Apprendre l'espéranto

L’espéranto, une langue qui dépasse les frontières

Beaucoup de gens ont déjà entendu le mot « espéranto » et ont une vague idée de ce dont il s’agit, mais peu de monde sait ce que l’espéranto est réellement. En bref : c’est une langue qui a été créée pour la communication entre personnes de langues maternelles différentes. J’ai découvert cette langue il y a neuf ans, et aujourd’hui je la parle quotidiennement. Je vais donc vous en donner un aperçu et vous donner quelques raisons de l’apprendre.

Note de Pierre : s’il y a un article qui m’a été demandé maintes et maintes fois, c’est bien celui sur l’espéranto ! Ne maîtrisant pas la fameuse langue internationale, je laisse donc la parole à Matthieu du blog Apprenti polyglotte, qui avait déjà signé une présentation du slovaque.

Si vous devez retenir une seule chose de cet article, c’est la phrase suivante : l’espéranto est une langue vivante. J’y reviendrai.

Un peu d’histoire

Tout commence à Białystok, une ville du Nord-Est de la Pologne. Ludwik Lejzer Zamenhof (parfois francisé en Louis Lazare) naît en 1859, à l’époque où la ville appartenait à l’Empire russe. Elle est habitée par plusieurs communautés, dont les principales sont les Russes, les Juifs, les Allemands et les Polonais, qui ont tous leur propre langue. Zamenhof est souvent présenté comme polonais en raison de la situation actuelle de Białystok, mais il se considérait lui-même comme un Juif de Russie.

Les tensions entre les communautés sont importantes, et Zamenhof se dit que les difficultés de communication y jouent un rôle. Sans résoudre tous les problèmes, une langue commune ouvrirait la voie à une résolution plus pacifique des conflits. Cependant, il est inacceptable qu’un peuple impose sa langue aux autres, et Zamenhof se lance dans l’élaboration d’une langue. Son but : que la langue soit facile à apprendre, même pour les gens peu éduqués, et qu’elle puisse être utilisée pour communiquer avec des gens de langues différentes.

Ludwik Lejzer Zamenhof

Zamenhof est souvent représenté comme un vieillard barbu, mais il avait 27 ans lors de la création de l’espéranto

Le 26 juillet 1887, après plusieurs années de travail, il publie une brochure en russe intitulée Langue Internationale sous le pseudonyme Doktoro Esperanto (« celui qui espère »), bientôt suivie par des éditions en français, allemand et polonais. Son pseudonyme finira par désigner la langue elle-même.

Zamenhof n’est pas le premier ni le dernier à avoir eu l’idée d’une langue auxiliaire internationale. Mais, pour des raisons qui m’échappent encore, des gens se sont mis à apprendre et à utiliser la sienne. En 1905, le premier congrès mondial d’espéranto à Boulogne-sur-Mer prouve que la langue marche en pratique. Dans les années 1920, l’espéranto est proposé comme langue de travail de la Société des Nations. La proposition, soutenue par des pays tels que le Japon et la Perse, échoue notamment à cause du véto de la France, qui estime que la langue internationale est et doit être le français (bravo les gars).

La Seconde Guerre mondiale n’est pas propice à l’espéranto : Hitler y voit un complot juif, Staline n’y est pas beaucoup plus favorable ; le fils de Zamenhof est tué pendant la guerre et ses deux filles meurent à Treblinka (note de Pierre : son petit-fils, Louis-Christophe, survit  heureusement à la guerre et réside actuellement en France). Néanmoins, la langue n’a jamais cessé d’être parlée et l’est toujours aujourd’hui. Internet lui a donné une seconde jeunesse, permettant de s’informer et de l’apprendre beaucoup plus facilement qu’avant.

À quoi ça ressemble ?

Les gens qui ne connaissent pas l’espéranto disent souvent que ça ressemble à de l’espagnol ou de l’italien, mais je ne suis pas vraiment d’accord. Regardez plutôt les vidéos dans la suite de l’article pour vous faire votre propre opinion.

