vrai" adjectif en -i, le i final se détache lorsqu'il est "conjugué". Dans un adjectif en -na, le i final ne peut en aucun cas être retiré.

Un exemple d'adjectif en -i :

チョコレートが美味しいです。

Chokorēto ga oishii desu.
Le chocolat est délicieux.


L'adjectif 美味しい (oishii, délicieux) est un véritable adjectif en -i. Lorsqu'il est conjugué, la terminaison -i est remplacée par une terminaison spécifique.

チョコレートが美味しです。

Chokorēto ga oishii desu.
Le chocolat est délicieux.


チョコレートが美味しくないです。

Chokorēto ga oishikunai desu.
Le chocolat n'est pas délicieux.


チョコレートが美味しかったです。

Chokorēto ga oishikatta desu.
Le chocolat était délicieux.

Dans les phrases ci-dessus, la terminaison -i (du présent affirmatif) est remplacée par d'autres, respectivement くない (-kunai : négatif) et かった (-katta : passé).

Dans le langage oral, le verbe です ("être", utilisé ici dans des phrases polies) est omis, sans modification de sens :

チョコレートが美味しい

Chokorēto ga oishii.
Le chocolat est délicieux.


A présent, examinons un adjectif en -na :

チョコレートが好きです。

Chokorēto ga suki desu.
J'aime le chocolat.


Il y a un piège et c'est volontaire : 好き (suki, être aimé) est un adjectif en -na, bien qu'il se termine par un i. Il est donc invariable et suivi obligatoirement par だ / です en fin de phrase ou par な (na) devant un nom.

Notez au passage que dans ce contexte, な est en réalité une forme dérivée du verbe être.

A présent, passons cet adjectif à la moulinette :

チョコレートが好きでした

Chokorēto ga suki deshita.
J'aimais le chocolat.


チョコレートが好きではありません

Chokorēto ga suki de wa arimasen.
Je n'aime pas le chocolat.


好きチョコレート。

Suki na chokorēto.
Le chocolat qui est aimé / le chocolat préféré.

Vous l'aurez compris, la terminaison porte ici sur le verbe être. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il suit obligatoirement l'adjectif, sauf dans certains registres de langue très relâchés.

Pour information, il existe également des adjectifs reliés à un nom par la particule の (no), qui marque la possession. Parfois, il est possible de choisir entre na et no.

普通食べ物

Futsū no tabemono
Une nourriture ordinaire


普通食べ物

Futsū na tabemono
Une nourriture ordinaire

Le sens de ces deux phrases est strictement identique. En revanche, la particule の est beaucoup plus fréquente après 普通 (futsū) que ne l'est la particule な en japonais contemporain.

Compter en japonais

Promis, ce sera le dernier gros morceau de la grammaire avant de passer à la suite !

Néanmoins, je ne pouvais pas le passer sous silence, car c'est sans doute l'un des points les plus retors du japonais.

Les deux systèmes de numérotation

Tout d'abord, il est important de préciser qu'il existe non pas un, mais deux systèmes permettant de compter. Le premier provient du japonais archaïque et le second vient du chinois. Si vous maîtrisez cette langue, ne vous étonnez donc pas si vous repérez des similitudes.

Voici les nombres de bases, issus du chinois :

Nombre

Caractère

Prononciation chinoise

Lecture japonaise

0

零 / 〇

Rei

-

1

Ichi

Hito

2

Ni

Futa

3

San

Mi

4

Shi

Yo / yon

5

Go

Itsu

6

Roku

Mu / mui

7

Shichi

Nana

8

Hachi

Ya / yoo

9


Kyū/ku

Kokono

10


Too

100

Hyaku

Momo

1000

Sen

Chi

Félicitations ! Vous savez désormais compter de 1 à 10 en japonais en utilisant la prononciation d'origine chinoise !

La prononciation japonaise, quant à elle, n'est plus utilisée pour nommer les chiffres, à deux exceptions près : yon (4) et nana (7).

Pourquoi, me demanderez-vous ? Pour le chiffre 4, c'est tout simplement parce que le son "shi", lecture chinoise du caractère 四, correspond également à 死, qui n'est autre que le caractère de la mort !

En Asie de l'est, une superstition très répandue (appelé tétraphobie) attribue donc au chiffre 4 une réputation de malheur, comparable à celle que revêt le nombre 13 dans nos contrées. 

Pour cette raison, les Japonais s'arrangent par exemple pour ne pas avoir d'appartement n°4 dans un immeuble ou de quatrième étage dans un hôtel... ou pour utiliser la prononciation historique du caractère, à savoir yon.

Un exemple parlant tiré du jeu d'horreur Silent Hill : dans un ascenseur, un bouton pour aller au quatrième étage, qui n'était pas là auparavant. Très dérangeant pour un Japonais.

Un mot sur les compteurs

Sans doute l'un des points les plus pénibles en japonais : les terribles compteurs.

Voyez-vous, contrairement au français, où il suffit d'ajouter un nombre devant un nom pour en faire le décompte (un chien, deux chiens, trois chiens...), le japonais a recours à un système dont la complexité frise le masochisme.

Ce système consiste à prendre un nombre et à lui adjoindre un compteur numéral, appelé 数詞 (sūshi). 

Ce nombre est parfois en lecture chinoise, parfois en lecture japonaise... et parfois les deux pour un même compteur !

La difficulté est triple : le japonisant débutant devra tout d'abord se demander à quel compteur correspond le nom en question. Ensuite, si ce compteur utilise la lecture chinoise ou japonaise. Et enfin, quelles modifications subira ledit compteur en fonction du nombre qui le précède (un phénomène très fréquent).

Comme je suis sympa, je vous donne les variations du compteur つ, qui s'utilise très souvent, notamment quand on ne sait pas quel autre utiliser, et qui se base sur les chiffres japonais archaïques.

Croyez-moi, il vous sauvera la vie plus d'une fois.

Chiffre

Prononciation

Traduction

一つ

Hitotsu

1 chose

二つ

Futatsu

2 choses

三つ

Mittsu

3 choses

四つ

Yottsu

4 choses

五つ

Itsutsu

5 choses

六つ

Muttsu

6 choses

七つ

Nanatsu

7 choses

八つ

Yattsu

8 choses

九つ

Kokonotsu

9 choses

Too

10 choses

Vous retrouverez sans mal les chiffres japonais historiques, tout en remarquant un redoublement de consonnes pour certains (mittsu, yottsu, muttsu, yattsu). De telles irrégularités sont fréquentes avec les compteurs, autant vous y préparer sereinement.

De manière générale, lorsque les chiffres d'origine japonaise sont utilisés, c'est rarement au-delà du nombre 10 (avec quelques exceptions pour le nombre 20). A partir de 11, on repasse aux nombres d'origine chinoise.

Pour vous donner une idée de ce qui vous attend, voici quelques-uns des compteurs les plus couramment utilisés :

Compteur

Prononciation

Usage

ri / nin

Personnes

hun

Minutes

ji

Heures

ka / nichi

Jours

shū

Semaines


getsu / gatsu

Mois


nen

Années

ko

Petits objets

hon

Objets longs et cylindriques

mai

Objets fins et plats (papier, tissu...)

hai

Contenants (tasses, verres...)

dai

Machines (voitures, téléviseurs...)

ken

Maisons

kai

Etages d'un bâtiment

hiki

Petits animaux (chats, chiens, insectes...)

Grands animaux (baleines, éléphants...)

wa / ha

Oiseaux et lapins (si, si !)

Est-il nécessaire de préciser qu'il existe de nombreux autres compteurs, plus ou moins obscurs ?

Malgré toute la mauvaise foi dont je fais preuve dans cette section, il faut bien admettre qu'ils constituent une preuve fascinante de l'obsession du détail propre aux Japonais.

Un célèbre exemple de compteur : 七人の侍 (shichinin no samurai), "Les Sept Samouraïs". On a ici + (7 en prononciation chinoise + compteur des personnes), la particule de possession (no) et le nom (samurai), soit mot à mot "Les sept personnes de samouraïs".

L'écriture japonaise (hiragana et katakana)

Vous l'aurez remarqué, tout au long de cet article j'ai retranscrit les exemples en alphabet latin.

Cette transcription, les Japonais l'appellent ローマ字 (rōmaji, "caractères romains") et ils l'ont intégré à leur système d'écriture. Cependant, ils l'utilisent rarement dans la vie de tous les jours.

Apprendre le japonais impose donc d'apprendre à lire et écrire une écriture totalement nouvelle. Et ce n'est pas une mince affaire.

