Langues étrangères à l'école

Votre niveau en langues à l’école n’a aucune importance

Le système éducatif français nourrit un étrange paradoxe. Alors qu’il est censé transmettre la connaissance des langues étrangères, il semble avoir un impact si négatif que de nombreuses personnes le quittent non seulement en ne parlant aucune langue, mais en étant convaincues d’en être incapables. Si vous êtes dans ce cas, réjouissez-vous : votre expérience malheureuse au lycée ou à la fac ne signifie en rien que vous n’êtes pas fait pour apprendre les langues.

Avant toute chose, je tiens à préciser que je n’ai aucune intention de m’attaquer aux enseignants de langues étrangères. Même si certains parmi vous se souviendront d’un prof d’anglais ou d’espagnol à l’accent désastreux, il existe d’excellents pédagogues, qui doivent cependant composer avec un système scolaire à côté de la plaque.

L’école et les langues étrangères : un traumatisme ?

Peut-être avez-vous été un élève assidu et travailleur, peut-être pas. Dans le fond, peu importe : cet article est justement là pour vous offrir un remède, sans jugement, à vos mauvais souvenirs du lycée. Dans les prochains paragraphes, je présenterai plusieurs cas de figure récurrents, dans lesquels vous vous reconnaîtrez sans doute, accompagnés de conseils pour surmonter vos blocages et reprendre confiance en vous.

« J’ai peur de faire des fautes »

Le système scolaire laisse peu de place à l’expérimentation et sanctionne souvent l’erreur comme une faute, une preuve que l’élève n’a pas suffisamment travaillé. Si on suit ce raisonnement absurde, il serait préférable d’attendre de connaître parfaitement la langue avant d’ouvrir la bouche, pour être sûr de ne pas faire de fautes.
Problème : ce n’est pas ainsi que les choses fonctionnent. Il faut répéter, s’entraîner, quitte à faire des erreurs par dizaines.

La solution : acceptez de faire des erreurs et communiquez sans complexe

Les logiciels d’exercices, comme Duolingo, constituent un bon moyen d’expérimenter avec la langue, sans craindre le jugement d’autrui. Bien sûr, il faut passer rapidement à la vitesse supérieure : vous n’apprenez pas une langue pour communiquer avec des machines.
Pour vous exercer en toute confiance, vous pouvez demander à un locuteur de la langue de corriger vos erreurs à l’oral et à l’écrit. Il existe également un site communautaire, Lang-8, qui permet de rédiger des textes et de se faire corriger par des locuteurs natifs.

Dans tous les cas, n’oubliez pas que cette peur du jugement est dans votre tête et que même les locuteurs d’une langue font des erreurs. Dans les faits, les moqueries ou autres remarques négatives seront extrêmement rares. Dans la majorité des cas, vous susciterez plutôt l’admiration, ce qui devrait vous aider à combattre vos peurs. Alors laissez tomber votre perfectionnisme et acceptez de faire des erreurs.

Langues étrangères à l'école

Si c’est la vision que vous avez de l’apprentissage des langues, rassurez-vous : c’est beaucoup plus agréable que vous ne l’imaginez !

« Je n’ose pas parler, j’ai un accent horrible »

Lors d’une conférence donnée par la société Rosetta Stone au salon Expolangues 2015, j’ai appris qu’au cours de sa scolarité (6e – Terminale), un élève parlait en moyenne anglais pendant… une heure. Pas une heure par jour, ni par semaine, mais une heure pour sept ans !
Les classes de langues sont généralement trop chargées pour donner à chaque élève un temps de parole suffisant. Si on ajoute à cela la peur du ridicule évoquée plus haut, certains élèves ne prennent jamais la parole, ou alors uniquement lorsque le professeur le leur demande.
Dans ces conditions, il est difficile de repérer ses propres erreurs de prononciation, ce qui est d’autant plus problématique avec une langue comme l’anglais, très exigeante sur ce point.

La solution : exercez-vous à parler et faites corriger votre prononciation

Tout d’abord, votre accent est sans doute meilleur que vous ne le pensez. Tous les peuples ont un accent lorsqu’ils parlent une langue étrangère. J’ai entendu de l’anglais prononcé de toutes les manières possibles et imaginables et honnêtement, les Français ne s’en sortent pas plus mal que les autres.