L’accent varie selon les pays et les individus. Parfois, il suffit de quelques mots pour savoir que quelqu’un est Français, Allemand ou Russe, mais d’autres personnes ont un accent plus neutre et difficile à identifier.

Une grammaire régulière

L’espéranto, conçu pour être le plus facile possible à apprendre, a une grammaire très régulière. Il n’existe aucun verbe ou pluriel irrégulier. Il s’écrit comme il se prononce et inversement.

Par exemple, voici la conjugaison complète de « voir » :

  • infinitif : vidi,
  • présent : vidas,
  • passé : vidis,
  • futur : vidos,
  • conditionnel : vidus,
  • impératif : vidu.

Une fois que vous avez mémorisé ces terminaisons (qui ne varient pas selon les personnes), vous pouvez les appliquer à tous les verbes.

Un vocabulaire potentiellement illimité

Le vocabulaire de l’espéranto a été essentiellement tiré des langues considérées « importantes » à l’époque de Zamenhof : langues romanes (en particulier latin, français et italien), langues germaniques (anglais, allemand), grec ancien et un peu de langues slaves (russe, polonais), en choisissant si possible des racines communes à plusieurs langues.

Mais le grand avantage de l’espéranto réside dans le système de formation des mots. Les noms se terminent en -o (foto : photo), les verbes en -i (foti : prendre en photo), les adjectifs en -a (fota : photographique), les adverbes en -e (fote : photographiquement). Mais surtout, on peut combiner les racines entre elles et avec de nombreux préfixes et suffixes. Par exemple, à partir de maro (mer), on peut former :

  • mara : marin,
  • mareto : petite mer,
  • senmara : sans mer (senmara lando : un pays enclavé),
  • maristo : marin (« professionnel de la mer »),
  • marakvo : eau de mer,
  • marblua : bleu marine,
  • submara : sous-marin (adjectif),
  • submarŝipo : sous-marin (« bateau sous-marin »),
  • surmariĝi : amerrir (« devenir sur la mer »),
  • submariĝi : plonger (« devenir sous la mer »),
  • elmariĝi : émerger, sortir de la mer (« devenir hors de la mer »).

La liste est potentiellement illimitée. Quand on a l’habitude, ce système est très pratique : je peux être certain qu’un espérantophone comprendra elmariĝi même s’il ne l’a jamais entendu, et il ne relèvera probablement pas que je viens d’inventer un mot.

Ce système de formation réduit beaucoup le nombre de mots qui doivent être appris, même pour ceux dont la langue maternelle n’a pas servi de source au vocabulaire de l’espéranto : alors qu’en français, « mouton » et « agneau » sont des mots très différents, en espéranto c’est ŝafo et ŝafido. Sans vérifier dans un dictionnaire, je ne sais pas comment s’appelle le petit du lièvre en français. En espéranto, je ne me pose même pas la question : c’est leporido.

Facile à apprendre ?

Les espérantophones vous diront souvent que l’espéranto est une langue facile. Plutôt que « facile », il serait plus juste de dire « moins difficile ». Apprendre l’espéranto demande des efforts et de la pratique comme n’importe quelle langue : vous pouvez vous familiariser avec l’essentiel de la grammaire en un après-midi, mais c’est en utilisant la langue que vous formerez des automatismes. Ne vous focalisez donc pas sur le mot « facile » et ne vous découragez pas à la première difficulté rencontrée : l’espéranto est beaucoup moins « latin » qu’on pourrait le penser de prime abord et tout ne marche pas comme en français.

Néanmoins, dans la grande majorité des cas, l’espéranto demande significativement moins d’efforts que les autres langues. J’ai appris seul sur Internet, sans même le pratiquer à l’oral et sans voir un seul espérantiste, à une époque où il n’y avait ni italki, ni Anki, ni blogs pleins de conseils pour apprendre les langues. L’année suivante, je suis allé à ma première rencontre en Hongrie et je pouvais communiquer avec les gens sans trop de problèmes. Mon expérience n’est pas unique, et il n’est pas rare d’entendre quelqu’un dire « Au bout de quelques mois d’espéranto, je le parlais déjà mieux que telle langue que j’ai apprise pendant des années » (c’est aussi mon cas). Je suis toujours étonné quand j’entends quelqu’un parler un espéranto tout à fait convenable après seulement quelques mois d’apprentissage, et je connais des « nuls en langues » autoproclamés qui l’ont appris avec succès.