Lors d'un premier contact avec l'écriture nippone, on a vite fait d'en conclure que "c'est du chinois". Et ce n'est pas insensé : tous les caractères japonais proviennent directement ou indirectement du chinois.

Un triple système d'écriture

Il existe trois familles de caractères : les kanji, les hiragana et les katakana.

Les kanji sont tout simplement des caractères chinois, aussi appelés sinogrammes. Leur nom japonais, 漢字 (kanji), signifie d'ailleurs "caractères han", les Hans étant l'ethnie principale de Chine. On considère qu'ils ont été amenés au Japon au IVe ou au Ve siècle par des lettrés chinois et coréens et qu'ils étaient alors uniquement employés pour rédiger des textes en chinois classique. 

A cette époque, les Japonais ne disposaient d'aucun système d’écriture pour consigner leur propre langue. C'est donc tout naturellement qu'ils choisirent cette graphie, tout en lui apportant d'importantes modifications pour les adapter aux spécificités du japonais.

Les caractères furent d'abord utilisés uniquement pour leur valeur sémantique, autrement dit leur sens. Puis les Japonais eurent l'idée de n'en garder que la composante phonétique, soit les sonorités. C'est ainsi qu'au VIe siècle apparurent les kana, des caractères dérivés des kanji, utilisés pour noter le japonais oral.

Le premier système à voir le jour est aujourd'hui appelé man'yōgana (万葉仮名). Il s'agit d'un syllabaire, qui permet donc d'écrire des syllabes, là où un alphabet possède des consonnes et des voyelles seules.

Progressivement, les kana se sont scindés en deux versions différentes :

  • Les hiragana (平仮名), basés sur une écriture cursive des kanji et reconnaissables à leur forme arrondie ;
  • Les katakana (片仮名), inventés au IXe siècle par des moines bouddhistes afin de faciliter la lecture des textes sacrés, avec leur tracé simple et anguleux.

L'évolution des hiragana, depuis les kanji et à travers les man'yōgana (source)

Le développement des katakana, des "fragments de kanji" utilisés pour leur valeur phonétique (source).

Vous noterez que dans ces deux syllabaires, ce ne sont pas toujours les mêmes kanji qui ont été retenus pour noter un certain son, ce qui explique pourquoi certains hiragana et katakana se ressemblent, mais pas d'autres.

Par exemple, le son "ka" s'écrit か en hiragana et カ en katakana, tous deux issus du kanji 力.

A l'inverse, le son "e" est noté え en hiragana, qui provient du kanji 衣, mais il s'écrit エ en katakana, qui vient du kanji 江.

Dans la prochaine partie, nous verrons les trois systèmes d'écritures, dans l'ordre dans lequel je vous conseille de les apprendre, à savoir hiragana, katakana et kanji.

Les hiragana

Les hiragana sont en quelque sorte le système d'écriture de base du japonais.

Ils permettent de noter les mots pour lesquels il n'existe pas de kanji ou pour lesquels la graphie en kanji est jugée trop formelle, ou encore la terminaison des verbes et adjectifs (appelée okurigana). Théoriquement, on peut très bien tout écrire (ou presque) en hiragana, comme c'est le cas dans certains livres pour enfants.

Pour cette raison, vous devez en faire une priorité dans votre apprentissage et vous y mettre dès le tout premier jour.

Un erreur commune consiste à leur préférer dans un premier temps les katakana, qui semblent plus faciles d'accès. Mais ce serait mettre la charrue avant les bœufs : en vous concentrant d'abord sur les hiragana, vous serez plus vite en mesure de lire et écrire la langue.

En japonais moderne, il existe 46 hiragana (plus quelques autres qui ne sont plus utilisés), que vous trouverez dans le tableau ci-dessous :

Les 46 hiragana officiels, plus ゐ (wi) et ゑ (we), qui ne sont plus employés en japonais moderne (source).

A l'exception du ん, qui est un -n final, chaque hiragana représente une syllabe indépendante (plus précisément une "more"), formée d'une consonne suivie d'une des cinq voyelles du japonais (a, i, u, e, o).

Les katakana

Les katakana sont presque un miroir des hiragana, dans la mesure où ils sont en nombre égal et fonctionnent sur le même principe de syllabes. Certaines paires de kana sont même quasiment identiques, comme か et カ pour ka ou へ et ヘ pour he.

Les katakana, de leur côté, répondent aux usages suivants :

  • Orthographier les termes étrangers (sauf les mots chinois anciens, notés en kanji) : par exemple, フランス (furansu, "France"), ピザ (piza, "pizza") ou ラーメン (rāmen, "ramen") ;
  • Ecrire les onomatopées, particulièrement nombreuses en japonais, comme ニコニコ (nikoniko, "avec un sourire"), ペラペラ (perapera, "parler couramment une langue") ou ゴロゴロ (gorogoro, "grondement / ronronnement") ;
  • Noter les termes scientifiques, comme les noms de plantes ou d'animaux. Par exemple, le mot saru (singe) est souvent écrit soit en kanji, 猿, soit en katakana, サル ;
  • Mettre en relief des mots dans un texte (comme le gras ou l'italique chez nous). Par exemple, ここ (koko, "ici") se retrouve parfois écrit ココ sur certains panneaux.

Les katakana représentent tous des syllabes, à l'exception du ン, qui est lui aussi un -n final.

Les 46 katakana officiels, avec ici aussi ヰ (wi) et ヱ (we) qui sont aujourd'hui désuets (source).

Comment écrire en kana

En ce qui concerne l'écriture en kana, le japonais est égal à lui-même : complexe en apparence (avec 92 caractères à retenir au total !), mais d'une logique à toute épreuve.

Les mots japonais se basent sur un système de mores (pour faire simple : des syllabes). Oubliez les suites de consonnes des langues slaves ou les voyelles inexistantes des langues sémitiques : ici, il suffit d'aligner les syllabes !

Par exemple, le mot kokoro (cœur, esprit) est composé des hiragana こ+ こ+ ろ. Tout simplement !

Il existe cependant quelques subtilités, qui permettent d'enrichir l'écriture japonaise. Passons-les en revue.

Les diacritiques (dakuten et handakuten)

Il s'agit de petits signes qui viennent transformer la prononciation de certains kana. Ils fonctionnent exactement de la même façon pour les hiragana et les katakana.

Le dakuten (濁点, "point sonore"), noté [゛], a l'effet suivant :

K + ゛→ G

S + ゛→ Z
(exception : SHI + ゛→ JI)

T + ゛→ D
(exception 1 : CHI + ゛ → dJI)
(exception 1 : TSU + ゛ → dZU)

H + ゛→ B

Le handakuten (半濁点, "point demi-sonore"), noté [゜], concerne uniquement la consonne H, qu'il transforme en P.

H + ゛→ P

Quelques exemples pour que ce soit plus parlant :

Kana seul

Dakuten

Handakuten


(ka)


(ga)

-


(sa)


(za)

-


(ta)


(da)

-


(ha)


(ba)


(pa)

J'ai volontairement laissé de côté les exceptions mentionnées plus haut : vous les découvrirez en temps et en heure !

Les combinaisons et les mini-kana

Si vous n'avez jamais vu le terme "mini-kana" dans un livre de grammaire, c'est normal : je l'ai sorti de mon chapeau.

Sachez en tout cas qu'il existe des versions miniaturisées de certains kana, principalement ceux commençant par un y : ya, yu et yo.

Si vous les ajoutez après un kana se terminant par la voyelle i, vous pouvez former des combinaisons de caractères.

En voici un échantillon :

Kana de base

や (ya)

ゆ (yu)

よ (yo)


(ki)

きゃ
(kya)

きゅ
(kyu)

きょ
(kyo)


(chi)

ちゃ
(cha)

ちゅ

(chu)

ちょ
(cho)


(hi)

ひゃ

(hya)

ひゅ

(hyu)

ひょ
(hyo)


(gi)

ぎゃ

(gya)

ぎゅ

(gyu)

ぎょ

(gyo)

Dans le dernier cas de figure, vous noterez qu'il est possible de réaliser des combinaisons avec un kana modifié par un dakuten (ki + ゛ + ya = gya).

Le redoublement de consonne

Ce phénomène implique un autre "mini-kana", à savoir tsu (っ / ッ ).

Si vous ajoutez ce caractère en version miniaturisée devant un kana commençant par une consonne, cette consonne sera redoublée.

Par exemple, l'un des noms du Japon en japonais est nippon, qui se prononce nip-pon. En hiragana, vous écrirez donc :

ぽん

(ni - tsu - pon = nippon)
Japon


Le tsu miniaturisé ne se prononce pas : il sert uniquement à redoubler la consonne qu'il précède. Attention donc à bien lire et écrire ce caractère.

き / に

(ni tsuki / nikki)

par, en raison de / journal intime


L'allongement de voyelle

Dernière convention pour écrire en kana, les voyelles allongées. Nous reviendrons plus longuement dessus dans la partie sur la prononciation, attardons-nous pour le moment sur leur écriture.

Le japonais possède des voyelles courtes et longues. Pour allonger une voyelle, il y a deux méthodes.

Hiragana

Pour les hiragana, il faut ajouter la voyelle seule à la syllabe. Par exemple, か + あ = "kaa".

おかさん

(o - ka - a - san)
mère


Il existe cependant quelques bizarreries.

Tout d'abord, pour allonger la voyelle e, il faut ajouter un い (i). Par exemple, せ + い = "see".

せんせ

(se - n - se - i)
professeur


Ensuite, pour allonger la voyelle o, il y a deux possibilités.

La première, plus courante, consiste à ajouter la voyelle う (u). Par exemple, と + う = "too" (et non "to-u")

きょ

(to - u - kyo - u)
Tokyo


La seconde, plus rare, consiste à ajouter la voyelle お (o). Par exemple, と + お = "too".

さか

(o - o - sa - ka)
Osaka


Katakana

Pour allonger une voyelle écrite en katakana, il faut lui ajouter une barre horizontale, ー. Par exemple, ラ + ー = "raa".

デュティ・フリ

(dyu ti・fu - ri )
Duty free, exemption de taxes


Dans certains cas assez marginaux, il est possible d'utiliser pour les katakana les conventions d'allongement des voyelles issues des hiragana, notamment pour donner la prononciation des kanji.

Ce qui me donne une transition toute trouvée vers la prochaine partie, qui porte sur l'un des points les plus redoutés du japonais : les fameux kanji.

Les kanji, au cœur de l'écriture japonaise

Commençons par briser quelques espoirs : vous voulez apprendre le japonais ? Alors vous devez apprendre les kanji. Impossible de faire autrement. Et ceux qui vous disent que vous pouvez vous en passer font simplement dans la démagogie.

La bonne nouvelle, cependant ? Lorsque vous en connaîtrez suffisamment, viendra un moment où ils cesseront d'être un obstacle, pour devenir un allié dans votre apprentissage.

Il y a trois raisons à cela :

  • Tout d'abord, les kanji représentent des pictogrammes ou des idéogrammes. Ils permettent donc de saisir en un clin d'œil le sens d'un mot. Par exemple, si vous voyez le mot 出口 (deguchi) écrit dans une gare ou un aéroport, vous saurez immédiatement qu'il s'agit de la sortie (出 : sortie, 口 : bouche) ;
  • Ensuite, à part dans les publications pour enfants ou pour apprenants, le japonais ne note pas les espaces. Sans kanji, bon courage pour savoir où commencent et finissent les mots. Ils offrent donc l'avantage de "rythmer" la phrase et d'indiquer clairement ses éléments constitutifs ;
  • Dernier point et pas des moindres, le japonais est une langue phonétiquement assez pauvre (nous y reviendrons). En résulte un grand nombre d'homophones, c'est-à-dire de mots qui se prononcent de la même manière. Les kanji viennent donc préciser le sens d'un terme et limitent ainsi les ambiguïtés.

Pour illustrer ces points, examinons la phrase suivante, écrite d'abord uniquement en hiragana, puis avec kanji et hiragana :

Hiragana seuls
かのじょはくろいかみをしています。

Kanji + hiragana
彼女は黒い髪をしています。


Kanojo wa kuroi kami o shite imasu.
Elle a les cheveux noirs.


Même si vous ne connaissez pas (encore !) ces kanji, vous conviendrez que la deuxième version de la phrase semble plus ordonnée que la première, qui ressemble plus à une plâtrée de texte qu'autre chose.

Donc si à l'heure actuelle, vous aimeriez bien pouvoir vous passer des kanji, vous vous surprendrez vite à pester parce qu'une phrase n'en comporte pas assez. Vous verrez.

Pour achever de vous convaincre de l'importance des caractères, examinons quelques homophones.

Par exemple, la prononciation fukushū peut tout aussi bien correspondre au mot 復習, qui signifie "révision", qu'à 復讐, qui veut dire "vengeance" !

Continuons à nous amuser : la prononciation shokuzai peut correspondre à 食材, "ingrédient", autant qu'à 贖罪, "expiation" !

Il s'agit évidemment d'exemples absurdes. Mais il arrive souvent que le contexte de la phrase ne soit pas suffisant pour résoudre l'ambiguïté. Dans de tels cas, les kanji sont vos amis.

Structure et fonctionnement des kanji

Concrètement, un kanji est un caractère contenu dans un carré, constitué d'un certain nombre de traits. Ces traits forment des "dessins", qu'il est possible de combiner pour former des caractères plus complexes.

Pour illustrer cela, prenons le kanji 休, qui porte l'idée de repos. Il s'écrit de la manière suivante :

Ce kanji comporte six traits, qui doivent toujours être tracés dans cet ordre (source).

Ensuite, le caractère 休 est lui-même composé de deux autres caractères : 人 ("être humain") et 木 ("arbre"). On peut ainsi se figurer le kanji "repos" comme l'image d'une personne en train de se reposer contre un arbre.

Comme rien ne vous échappe, vous aurez remarqué que le kanji 人 s'est transformé en 亻. Placé à gauche du caractère complet, il devient ce qu'on appelle la clé, ou radical.

Le radical d'un kanji permet, en plus du nombre de traits, de le chercher dans un dictionnaire. On considère traditionnellement qu'il existe 214 radicaux, dont vous trouverez la liste complète sur cette page.

Avec l'habitude, vous finirez par reconnaître les principaux radicaux ainsi que les formes dérivées qu'ils peuvent adopter à l'intérieur d'un caractère.

Voici quelques variantes de caractères, en fonction de leur place dans le kanji.

Caractère

Sens

A gauche

En haut

En bas

Cœur

-

Eau

-

Œil

-

-

Main

-

-

Couteau

-

-

La meilleure méthode pour apprendre les kanji reste donc dans un premier temps de vous familiariser avec les éléments qui les constituent et à adopter une approche en "Lego".

Commencez par les briques, autrement dit les radicaux, puis entraînez-vous à observer des kanji de plus en plus complexes, comme cette horreur, dont le sens n'est autre que... "dépression".

Peu à peu, vous habituerez votre cerveau à manipuler et combiner ces formes simples, jusqu'à rendre cette gymnastique complètement naturelle.

Au bout d'un moment, vous vous rendrez compte que lire et écrire des centaines de kanji n'est en définitive pas plus compliqué que le fait d'utiliser l'alphabet latin. Juste un tantinet plus exotique.

Prononciation des kanji

Nous l'avons vu, les kanji sont porteurs de sens. Mais ils ont également une valeur phonétique. En règle générale, chaque kanji possède plusieurs prononciations, qui varient en fonction du contexte.

Les lectures kun et on

Il existe deux grands types de "lectures" (prononciations) pour les kanji : la lecture kun et la lecture on.

Reprenons le mot 足跡, que nous avions vu au début de ce dossier. Je vous avais présenté deux prononciations pour ce terme : ashiato, purement japonaise, et sokuseki (d'origine chinoise). Ou encore, souvenez-vous des chiffres, qui existent dans une version japonaise et une version dérivée du chinois.

Eh bien c'est exactement le même principe pour les lectures des kanji : il existe des prononciations tirées du japonais ancien et d'autres empruntées aux chinois.

La lecture kun (ou kun'yomi)

Lorsque les Japonais ont adopté les sinogrammes, ils s'en sont d'abord servis pour lire et écrire en chinois. Progressivement, le besoin s'est fait sentir de retranscrire le japonais oral.

Les lettrés ont donc commencé à annoter les textes chinois pour indiquer à quel mot japonais correspondait un caractère donné. Avec le temps, ils ont fini par associer le caractère (écrit) au mot japonais (oral) et à le prononcer comme tel.

C'est la lecture kun (訓読み, kun'yomi), également appelée "lecture sémantique".

Prenons le caractère , qui représente un œuf. Les Japonais avaient déjà un terme pour désigner un œuf, à savoir tamago (oui, le nom Tamagotchi vient de là). Ils ont donc décidé de donner au sinogramme la prononciation tamago. Il s'agit donc d'une lecture kun, qui se base sur le sens du caractère (plutôt que sa prononciation chinoise). 

Dans un dictionnaire, la lecture kun est donnée en hiragana, ou en minuscules en alphabet latin.

La lecture on (ou on'yomi)

Cette lecture est en quelque sorte le pendant inverse de la précédente. Lorsque les Japonais ont emprunté des caractères et des mots au chinois, ils se sont parfois contentés de les prononcer directement "à la chinoise"... mais avec leur propre système phonétique.

Cette prononciation, débarrassée des tons chinois et adaptée aux sonorités du japonais, a donné une prononciation dite "sino-japonaise".

C'est la lecture on (音読み, on'yomi), aussi appelée "lecture phonétique".

Penchons-nous à nouveau sur notre caractère . Les Japonais ont emprunté la prononciation du chinois médiéval /luɑnX/, l'ont adoptée à leur sauce pour donner ran.

Le japonais n'a pas puisé dans le lexique chinois de manière uniforme : bien au contraire, il l'a fait à des époques diverses, dans des dialectes de plusieurs régions de Chine.

Pour cette raison, un même mot peut revêtir plusieurs lectures on différentes, comme le go-on, issu de l'actuelle région de Shanghai, ou le kan-on, hérité du chinois de la dynastie Tang.

Dans un dictionnaire, la lecture on est donnée en katakana, ou en majuscules en alphabet latin.

La lecture nanori

J'en profite pour vous présenter rapidement une lecture un peu à part, appelée nanori (名乗り), littéralement "présentation de soi". Elle est utilisée dans les prénoms, les noms de famille ou encore les noms de lieux.

Si, lors d'un voyage au Japon, vous tombez sur un panneau et trouvez une lecture d'un kanji dont vous n'aviez pas l'habitude, il y a de grandes chances pour qu'il s'agisse d'un nanori.

Quelle lecture pour un caractère ?

Il n'est pas toujours facile de savoir quelle lecture employer pour prononcer un kanji. Voici tout de même quelques éléments qui vous aideront à faire le bon choix.

Lecture kun

Il arrive très souvent qu'un mot formé d'un unique caractère hérite de sa lecture kun. de la même manière, les radicaux des verbes et des adjectifs en -i sont généralement en lecture kun, car hérités du japonais ancien.

Lecture on

Les caractères prennent souvent une lecture on lorsqu'ils se trouvent à l'intérieur d'un mot. C'est également le cas dans les verbes du type "mot + する" (comme 関係する, "avoir une relation") et dans les adjectifs en -na, car ils sont presque tous issus du chinois.

Une voyelle longue est d'ailleurs très souvent une survivance d'un ton chinois et renvoie là aussi à une lecture on.

Plusieurs lectures possibles

Comme 足跡 (ashiato / sokuseki), il arrive qu'un mot ait soit une lecture kun, soit une lecture on, la seconde pouvant renvoyer à un sens plus technique ou scientifique.

Prenons par exemple deux mots utilisant les mêmes kanji et signifiant tous les deux "coquille d’œuf" :

Lecture kun


卵の殻

(tamago no kara)


Lecture on


卵殻

(rankaku)


Dans le premier cas, on a la lecture kun des caractères 卵 (tamago) et 殻 (kara), の étant une particule de liaison.

Dans le second cas, on a la lecture on des caractères 卵 (ran) et 殻 (kaku).

Il arrive même parfois que dans un même mot cohabitent deux lectures de kanji différentes. Par exemple dans 台所, "cuisine" :

台所

(daidokoro)


台 : dai → lecture on


: dokoro (dérivé de tokoro)→ lecture kun


Les Japonais jouent volontiers avec les différentes lectures des kanji, pour créer des jeux de mots ou encore pour s'inventer des pseudonymes.

Un exemple : le titre original du film Le Voyage de Chihiro (Sen to Chihiro no kamikakushi) joue sur deux prononciations possibles du kanji (lecture on : sen, lecture kun : chi).

Apprendre les kanji : quelques pistes

A titre personnel, je suis farouchement opposé à la méthode traditionnelle d'apprentissage des kanji, qui prévaut encore aujourd'hui dans la plupart des écoles et universités.

Elle consiste à apprendre par cœur les caractères ainsi que leurs lectures. A mes yeux, il s'agit surtout d'un excellent moyen de tout mélanger et de finir complètement dégoûté.

Prenons un kanji très courant, 上, qui a le sens de "en haut". Selon son entrée dans le Wiktionnaire, il a en tout :

  • 3 lectures on ;
  • 7 lectures kun ;
  • 9 lectures nanori.

Bon courage pour tout retenir sans aucune aide contextuelle.

Poussons le raisonnement jusqu'à l'absurde et penchons-nous plutôt sur les sonorités. Prenons par exemple le son shin. S'agit-il de la lecture on du kanji...

  • 新, "nouveau" ?
  • 心, "cœur" ?
  • 神, "dieu" ?
  • 真, "vrai, véritable" ?
  • Ou encore de 信, "foi" ?

Là aussi, vous avez l'embarras du choix, car tous ces kanji se prononcent potentiellement shin. Et donc toutes les chances de vous mélanger complètement les pinceaux.

Inutile de demander à appeler un ami japonais, il ne pourra pas vous aider.

La meilleure stratégie pour vous initier aux kanji consiste à apprendre à reconnaître leurs éléments constitutifs, puis des caractères de plus en plus complexes.

Ensuite, et seulement à ce moment, vous commencerez à reconnaître des kanji dont vous connaissez déjà la prononciation, car vous les aurez vus intégrés dans des mots.

Vous pourrez alors déduire leurs différentes lectures et en apprendre régulièrement de nouvelles. Ce sera plus plaisant et surtout bien plus efficace que le bourrage de crâne.

Le japonais est une langue hautement contextuelle et la prononciation des kanji ne fait pas exception : à vous d'en faire une force plutôt qu'un obstacle.

La prononciation du japonais : vraiment facile ?

Dernière étape de ce tour d'horizon : l'oral. A ce sujet, j'entends souvent dire que la prononciation du japonais est incroyablement facile. Résultat : elle est souvent balayée d'un revers de main, avec les résultats calamiteux que vous imaginez.

C'est un fait : grâce à un nombre de sons restreint et son système de syllabes, le japonais ne pose pas de difficulté majeure. Cela étant dit, il comporte son lot de subtilités et c'est à vos risques et périls que vous les ignoreriez.

Voyons donc quels sont les sons propres au japonais et comment bien les prononcer.

Les voyelles

Le japonais moderne comporte seulement cinq voyelles : /i/, /e/, /a/, /o/ et /ɯ/.

Les quatre premières existent déjà en français, sachant que le /e/ se prononce "é". Facile !

La cinquième, le u japonais, est un peu plus mystérieuse. il s'agit d'une "voyelle fermée postérieure comprimée", qui se prononce au fond de la bouche, avec la langue proche du palais et les lèvres non-arrondies.

う / ウ

(u)


Voyelles courtes et longues

En japonais, il existe des voyelles courtes et des voyelles longues (comme en finnois par exemple).

Veillez à bien les prononcer et à prêter l'oreille quand vous les entendez : contrairement au français, cela a un réel impact sur le sens d'un mot.

Voici deux termes quasiment identiques, le premier avec une voyelle courte, le second avec une voyelle longue :

おじさん / おじさん

(ojisan / ojiisan)

oncle / grand-père


Pour écrire les voyelles longues et courtes, référez-vous au chapitre consacré aux kana.

Les consonnes

Plutôt que de dresser un éventail complet des consonnes japonaises, penchons-nous sur celles qui sont susceptibles de vous poser problème.

Précisons d'emblée que le G et le S sont toujours prononcés durs, donc comme dans "gomme" et dans "serpent" et jamais comme dans "geai" ou "désir".

Le R japonais

Sans aucun doute le son qui intrigue le plus les francophones. Pourtant, il n'a rien de bien compliqué. Pour que ce soit bien clair : ne vous fiez pas à l'écriture, il ne s'agit absolument pas du R français standard, produit au fond de la bouche.

Vous aurez sans doute entendu dire qu'il s'agit plutôt d'un L : certains locuteurs le prononcent en effet ainsi, principalement les jeunes filles.

Cependant, la prononciation standard reste une consonne alvéolaire battue.

Autrement dit, le R japonais se prononce en produisant un battement de la langue sur la crête alvéolaire, située entre le haut des dents et le palais.

Si vous savez rouler les R, il vous suffit de placer la langue au même endroit et de produire un unique battement au lieu d'une vibration. Ce son est d'ailleurs très proche du R battu espagnol, quand il est prononcé entre deux voyelles (comme dans pero).

ら-り-る-れ-ろ

(ra-ri-ru-re-ro)


Notez au passage que le R roulé existe dans certains dialectes (notamment d'Osaka) mais est souvent connoté "mauvais genre". Mieux vaut donc vous en tenir au R battu, sauf éventuellement si vous comptez rejoindre un clan de yakuza (sait-on jamais).

Les trois prononciations du H

Le H japonais est toujours prononcé. Il y a trois cas de figure :

  • Devant un a, un o ou un e, il est aspiré, comme en anglais ou en allemand ;
  • Devant un i (ひ / ヒ), il se prononce en plaçant le dos de la langue près du palais, comme dans le mot allemand ich ;
  • Enfin, devant un u (ふ / フ), il se prononce en soufflant entre les lèvres partiellement fermées. Dans ce cas, il est souvent retranscrit "fu", mais c'est un peu trompeur : il ne faut pas placer les dents sur les lèvres comme c'est le cas quand on prononce un f.

Deux exemples, avec hi et hu :


(hito)

personne, être humain


台風

(tai)

typhon


Le SH et le J

Pour être tatillon, remarquons que le doublet sh / j en japonais est plus "palatalisé" qu'en français. Pour le dire plus simplement, ces deux consonnes se prononcent en plaçant la langue plus près du palais.

写真

(shashin)

photographie


情状

(jōjō)

circonstance


Les différentes facettes du -n

Le -n final (ん / ン) possède de nombreuses prononciations différentes, en fonction des sons qui le précèdent ou le suivent.

Pour ne pas vous perdre dans des détails de phonétique, je m'en tiendrai aux phénomènes les plus notables.

Devant un p, un b ou un m, il se prononce comme un "m".

Certains mots japonais sont d'ailleurs orthographiés avec un m lorsqu'ils sont repris dans d'autres langues, comme "shimbun" (shinbun, journal) ou "sempaï" (senpai, aîné).

頑張って!

(ganbatte!)

Courage !


Devant un k ou un g, il est nasalisé, donc prononcé légèrement avec le nez.

C'est le même n qu'à la fin de king en anglais. Si vous prononcez ou avez déjà entendu le mot "pain" avec l'accent du sud, alors vous connaissez déjà ce son ! 

元気

(genki)

Bonne santé


A la fin d'un mot, il se prononce avec la langue placée près du fond du palais. La voyelle qui le précède est alors nasalisée.

En tant que francophone, vous savez déjà dire "in", "on" ou "an". Il vous suffit de le faire plus légèrement et en prononçant bien le n nasal et vous aurez tout bon !

生産

(seisan)

production


Les consonnes simples et doubles

Le japonais possède des consonnes simples et d'autres qui sont redoublées (plus précisément, "géminées"). Pour rappel, elles s'écrivent en plaçant un petit っ / ッ devant la consonne concernée.

Comme pour l'italien ou le finnois, ce n'est absolument pas décoratif : en oubliant de doubler une consonne, vous risquez de prononcer un tout autre mot.

Voici un duo consonne simple / consonne double :

世間 / 石鹸

(seken / sekken)

société / savon


L'accent de hauteur

Le japonais a le bon goût de ne comporter ni accent tonique, ni système tonal. Néanmoins, il possède une excentricité qui lui est propre : l'accent de hauteur ou accent chromatique.

Malheureusement, ce phénomène est rarement bien expliqué. La plupart des méthodes se contentent de le présenter rapidement en préambule, de vous prévenir que c'est très compliqué, puis de ne plus jamais en reparler.

Pourtant, c'est cette intonation qui donne sa mélodie si particulière à la phrase japonaise.

L'accent de hauteur consiste à prononcer certaines syllabes plus haut que d'autres. Un peu comme si vous chantiez plus grave ou aigu en fonction de l'intonation du mot.

Dans les dictionnaires, ce système est représentée par des lignes placées au-dessus du mot.

Un exemple :

高速道路

(kōsokudōro)

autoroute


Vous aurez remarqué que la hauteur de son commence assez bas puis monte brusquement pendant le long initial, reste haute pendant une bonne partie du mot, avant de retomber brusquement à la fin du long.

On a donc :

ーそくどーろ

(kōsokudōro)


Bleu : bas

Rouge : haut

Vous noterez que j'ai volontairement représenté les voyelles longues avec un signe d'allongement (ー). Cela permet de mieux représenter le système de mores (unités de son), qui est plus pertinent pour le japonais que les syllabes. En effet, la syllabe contient deux mores (ko + ) et c'est sur cette deuxième more que se joue le changement de hauteur.

Comme pour les voyelles allongées et les consonnes doubles, l'accent de hauteur permet de distinguer certains mots très proches.

Voici l'exemple le plus connu, avec trois mots qui s'écrivent exactement de la même manière en hiragana (はし, hashi), mais qui possèdent chacun une intonation propre.

hashi

baguettes

hashi

pont

hashi

bord


Dans le premier mot (箸, "baguettes"), la première syllabe est prononcée plus haut que la seconde. Dans les deux cas suivants, c'est l'inverse : on commence bas puis on monte.

La différence entre 橋 ("pont") et 端 ("bord") ? Elle concerne le mot qui viendra juste après dans la phrase. Pour 橋 (hashi), l'intonation redescend et le mot qui viendra immédiatement après sera prononcé bas. Pour 端 (hashi), l'intonation ne redescend pas et le mot suivant sera lui aussi prononcé haut.

Vous l'aurez compris, l'intonation affecte autant les mots seuls que la phrase entière. Autant dire qu'elle est omniprésente en japonais ! Je n'entrerai pas davantage dans les détails dans ce dossier, mais si le sujet vous intéresse, cette vidéo illustre clairement la différence entre les trois mots vus plus haut.

Les ressources pour apprendre le japonais

J'en ai terminé avec ce tour d'horizon des caractéristiques du japonais. J'admets qu'il était particulièrement copieux, mais au moins, vous savez ce qui vous attend et ce que vous aurez à apprendre au cours des prochains mois.

J'ai volontairement laissé de côté certains éléments plus avancés, comme les pronoms personnels, les combinaisons de verbes ou le langage poli : vous aurez tout le loisir de les découvrir par la suite.

A présent que vous êtes bien armé du point de vue théorique, passons à l'aspect pratique : les ressources pour commencer à apprendre le japonais.

Dans les lignes qui suivent, vous trouverez une sélection (non-exhaustive) de ressources de qualité. Vous les dénicherez très facilement dans une librairie spécialisée dans les langues ou la culture japonaise, ou encore sur Internet. Pour les livres et méthodes, vous pouvez cliquer sur leur couverture pour vous les procurer.

Nul besoin d'acquérir toutes ces ressources tout de suite : vous pouvez très bien en choisir quelques-unes et étoffer votre collection au fur et à mesure de votre parcours.

Méthodes de japonais

J'ai retenu deux méthodes que j'ai pu utiliser conjointement. Vous les connaissez certainement, il s'agit d'Assimil et Minna no nihongo.

Assimil

J'apprécie cette méthode pour la qualité de ses dialogues, bien écrits et divertissants. L'audio est d'excellente qualité, comme d'habitude avec Assimil et les explications de grammaire très claires.

En revanche, je ne la trouve pas forcément très progressive : la difficulté des exercices augmente très rapidement, notamment les textes à trous. Pour cette raison, il est indispensable de l'accompagner d'autres ressources.

Minna no nihongo

Autre méthode "star" : Minna no nihongo ("le japonais pour tous"). Elle a été pensée pour être utilisée dans les écoles et présente la particularité d'être divisée en deux ouvrages : un premier entièrement en japonais et un second comportant le vocabulaire et les notes grammaticales, traduit dans un certain nombre de langues, dont le français.

L'ouvrage de base (entièrement en japonais)...

...et les notes grammaticales en français !

Cette méthode est un peu austère et le fait qu'elle soit intégralement en japonais peut lui donner un aspect "marche ou crève". Mais ne vous laissez pas cette première impression vous rebuter : cette approche constitue un excellent moyen de vous immerger dans la langue, même en autodidacte, et le livret en français est largement suffisant pour tout comprendre. Une valeur sûre.

Autres méthodes

J'ai également eu entre les mains la méthode Banzaï, dont les textes constituent un bon support pour démarrer la lecture, mais qui n'est pas aussi bien structurée que les deux précédentes. J'ai également eu de bons retour sur Le Japonais en Manga, Manekineko ou encore Genki.

Apprendre l'écriture (kana et kanji)

L'écriture constitue l'un des piliers du japonais et représentera une activité d'apprentissage à part entière. Pour vous aider à l'acquérir, vous pouvez vous tourner vers les ressources ci-dessous.

Les cahiers d'écriture

Il est tout à fait possible d'apprendre les hiragana et katakana sur le tas, en vous basant sur votre méthode. Mais si vous aimez la calligraphie, vous pouvez tout aussi bien vous procurer un carnet d'écriture.

Le coffret d'Assimil, qui vous enseigne les bases des kana et des kanji, me semble être un bon choix, dans la mesure où j'ai bien aimé la version pour l'alphabet hébreu.

Les kanjis dans la tête

Pour apprendre les caractères, ma méthode préférée est sans conteste Les kanjis dans la tête, d'Yves Maniette. Adaptation d'une méthode américaine, Remembering the Kanji, elle vous permettra d'apprendre les kanji brique après brique, jusqu'à les avoir bien en tête. Par la suite, vous les écrirez et les reconnaîtrez beaucoup plus facilement.

Couplée à un paquet de cartes mémoire sur Anki, cette méthode est redoutable pour mémoriser les caractères japonais.

Longtemps épuisée, Les kanjis dans la tête a fait l'objet d'une spéculation délirante sur le marché de l'occasion. Heureusement, une version mise à jour est sortie en 2019, vous pourrez donc enfin l'acquérir à un tarif décent.

Kanji et kana

Lorsque le tracé des kanji n'aura plus de secrets pour vous, vous pourrez passer à un ouvrage spécialisé répertoriant leurs différentes lectures. Le manuel de référence est sans doute Kanji et kana, qui contient l'intégralité des 2141 kanji officiels. Vous aurez donc de quoi faire.

J'avoue cependant ne plus beaucoup l'utiliser au quotidien : je trouve les applications mobiles beaucoup plus intuitives, principalement grâce au tracé sur écran tactile. Kanji et kana reste dans tous les cas une valeur sûre si vous recherchez un ouvrage académique, je m'en suis par exemple servi pour écrire ce dossier.

Les manuels de grammaire

Si les méthodes vues plus haut vous fournissent les bases de la grammaire, il peut être intéressant de les compléter avec un manuel dédié. En voici deux, chacun répondant à un usage particulier.

Grammaire japonaise systématique

La bible francophone de la grammaire japonaise. Cet ouvrage très complet n'est pas forcément le plus accessible, dans la mesure où il reste très analytique. Si vous cherchez des entrées synthétiques accompagnées d'exercices, passez votre chemin : il s'agit avant tout d'un livre de linguistique, qui explore en profondeur les rouages du japonais.

Si en revanche vous cherchez un support pour atteindre un niveau plus avancé, ou si vous avez vous-même une approche de linguiste, cette Grammaire japonaise systématique trouvera sa place dans votre bibliothèque.

Grammaire du japonais

Ce manuel est en quelque sorte le complément de la méthode Assimil : nous le devons à la même personne, Catherine Garnier. Il s'agit clairement d'un ouvrage de révision, dans lequel les règles de grammaire sont regroupées par entrées numérotées.

Malheureusement, ce livre est entaché par un défaut majeur : l'absence d'écriture japonaise. Tout, absolument tout est retranscrit en romaji. Si je comprends la volonté affichée de le rendre accessible même aux curieux ne maîtrisant pas les plus fines subtilités des kanji, je trouve que c'est une erreur. Non seulement l'écriture fait partie intégrante de la langue, mais elle donne aussi de précieuses indications, comme nous l'avons vu dans la partie sur les caractères. Des phrases d'exemple données en japonais et en romaji auraient rendu l'ouvrage plus pratique à parcourir.

Ce point noir mis à part, le manuel d'Assimil reste très clair et didactique. Une bonne ressource pour rapidement lever un doute sur tel ou tel point de grammaire.

Culture et voyage

Une langue est plus que la somme de son vocabulaire et de sa grammaire : la culture joue un rôle prépondérant. Voici quelques livres pour aller à la rencontre des Japonais.

Comprendre la mentalité japonaise

Pour mieux cerner la manière dont les Japonais voient le monde, le livre Les leçons du Japon : un pays très incorrect de Jean-Marie Bouissou constitue une entrée en matière idéale.

Avec un mélange de tendresse et d'humour grinçant, l'auteur y dresse une comparaison entre la France et le Japon. Si ce dernier est aux antipodes de notre mentalité "politiquement correcte", nous gagnerions à nous en inspirer dans certains domaines.

Il dresse de l'Archipel un portrait sans coplaisance, en mettant en avant ses qualités (efficacité, sécurité, paix sociale, niveau de vie élevé, service impeccable...) autant que ses aspects moins reluisants (économie atone et peu productive, dette publique écrasante, population vieillissante et jeunesse démoralisée, pauvreté grandissante, brutalité de la société envers les femmes et les personnes qui sortent du moule...).

Si vous idéalisez le Japon, ce livre ne prendra pas de gants pour briser vos illusions, mais il vous permettra d'apprécier ce pays pour ce qu'il est vraiment, avec ses forces et ses faiblesses.

Préparer votre premier voyage

Il existe un nombre incroyables de guides de voyage consacrés au Japon. Si vous en cherchez un pour préparer votre premier séjour sur place, vous pouvez vous tourner vers Kotchi Kotchi (littéralement : "par ici !").

Ce livre, richement illustré, regorge de conseils et astuces, que ce soit pour choisir une destination, acheter un titre de transport ou tout simplement ouvrir l'emballage d'un onigiri !

Commencer la lecture

Pour lire vos premiers textes japonais, rien de tel qu'un livre pour débutants, qui vous donne le vocabulaire essentiel. Japanese Stories for Language Learners est un bon choix pour débuter : vous y découvrirez des histoires très connues au Japon (Urashima Tarō, Le fil de l'araignée...), en japonais et en anglais, avec du vocabulaire, des exercices et même un CD audio.


Et pour continuer à vous immerger dans la culture japonaise, vous avez l'embarras du choix tant la production culturelle de ce pays est vaste : films, manga, anime, romans, jeux vidéo, musique... Vous trouverez forcément des supports que vous aimerez.

Sites et logiciels

Mémoriser le vocabulaire

Le meilleur outil pour apprendre le japonais ? Anki, la célèbre application de répétition espacée. Vous pouvez l'utiliser pour tout retenir, qu'il s'agisse des kanji, du vocabulaire ou de la grammaire. In-dis-pen-sa-ble.

L'application Memrise possède également de sérieux atouts : vous y trouverez des paquets de cartes mémoire très bien faits avec de l'audio, ainsi que le vocabulaire utilisé dans certaines méthodes. Il y a même un cours sur le dialecte de Fukuoka, c'est dire !

Dictionnaires

Pour vos recherches, je vous recommande les dictionnaires en ligne suivants :

  • Nichifutsu Jiten : un dictionnaire collaboratif en français, très complet quoiqu'un peu fouillis ;
  • Wiktionary : la version anglophone du célèbre Wiktionnaire, beaucoup plus aboutie ;
  • Jisho : la référence des dictionnaires anglophones ;
  • Akebi : un excellent dictionnaire pour les téléphones et tablettes Android. Autre possibilité sur ces appareils : Aedict3 ;
  • Nihongo : ce dictionnaire est considéré comme l'un des meilleurs sur iOS.

Sites pour apprendre le japonais

Voici une sélection de sites que j'affectionne particulièrement :

  • JLPT-Go : une bonne ressource pour réviser la grammaire ;
  • Le japonais en douceur : ce site, édité par la NHK, constitue une excellente entrée en matière si vous débutez en japonais ;
  • CrapulesCorp : derrière ce nom étrange se cache un site de qualité, avec des textes, des explications de grammaire et même un dictionnaire ;
  • Kotoba : un site très sympathique, qui présente des mots insolites du japonais. Idéal pour étoffer votre vocabulaire ;
  • Tofugu : l'un de mes sites préférés pour le japonais, rempli d'anecdotes culturelles et d'articles très poussés sur la langue et ses nuances ;
  • Maggie Sensei : un site anglophone peu connu, mais qui devrait figurer dans votre marque-pages. Il fournit des explications claires sur de nombreux mots et structures de grammaire ;

Chaînes YouTube pour apprendre le japonais

Terminons cette liste de ressources par quelques chaînes de qualité. Nous nous concentrerons uniquement sur celles ayant trait à la langue et laisserons de côté celles qui s'orientent plus vers la culture ou le voyage (Louis-San, ichiban Japan, Ici Japon...). Ne m'en veuillez donc pas si je ne présente pas votre youtubeur préféré !

Cours de japonais !

Sans doute la chaîne d'enseignement la plus connue. Son créateur, Julien Fontanier, y endosse le rôle d'un professeur et s'adresse avant tout aux débutants. Vous y trouverez donc les bases : écriture, grammaire et vocabulaire essentiel.

Tout est clairement exposé, avec un réel effort de pédagogie mâtiné de références à des manga ou des jeux vidéo.

En revanche, je me retrouve moyennement dans le côté très "scolaire" : on se croirait dans une salle de classe, avec un prof, des exercices et même des contrôles ! Cette réserve (très personnelle) mise à part, il convient de saluer la rigueur et la qualité des vidéos.

Sophie // Cours de japonais

Une jeune chaîne francophone s'adressant aux débutants. Les classiques répondent à l'appel : écriture, grammaire, expressions, conseils d'apprentissage...

En complément, des guides plus poussés abordent des sujets concrets, comme la géographie du Japon ou le fait de commander au restaurant.

Miku Real Japanese

Créée par une native d'Osaka, cette chaîne anglophone vous aidera à réviser votre grammaire mais aussi à vous exprimer de manière plus naturelle.

Le tout est très dynamique et illustré par de petits sketchs, avec des informations très enrichissantes sur la culture japonaise.

Japanese Ammo with Misa

Une autre chaîne anglophone regorgeant de cours (niveau débutant à intermédiaire), d'expressions idiomatiques expliquées et de détails sur les nuances de la langue. Les vidéos sont longues et très complètes.

Nihongo no Mori

Vous pouvez garder cette chaîne pour plus tard, car elle n'est absolument pas pour les débutants ! Néanmoins, si vous avez déjà atteint un niveau intermédiaire à avancé, c'est une ressource incontournable. Les vidéos sont en japonais et visent les niveaux 3 à 1 du JLPT.

Archipel

Une chaîne très différente des précédentes, mais je tenais à vous la présenter. Elle publie des reportages intégralement en japonais (des sous-titres sont disponibles) sur de nombreuses thématiques liées à la culture locale : cinéma, animation, musique, jeux vidéo, gastronomie et bien plus encore.

Libre à vous d'aller plus loin et de chercher des chaînes sur des sujets qui vous intéressent : passez votre clavier en japonais, tapez le mot-clé de votre choix et à vous l'immersion !

Le mot de la fin

Il est à présent temps de refermer ce dossier fleuve sur le japonais. Vous y avez découvert les origines et le fonctionnent de la langue, les fondamentaux de la grammaire, de l'écriture et de la prononciation, avec une sélection de ressources pour passer à l'action.

Prêt à apprendre le japonais ?

Le japonais est une langue mystérieuse, qui fascine les Occidentaux. Pourtant, si nombreux soient-ils à vouloir l'apprendre, seule une minorité réussit à dépasser un simple niveau de survie. Et c'est bien dommage, car avec un peu de motivation et une bonne méthode, elle n'est pas fondamentalement plus difficile qu'une autre.

Le fait de parler japonais sera pour vous une immense fierté, mais aussi la clé vers une culture aussi riche que fascinante, qui nous paraît à la fois proche (de par sa popularité dans nos contrées) et lointaine (de par la barrière de la langue et cette mentalité très particulière).

Pour vous donner une envie irrépressible de commencer à apprendre le japonais sans plus attendre, voici quelques photos prises lors de mes précédents séjours.

Le château d'Osaka, maintes fois détruit puis reconstruit.

Arashiyama ("montagne de la tempête"), au nord-ouest de Kyoto.

Le quartier d'Asakusa à Tokyo, un jour de matsuri (festival). Pour l'anecdote, je ne savais pas du tout que l'événement avait lieu ce jour-là : une agréable surprise !

Susukino, quartier nocturne de Sapporo, capitale de l'île d'Hokkaido.

Le Fuyu matsuri (festival d'hiver) à Asahikawa, la "ville la plus froide du Japon"...

...et l'indispensable bol de ramen, pour se réchauffer quand le thermomètre descend en dessous des -10° C !

La ville d'Hakodate au sud d'Hokkaido. Cette vue est considérée comme l'une des plus belles du Japon.

Le Chinatown de Nagasaki : un petit bout de Chine sur l'île de Kyushu.

Le mont Aso, majestueux dans son immense caldéra. Ce volcan est l'un des plus actifs du pays.

Yakushima, une île située au sud du Japon, avec ses cèdres centenaires et ses forêts couvertes de mousse.

Votre voyage commence maintenant

A votre tour maintenant de commencer à apprendre le japonais. La tâche peut sembler aussi ardue que l'ascension du mont Fuji, mais avec un peu de motivation et de ténacité, vous atteindrez rapidement des résultats qui vous surprendront.

Et comme le disent les Japonais eux-mêmes : 七転び八起き (nana korobi ya oki)  : "tomber sept fois, se relever huit fois". Si vous croyez en capacité, vous serez sûr de réussir. A vous donc de faire le premier pas.

Apprenons ensemble

Comme vous pouvez l'imaginer, la rédaction de ce dossier m'aura demandé un travail absolument titanesque, bien plus que n'importe quel autre article de ce site. N'hésitez donc pas à le partager avec vos amis intéressés par le japonais et à me faire part de votre avis dans les commentaires.

Je réfléchis à créer davantage de contenus sur l'apprentissage du japonais (articles, vidéos, formations...), donc si vous voulez que je vous accompagne dans ce projet, faites-moi signe.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter beaucoup de plaisir dans votre apprentissage. A bientôt ! またね!

Pierre

Fondateur du Monde des Langues, j'aide les passionnés de langues à devenir plus autonomes et à atteindre leurs objectifs. J'ai eu l'occasion d'apprendre l'allemand, l'anglais, le finnois, l'italien et le japonais.

Ces articles vous intéresseront aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

  1. お疲れ様!! Quel incroyable travail tu as accompli avec cet article, franchement bravo. Je vais de ce pas le partager auprès de ma communauté, nul doute que cela va en intéresser plus d'un ! Et je te remercie d'avoir recommandé ma chaîne YouTube, je suis ravie que mon travail te plaise.
    Très belle continuation à toi et à bientôt ! またね 🙂

  2. Fantastique dossier ! Vraiment bravo, j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire alors que j'en suis à pratiquement deux ans d'apprentissage en autodidacte, donc en soi, je n'ai pratiquement rien appris, mais c'est plaisant déjà de vérifier si ce que j'ai appris tient la route, mais aussi de constater que j'arrive à lire la quasi-totalité des kanji de vos phrases exemple (il y a juste deux kanji que je ne connaissais pas – sans compter l'effroyable kanji de la "dépression", bien sûr, je suis quand même allé vérifier dans mon dictionnaire : ouf, ce n'est pas un kanji de la "liste officielle" XD ).

    Le paragraphe qui a le plus retenu mon attention, car le plus susceptible de m'apprendre des choses, c'est celui sur "l'accent de hauteur". Je connaissais toutefois son existence, j'avais entre autres visionné la vidéo de Julien Fontanier qui parle de ça, mais j'ai apprécié vos explications. Je pense avoir mieux compris de quoi il s'agit. Que je vous explique : en fait, je crois que j'ai tendance à confondre et mélanger "ton", "accent tonique" et "accent de hauteur". Pour l'accent tonique, je me base bien sûr sur l'anglais, et pour le ton, bien que ne parlant absolument pas le chinois, je me base sur mes vagues connaissances théoriques de la chose (un "ton qui monte", un "ton qui descend", un "ton qui descend, puis monte", ce genre de truc). Je pense maintenant que c'est plus clair dans ma tête, cette histoire "d'accent de hauteur", mais à la limite, je ne serais pas contre que vous fassiez un article ou un vidéo qui explique un peu plus en détail ce que sont l'accent tonique, les tons et l'accent de hauteur, mais surtout pour faire la différence entre ces notions et ne pas s'emmêler les pinceaux.

    Autrement, un autre petit truc que j'ai appris, c'est que je ne savais pas que le kana ん se prononçait parfois comme un "m", ce qui permet ainsi de comprendre pourquoi, parfois, certains mots japonais sont transcrits en rômaji avec la lettre "m" comme "sempai".

    Il y a juste selon moi un tout petit "manque" dans tout votre paragraphe sur la prononciation : je pense qu'il peut être utile d'expliquer que, parfois dans les syllabes, ce que nous tendance à appeler la "voyelle" est parfois étouffée jusqu'à être pratiquement inaudible. On lit souvent par exemple que です ou ます se prononcent respectivement "dess" et "mass", ce qui… hmm, est un peu simplifié, quand même, c'est plutôt le "u" (si on peut appeler ça comme ça) qui est étouffé jusqu'à être presque inaudible (sachant qu'il est d'ailleurs tout à fait possible d'entendre ces mots prononcés "desu" au lieu de "dess" et "masu" au lieu de "mass"). Même chose aussi avec le kana し qui se prononce normalement "shi", mais le "i" est parfois tellement étouffé qu'on entend presque "sh" (par exemple dans l'expression de politesse 失礼します, ou "shitsurei shimasu", dans des films ou séries que je regarde, on n'entend presque pas le "i" entre le "shi" et le "tsu" de "shitsurei"). Bref, je pense qu'il peut être utile de rajouter un petit paragraphe à ce sujet pour expliquer au lecteur que c'est quelque chose qui existe et qu'il ne faut pas s'affoler pour ça (pour ne rien vous cacher, au départ, ça m'avait quand même perturbé, cette histoire de です ou de ます qui se prononceraient "dess" et "mass" respectivement).

    Autrement, pour les ouvrages, je confirme avoir bien apprécié le Banzai que j'avais choisi d'une part parce qu'il n'y a aucun rômaji, et d'autre part parce qu'il y a tous ces textes bilingues qui expliquent des choses sur la culture, l'histoire, la géographie et la société japonaise. Concernant le Japonais en Manga, j'apprécie beaucoup cette méthode, dont la plus grosse plus-value selon moi réside dans les extraits de mangas : c'est l'occasion de lire du "japonais populaire", très différent du "japonais de méthode japonaise pour occidentaux". Dans mon cas, je ne lis pas trop de manga, mais vu que je joue plutôt aux jeux vidéo, ça va, c'est justement le même genre de japonais auquel je suis confronté. Juste pour dire aussi que cette méthode comporte un TOME 2, parce que j'ai l'impression que peu de gens le savent (vu que le tome 1 ne comporte absolument pas de mention "tome 1", ni remarque comme quoi il y a une "suie"), ce qui est dommage car je le trouve encore plus intéressant que le tome 1 (on aborde des aspects grammaticaux plus fouillés et intéressants, et les rômaji sont définitivement délaissés).

    Pour les autres ressources du web, une que j'aime beaucoup, c'est le cours de Tae Kim, qui existe aussi bien en anglais qu'en français : http:undefinedundefinedwww.guidetojapanese.orgundefinedfrenchundefinedindex.html#contents
    Et côté anglophone, j'apprécie beaucoup également "learn japanese adventure" : https:undefinedundefinedwww.learn-japanese-adventure.comundefined

    Autrement, je me pencherais peut-être un jour sur les livres de Reiko Shimamori, mais plus tard.

    Pour le Kanji to Kana, c'est vrai que les applis sont bien plus efficaces pour chercher un kanji, je suis d'accord. Je trouve toutefois que le livre donne de très bonnes explications sur l'écriture japonaise, et personnelle je me sers de ce livre pour véritablement apprendre les kanji dans l'ordre qu'ils ont choisi, sachant qu'ils essaient quand même d'avoir une certaine logique, soit de grouper certains kanji par thèmes (mais pas de manière exhaustive pour justement éviter d'aborder les kanji plus rares dès les premières pages), soit de grouper les kanji par "radical" commun ou "clé" commune (là encore, pas de manière exhaustive pour éviter d'avoir des kanji rares trop tôt). Le livre nous fait aussi apprendre quelques mots de vocabulaire qui font intervenir uniquement les kanji précédemment étudiés, ce qui est plutôt bien. Du coup, je combine ce livre avec l'appli Anki pour faire un peu comme vous le dites : ne pas apprendre les kanji comme un bourrin de manière exhaustive, mais vraiment par petits bouts, par contextualisation avec du vocabulaire (ET des phrases exemples que je cherche parallèlement à ce livre qui, malheureusement, n'en propose pas).

    Enfin, j'avoue être très intéressé par ce livre "Japanese Stories for Language Learners", car j'ai justement envie de lire et (re)découvrir certains contes japonais dont j'avais parlé dans certains jeux vidéo que j'ai faits. Par exemple, le "Fil de l'Araignée", c'est le jeu vidéo "Zelda Skyward Sword" qui m'a fait découvrir ça (on y explore à un moment donné un donjon d'inspiration "boudhiste", avec justement une histoire de "fil" qu'il faut escalader pendant qu'on se fait poursuivre par des êtres effrayants). Et le conte "Urashima Tarô", c'est le jeu vidéo Ôkami qui m'a fait découvrir ça (ainsi que plein d'autres contes et éléments mythologiques), ce jeu faisant partie des éléments déclencheurs avec les Shin Megami Tensei (eux aussi très riches sur la culture japonaise) qui m'ont donné envie d'apprendre le japonais, jusqu'à ce qu'un jour je m'y mette définitivement lorsque je me suis mis à jouer au RPG Tengai Makyou The 4th Apocalypse sur SaturnundefinedPSP (qui me faisait envie depuis plus de dix ans et dont j'attendais – j'attends même toujours – une traduction anglaise qui risque de ne jamais venir). A vrai dire, il commence à y avoir pas mal de jeux vidéo jamais sortis du Japon qui me tentent mais dont la traduction risque de ne jamais arriver, donc à un moment, j'ai dit "Merde, j'en ai marre de compter sur les autres et d'espérer avoir quelque chose en retour, tant pis, je prends les taureaux par les cornes et j'apprends moi-même la langue, afin de ne plus jamais être bloqué par la barrière de la langue quand je joue à un jeu vidéo ! ". J'ai plus ou moins appliqué les préceptes du proverbe qui dit plus ou moins "Donne un poisson à un homme affamé et ça le nourrira une journée ; apprends-lui à pêcher et ça le nourrira toute sa vie" quand je me suis décidé à apprendre le japonais.

    Bon, désolé, j'ai un peu trop digressé vers la fin. En tout cas, encore bravo pour cet excellent dossier. Je m'empresse de le partager sur tous les forums et chaînes Youtube de japonais que je fréquente, tout en recommandant votre chaîne Youtube pleine de très bons conseils généraux sur l'apprentissage d'une langue quelle qu'elle soit (elle m'a été bien utile, même si je ne suis pas d'accord avec absolument tout, mais dans l'ensemble, je m'y retrouve tout à fait) ! 🙂

  3. J'aborde le japonais avec humilité et très tardivement (je suis à l'âge bien entamé de la retraite !), par curiosité intellectuelle ( étant linguiste de formation), par fidélité amicale (50 ans de silences sans oubli et d'échanges en pointillés ), par "fascination" enfin. (pour les paysages, la nature réinventée, la littérature du Japon, son art, son histoire…).

    La lecture de vos dossiers, l'application de vos conseils rendront plus efficace mon initiation et m'aideront à persévérer, je n'en doute pas ! JDéjà, j'étais fort séduite pas vos vidéos antérieures.

    La rigueur, la clarté, la concision caractérisent votre travail que je trouve exemplaire. Je vous remercie de nous y donner accès. Cependant, je m'interroge. Toute peine méritant salaire, comment vous rémunérez-vous ? J'ai scrupule à exploiter sans contrepartie votre réflexion et vos méthodes, d'autant que je les divulgue auprès d'amis également intéressés. Comment pouvons-nous agir, plus équitablement ?

    1. Bonjour Anne,

      Merci d'avoir pris le temps de laisser un commentaire. Ravi que l'article vous ait plu, j'espère qu'il vous aidera dans votre apprentissage.

      Concernant votre question, je propose des formations permettant d'apprendre plus efficacement la langue de son choix, sur cette page.

{"email":"Adresse e-mail invalide","url":"Adresse du site invalide","required":"Champ requis manquant"}

Rejoignez mes contacts ​pour recevoir les nouveaux articles dès leur parution

+ la formation gratuite "25 techniques pour apprendre votre vocabulaire" ​