Par rapport à vos années lycée, vos options pour parler une langue étrangère sont innombrables. Si vous êtes vraiment paralysé, commencez seul, chez vous. Entraînez-vous sur un logiciel et répétez des dialogues, par exemple ceux qui accompagnent une méthode de langues.
Ensuite, la recette ne change pas : rencontrez des personnes avec qui discuter, près de chez vous ou sur Internet. Le point le plus important sera de repérer vos erreurs. Il est possible que vous ayez pris de mauvaises habitudes de prononciation, surtout en anglais. Pas de panique, avec l’aide d’un locuteur, vous finirez par prononcer correctement certains sons et vous reprendrez vite de bonnes habitudes.

« Je n’ai jamais pu allé dans le pays où est parlée la langue »

De nombreuses personnes s’imaginent que pour bien parler une langue, il faut impérativement avoir vécu dans le pays où elle est parlée. C’est complètement faux, comme le démontre cet article. Certes, habiter dans un pays aide à en apprendre la langue, à condition d’être actif dans son apprentissage. Certains travailleurs s’installent dans un pays pour des raisons professionnelles mais n’en apprennent jamais la langue, tout simplement parce qu’ils n’en font pas l’effort.
A contrario, il est possible de se créer une véritable bulle d’immersion sans quitter son domicile et d’atteindre un très bon niveau.

La solution : immergez-vous dans la langue

Ne jamais être allé dans un pays ne vous empêche pas d’en apprendre la langue. Pour vous immerger dans cette langue, la recette ne change pas : regarder des films et séries télé en VO, écoutez de la musique, lisez, écrivez et conversez dans cette langue.
C’est en maintenant un contact quotidien avec la langue que vous réaliserez d’importants progrès. Bien sûr, rien ne vous empêche de partir dans le pays pour progresser davantage. Comme, en France, nous apprenons principalement les langues des pays frontaliers (anglais, espagnol, allemand…), un voyage ne devrait pas vous revenir très cher.

« J’ai toujours été nul, j’ai eu une note catastrophique au bac »

Le système scolaire français a tendance à sacraliser la note, à tel point que les élèves adoptent le raisonnement suivant : « j’ai telle note, donc je vaux telle note. » Le plus impressionnant, c’est que cette idée perdure bien après le lycée et crée une sorte de plafond de verre dans l’esprit de l’apprenant.

La solution : la note n’a aucune valeur, oubliez-la

Sauf si vous êtes encore lycéen, le bac doit dater de quelques années. Vous avez évolué et avez naturellement droit à une nouvelle chance vis-à-vis des langues. Laissez donc tomber les notes que vous avez eues à l’époque : elles n’ont plus aucune valeur aujourd’hui et, surtout, elles ne signifient absolument pas que vous êtes incapable d’apprendre l’anglais ou toute autre langue. Je le répète au cas où : personne n’est nul en langues.

Mauvais en langues à l'école

Vous étiez plutôt du genre à porter le bonnet d’âne ? Aucune importance !

Reprenez confiance en vous pour apprendre les langues

Certains d’entre vous ont bien vécu leur passage par l’école et auront du mal à voir où je veux en venir. Pour d’autres, en revanche, les choses ne se sont pas aussi bien déroulées : non seulement ils sont sortis du lycée en ayant tout oublié, mais ils ont gardé une phobie des langues étrangères, une certitude profonde qu’ils n’étaient pas faits pour les apprendre.
Si vous vous reconnaissez dans cette description, rassurez-vous : les problèmes que vous avez eus par le passé ne sont pas irréversibles et vous pouvez vous remettre à la langue de votre choix, quel que soit votre âge.

Retrouvez le plaisir de l’apprentissage

Ce qui vous a sans doute manqué pendant votre adolescence, c’est le plaisir d’apprendre les langues étrangères, le simple fait de jouer avec et de se l’approprier. Il faut dire que le fonctionnement de l’école ne s’y prête pas : journées chargées, devoirs, contrôles… Seuls les enseignants passionnés parviennent à insuffler cette envie à leurs élèves.
A présent que tout cela est derrière vous, vous avez la liberté de repartir sur de bonnes bases et d’apprendre les langues étrangères comme vous l’entendez, en choisissant les supports d’apprentissage qui vous conviennent le mieux. Bonne chance dans ce nouveau départ, le meilleur est à venir.

Crédit images : Kent Kanouse, Xavi, Tintin44.

Formation gratuite d'anglais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.