Une langue bien vivante

On pense souvent que l’espéranto est une idée, un projet, une expérience, voire un jeu linguistique, mais ce n’est pas le cas : c’est une langue vivante. Je sais que j’insiste beaucoup sur ce point, mais ce fait doit être souligné. Il y a des gens qui utilisent l’espéranto quotidiennement, avec leurs amis, dans leur couple, en famille, voire au travail (j’en fais partie). Les débutants en espéranto ont souvent des idées pour « améliorer » la langue, sans savoir qu’elle est déjà utilisée depuis bientôt 130 ans : changer tel ou tel aspect de l’espéranto n’est pas plus possible que supprimer les genres en français.

Créée par un seul homme ?

L’espéranto utilisé aujourd’hui n’est pas le projet de Zamenhof. Sa brochure contenait seulement neuf cents racines et seize règles de grammaire assez vagues, pour laisser la communauté faire évoluer la langue. Zamenhof préférait d’ailleurs être appelé l’« initiateur » de l’espéranto plutôt que son « créateur ». De nos jours, l’espéranto a plus de 15 000 racines (que l’on peut combiner pour former énormément de mots) et une grammaire stable s’est formée avec l’usage.

L’espéranto, comme toutes les langues vivantes, évolue : de nouveaux mots sont créés, d’autres deviennent archaïques. Il existe une académie d’espéranto qui entérine l’usage observé, mais les nouveaux mots sont créés par les utilisateurs de la langue : dans les années 70, on hésitait entre komputero et komputilo pour « ordinateur », mais ce dernier a fini par gagner (le suffixe -ilo désigne un instrument) et komputero est aujourd’hui un archaïsme.

Une langue maternelle

Comme je l’ai déjà mentionné, il y a des gens qui utilisent l’espéranto en famille, y compris avec leurs enfants. L’espéranto est, à ma connaissance, un cas unique de langue construite qui soit aussi parlée comme langue maternelle. Les raisons qui poussent des parents à parler espéranto à leurs enfants varient selon les familles, et dans tous les cas, les enfants sont au moins bilingues. Voici une interview de quelques espérantophones natifs (sous-titrée en français) :

La communauté espérantophone

Depuis le premier congrès, l’espéranto n’a jamais cessé d’être parlé pour devenir la langue vivante qu’il est aujourd’hui, utilisé par une communauté diverse et dispersée sur toute la planète.

Statistiques

L’une des premières questions que l’on pose au sujet de l’espéranto est : combien de personnes le parlent ? La seule réponse parfaitement honnête et exacte à cette question est : personne ne sait. C’est extrêmement difficile à évaluer : à quel niveau faut-il connaître l’espéranto ? Et comment compter ? Quel que soit le nombre réel, il est suffisant pour avoir du monde avec qui parler.

Si vous voulez des chiffres précis, on peut mentionner que Wikipédia en espéranto a plus de 230 000 articles (en août 2016) et que le nombre d’inscrits au cours d’espéranto de Duolingo approche le demi-million.

Association mondiale d'espéranto

Carte du nombre d’adhérents à l’association mondiale d’espéranto par pays, faute de mieux. C’est loin d’être la seule association d’espéranto, et beaucoup d’espérantophones ne font partie d’aucune association.

Les utilisateurs de l’espéranto sont présents sur tous les continents, mais d’après mon expérience, certains pays semblent avoir une proportion d’espérantophones plus élevée que la moyenne (Hongrie, Pologne, France, Japon, Brésil…), alors que l’espéranto reste peu présent dans le monde arabe, par exemple.

Quelle est l’idéologie de l’espéranto ?

L’espéranto n’est affilié à aucun parti, aucune religion, aucune idéologie. La seule idée partagée par la plupart de ses utilisateurs est l’idée d’égalité entre les peuples et de communication sans barrières linguistiques au moyen d’une langue qui n’appartient à personne. Les espérantistes ont des avis différents sur tout, y compris l’espéranto : ils n’ont pas tous pour but de faire de l’espéranto la deuxième langue du monde entier. Certains rejettent même le terme « espérantiste », préférant s’appeler par exemple « espérantophones ».

L’espérantiste typique ?

Dès ma première rencontre j’ai été surpris de remarquer que chez les espérantophones, on trouve beaucoup d’informaticiens, de végétariens et de gens qui habitent dans un pays autre que le leur ou qui ont une famille internationale. Il y a aussi beaucoup de polyglottes, mais c’est moins étonnant. Globalement, l’idée de communication entre les peuples attire des gens qui ont envie de connaître d’autres cultures (on a peu de chances de se mettre à l’espéranto si on est xénophobe).

Malgré cela, il n’existe pas d’espérantiste typique et toutes ces catégories sont loin d’être des généralités : les végétariens restent en minorité, beaucoup se fichent de l’informatique et d’autres ne sont pas particulièrement intéressés par les langues. On trouve parmi les espérantistes des gens de tous les âges (mes observations sont surtout valables pour les jeunes) et aussi bien des hommes que des femmes.

Note de Pierre : vu de l’extérieur, l’espéranto a souvent une image de « langue de gauche », qui attire en priorité des personnes évoluant dans les mouvances que Matthieu vient de citer (végétariens, altermondialistes, promoteurs des logiciels libres…). En y regardant de plus près, j’ai été surpris de voir que la sphère espérantophone était beaucoup plus bigarrée que prévue.

Pourquoi apprendre l’espéranto

Si vous savez comment vous servir de l’espéranto, il pourra vous être utile pour rencontrer des étrangers, connaître d’autres cultures et voyager. Dans mon cas, il a même largement dépassé mes attentes. Très peu de personnes ont appris l’espéranto dans l’attente du jour lointain et improbable où tout le monde le parlera : les espérantophones utilisent la langue ici et maintenant, en voyageant et en se faisant des amis internationaux.

Festivals et congrès

Il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait, quelque part dans le monde, un congrès, une rencontre, un festival dont la langue est l’espéranto. Le plus important et le plus ancien est le congrès mondial d’espéranto, qui se tient chaque été dans un pays différent. Il réunit généralement mille à trois mille participants de tous les continents. Le 101e congrès vient de se terminer en Slovaquie ; le prochain aura lieu à Séoul, et celui de 2018 sera à Lisbonne.

Ce congrès est parfois un peu formel et a la réputation d’être le « congrès des vieux ». Si ce n’est pas votre tasse de thé, je recommande vivement les festivals organisés pour la jeunesse : le congrès international de la jeunesse, chaque été dans un pays différent (le prochain sera probablement au Togo) ; JES, pour fêter le Nouvel An en Europe centrale (l’hiver prochain, ce sera en Allemagne), et d’autres rencontres plus petites organisées par exemple en Hongrie, en Italie ou en France. Le programme de ces rencontres est détendu : c’est, en gros, une semaine de fête avec des concerts, excursions, conférences et activités diverses (travaux manuels, cours de danse…). Grâce à elles, j’ai pu visiter la Hongrie, l’Ukraine et d’autres endroits où je ne serais peut-être pas allé autrement.

Congrès mondial d'espéranto

Des participants au dernier congrès mondial, en Slovaquie.

Pasporta Servo

Pasporta Servo (« service-passeport »), c’est Couchsurfing pour les espérantistes, à la différence qu’il existe depuis 1974. En vous inscrivant, vous pourrez accueillir chez vous des étrangers en voyage ou vous-même voyager et être hébergé chez l’habitant. Je ne l’ai à vrai dire jamais utilisé, mais j’ai déjà été hébergé par des amis espérantistes à Prague, à Budapest, en Italie et même en Russie et j’ai reçu des Américains.

Culture et espéranto

On reproche parfois à l’espéranto de ne pas avoir de culture, un terme difficile à définir précisément. Certes, il n’a pas de « culture » au sens de la culture française ou de la culture russe, mais il existe beaucoup d’œuvres en espéranto.

La littérature occupe une place importante depuis les débuts de l’espéranto. Vous trouverez des classiques du monde entier traduits en espéranto, mais aussi des œuvres originales : il existe une « encyclopédie concise de la littérature originale de l’espéranto » en anglais de 740 pages !

La musique en espéranto comporte aussi bien des chansons traditionnelles traduites de divers pays que du rock et du hip-hop, et vous pourrez assister à des concerts à presque n’importe quel congrès ou festival. Écoutez par exemple une chanson du groupe suédois Persone :

Connaître d’autres langues et cultures

Les gens qui parlent espéranto ont aussi une culture à eux et utilisent l’espéranto pour découvrir d’autres cultures. Je ne connaissais presque rien de pays comme la Hongrie et la Pologne avant de parler espéranto, et rencontrer des gens de ces pays m’a permis d’en savoir plus. J’ai même utilisé l’espéranto avec des gens venus de pays comme le Venezuela et le Timor-Oriental.

Il est bien connu que savoir une langue étrangère aide à apprendre les suivantes, et il y a un programme en Angleterre qui enseigne l’espéranto aux enfants pour mieux les préparer à apprendre d’autres langues (note de Pierre : c’est ce qu’on appelle la propédeutique, un argument souvent mis en avant par les espérantistes). Pour de nombreuses personnes, apprendre l’espéranto leur a donné le goût des langues, ou l’a renforcé (c’est mon cas). Les seules personnes qui parlent des langues régionales de France que je connaisse parlent aussi espéranto. Et sans l’espéranto, je n’aurais probablement pas appris le russe et je n’aurais sûrement jamais appris le slovaque.

Festival d'espéranto

Une activité populaire pendant les rencontres d’espéranto : un festival où les participants peuvent présenter leur culture et des produits typiques de leur pays.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez apprendre l’espéranto ou en savoir plus, je recommande les sites suivants :

  • Lernu.net est un incontournable. Fondé en 2002, ce site multilingue vient d’avoir une grosse mise à jour et tout a été refait. Et vous aurez la chance d’entendre ma voix dans le nouveau cours.
  • Duolingo a un cours pour apprendre l’espéranto depuis l’anglais et un cours pour les hispanophones est en préparation. Malheureusement, aucun cours en français n’est officiellement prévu pour le moment.
  • Ikurso est un site francophone avec lequel j’ai commencé. Il comporte dix leçons qui expliquent clairement les bases de la langue.
  • Reta Vortaro est un dictionnaire multilingue avec des définitions des mots en espéranto.
  • Pour les niveaux plus avancés, PMEG est la référence la plus complète sur la grammaire de la langue.

Si vous préférez apprendre dans le monde réel, voici quelques tuyaux :

  • Des cours sont organisés dans de nombreuses villes, dont Paris.
  • Toujours en France, des stages sont organisés régulièrement à Grésillon, dans le Maine-et-Loire.
  • Un cours d’été d’espéranto d’une semaine pour tous les niveaux est organisé chaque année en Slovaquie. Je recommande vivement.
  • L’équivalent en Amérique du Nord est NASK, aux États-Unis.

Sources des images sous licence Creative Commons : A. Sochacki, UEA Archives, Alexandre André, Jozef Baláž.

Cette entrée a été publiée dans Focus, et marquée avec , le par .

À propos Matthieu

Ancien étudiant en informatique, je suis passionné par les langues depuis l’enfance. Je suis né et j’ai grandi en France, mais le hasard m’a conduit fin 2013 en Slovaquie où j’ai trouvé un travail qui me permet de concilier mon domaine avec ma passion : j’utilise régulièrement le français, l’anglais, l’espéranto, le slovaque et le russe.

6 réflexions au sujet de « L’espéranto, une langue qui dépasse les frontières »

  1. Fort

    Aprés le Brexit pourquoi l’espéranto ne pourrait-il pas devenir la langue de l’Union
    Européenne? en lieu et place de l’anglais?
    Pourquoi dans chaque nation, les enfants n’apprendraient-ils pas l’espéranto et la langue maternelle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *