Apprendre efficacement l'anglais

7 conseils pour bien apprendre l’anglais (avec un guide de prononciation à télécharger)

Pour bien commencer l’année, rien de tel qu’un petit rappel sur la langue que vous êtes le plus nombreux à apprendre : l’anglais. Si son omniprésence en facilite grandement l’apprentissage, cette langue comporte quelques spécificités qu’il est bon de connaître afin de la maîtriser correctement. Vous trouverez donc l’ensemble des points à respecter pour partir sur de bonnes bases, de la grammaire à la prononciation en passant par la conjugaison. Une fiche récapitulative vous attend également à la fin de cet article.

Chaque langue est unique, la méthode reste la même

Avant toute chose, il est important de préciser que, bien évidemment, tous les conseils généraux que je donne sur le blog sont valables pour l’apprentissage de l’anglais. Si vous venez de découvrir le site, outre vous souhaiter la bienvenue, je vous invite donc à consulter la sélection d’articles pour bien débuter l’étude d’une langue. Si vous appliquez ces conseils, vous aurez déjà des bases solides pour bâtir l’apprentissage de n’importe quelle langue.

Cette précision faite, passons maintenant au cas particulier de l’anglais. Toujours dans le but d’éviter toute redondance, je ferai régulièrement des renvois à d’autres articles que j’ai consacrés à cette langue.

Sept conseils pour apprendre l’anglais en partant sur de bonnes bases

Contrairement à une idée reçue, l’anglais n’est pas plus facile à apprendre qu’une autre langue. Ne vous étonnez donc pas si l’un des points suivants venait à vous poser problème : si je les liste ici, c’est bien pour attirer votre attention dessus.

L’anglais et le français sont deux langues sœurs, profitez-en !

Vous l’aurez certainement remarqué, nos deux langues partagent énormément de mots et sont donc en partie transparentes, autant pour les anglophones que les francophones. Apprenez donc à repérer ces true cognates (vrais-amis), comme les appellent les anglophones, et vous vous rendrez vite compte que vous connaissez bien plus de vocabulaire anglais que vous ne l’imaginiez. Que de temps gagné ! J’irais même jusqu’à ajouter, n’en déplaise à certains, que nous autres Français sommes mêmes avantagés par rapport à l’anglais.
Les mots en -tion notamment sont souvent identiques au français, les accents en moins : nation, revelation, education, transformation

Même si l’anglais ressemble au français, traitez-le comme une langue à part

Ce point vient tempérer le précédent. Si les deux langues partagent de nombreux points communs, ne perdez pas de vue qu’elles ont des origines très différentes, latine pour le français et germanique pour l’anglais. C’est un peu notre faiblesse en tant que francophones : nous voyons des termes qui ressemblent énormément à du français et nous sommes donc tentés de les prononcer comme les nôtres. Résistez donc à cette sensation et traitez ces nouveaux mots comme s’ils venaient d’une langue totalement différente du français : cherchez leur prononciation et la syllabe sur laquelle se place l’accent tonique.

Ensuite, gare aux faux-amis entre le français et l’anglais ! Les termes anglais et français ont évolué séparément et ont pu prendre des sens différents. L’exemple le plus connu reste actually, qui ne signifie pas « actuellement » mais « en fait » ou « vraiment ».
Faites également attention aux mots s’orthographiant différemment dans les deux langues. Il arrive même que la graphie anglaise soit utilisée par erreur en français. Je ne compte pas le nombre de fois où je vois des horreurs comme connection ou reflection utilisés à la place de « réflexion » et « connexion ».

Pour finir sur ce point, veillez à perdre vos automatismes de francophones face à la grammaire anglaise. Cette dernière n’est pas bien compliquée à apprendre, mais elle peut être très différente du français, notamment au niveau de la conjugaison. N’essayez donc pas de plaquer vos vieux réflexes, ils ne feront que vous embrouiller l’esprit, et abordez la grammaire anglaise avec un œil neuf.

La grammaire anglaise, c'est facile !

La grammaire anglaise ne devrait pas vous poser problème !

Mettez les bouchées doubles sur la prononciation

J’en remets une couche, mais c’est pour la bonne cause. Dans une langue comme l’allemand, les mots se prononcent comme ils s’écrivent : il est donc possible de connaître la prononciation d’un terme simplement en le lisant. L’anglais n’offre malheureusement pas une telle souplesse. A une graphie peuvent correspondre plusieurs sons différents. Par exemple, la lettre i se prononcera totalement différemment dans fill, fire ou bird.
Le problème inverse se pose lorsque vous entendez un mot : il peut être difficile de savoir comment l’orthographier. Ainsi, flower et flour se prononcent exactement de la même manière. Quel casse-tête !

Vous devez donc faire l’effort de bien travailler votre prononciation et d’apprendre chaque mot dans sa forme écrite et sa forme orale. Cela représente du travail, mais c’est à ce prix que vous parviendrez à écrire et prononcer parfaitement l’anglais. Il peut être utile de connaître un peu de phonétique ou d’utiliser un dictionnaire électronique comportement des enregistrements audio.
Si vous souhaitez améliorer votre prononciation en anglais, le guide disponible en fin d’article devrait vous intéresser.

Abusez des films et séries télévisées en VO

Encore un conseil qui pourrait s’appliquer à n’importe quelle langue, mais l’anglais se distingue par l’immensité de sa production culturelle. Il est donc facile de trouver des films et séries anglophones susceptibles de vous plaire et de vous aider à progresser.
Si la phrase « J’ai appris l’anglais en regardant des séries » me fait sourire (essayez d’apprendre le chinois uniquement en regardant des films chinois), s’immerger dans l’anglais est extrêmement simple du fait de cette offre pléthorique.
Si certaines personnes conseillent – à raison – de se passer de sous-titres, je trouve que pour l’anglais, ils peuvent se révéler très utiles, à condition de les afficher dans cette langue, bien entendu. Ils vous aideront à établir cette correspondance orthographe-prononciation dont je parlais plus haut.

Pour réaliser correctement ce travail, vous devez faire l’effort de lire et d’écouter avec la même intensité, ce qui peut être contraignant. Si vous vous contentez de lire les sous-titres pour comprendre les dialogues sans prêter attention à l’audio, vos capacités d’écoute ne s’amélioreront pas.

Laissez tomber vos peurs et parlez

L’anglais, plus que toute autre langue, cristallise les plus grandes craintes dès qu’il s’agit de s’exprimer à l’oral. La peur d’adopter « l’accent du Français qui parle anglais » est très répandue et paralyse nombre de francophones. Dans ces conditions, il est souvent plus facile de se faire oublier et d’échapper à une situation potentiellement embarrassante.
Malheureusement, ce n’est pas ainsi que fonctionne l’apprentissage des langues étrangères. Si vous souhaitez atteindre un bon niveau en anglais (et dans n’importe quelle langue), il va falloir parler, parler et parler encore.
L’anglais est sans doute la langue étrangère la plus simple à pratiquer, étant donné que les étrangers, même non-anglophones, attendront souvent de vous que vous le parliez avec eux. Profitez de cet état de fait, qui vous permettra de vous exercer auprès d’un nombre incalculable de personnes. Les locuteurs natifs sont évidemment à privilégier : ils vous fourniront un modèle à imiter et seront à même de déceler les défauts de votre prononciation.

Quant au fameux « accent français », si vous vous exprimez fréquemment et que vous travaillez correctement votre prononciation en amont, vous finirez par le perdre ou du moins le minimiser. On entend même souvent dire qu’un léger accent français en anglais est considéré comme sexy par les étrangers : je ne m’avancerai pas quant à la véracité de cette information, mais si cela vous permet d’assumer fièrement ces tics bien français qui vous trahissent, pourquoi pas ! Tout est bon pour pratiquer.

Partez dans un pays anglophones (2h15 en train depuis Paris)

Même si l’anglais s’est répandu dans des régions assez éloignées, comme l’Amérique ou l’Océanie, n’oublions pas qu’il est originaire d’Europe. Une fois de plus, nous autres Français sommes privilégiés car le Royaume-Uni et l’Irlande sont des destinations toutes proches et très abordables.
Que ce soit via l’Eurostar ou les vols à bas prix, vous pouvez sans problème caser un week-end dans un pays anglophone au milieu de votre emploi du temps chargé.
Si possible, essayez de partir seul ou avec des personnes désireuses de pratiquer l’anglais avec vous : vous éviterez ainsi de vous retrouver entre Français et de passer ce séjour anglophone à parler uniquement… français.

Autre astuce : essayez de passer par un service d’hébergement chez l’habitant, comme Couchsurfing. En procédant ainsi, vous entrerez en contact avec des anglophones et aurez plus d’occasion de parler que si vous optez pour l’hôtel. Faites juste preuve de patience, car trouver un hôte dans une grande ville peut s’avérer difficile, surtout pendant les périodes de vacances.
Pour aller plus loin, je vous invite à consulter cet article que j’ai écrit sur le blog Un sac sur le dos, qui vous aidera à pratiquer une langue en voyage.

Relativisez le niveau d’anglais que l’on attend de vous

Pour beaucoup, bien parler une langue signifie en avoir une connaissance encyclopédique et être capable de l’utiliser pour rédiger des essais philosophiques, autrement dit, au-delà du niveau C2 du CECR.
Dans les faits, on exigera rarement de vous une telle maîtrise, sauf peut-être si vous désirez travailler dans un domaine très pointu. Pour avoir passé des examens comme le TOEFL ou le TOEIC, j’ai remarqué que les scores demandés par les universités et entreprises étaient loin d’être insurmontables.
Alors cessez d’avoir peur de faire des erreurs, d’autant plus que les anglophones en font souvent un sacré paquet dans leur propre langue. Acceptez d’être débutant en anglais, soyez-en fier, même. En adoptant cet état d’esprit, vous lèverez le principal obstacle qui vous empêche de bien maîtriser cette langue.

Une fiche pratique avec tout ce que vous avez besoin de savoir sur la prononciation anglaise

Pour approfondir cet article, je vous propose une nouvelle fiche pratique, sur le modèle de celle sur la gestion du temps. Vous y trouverez tout ce que vous avez besoin de savoir sur la prononciation de l’anglais : phonétique, accentuation et intonation. J’ai veillé à ce qu’il soit aussi clair et complet que possible.
Vous pouvez télécharger votre fiche pratique via le lien ci-dessous :

Votre fiche pratique « Le guide complet pour prononcer l’anglais »

Fiche pratique - le guide complet pour prononcer l'anglais

Pour télécharger votre guide, cliquez sur la couverture.

Merci pour votre téléchargement ! S’il s’agit de votre premier guide, vous recevrez très prochainement un e-mail de confirmation avec d’autres bonus, pensez donc à consulter votre messagerie 😉

Vous voilà fin prêt à apprendre l’anglais dans les meilleures conditions. Good luck!

Image d’en-tête : Maëlick.

Les 6 clés pour parler allemand

5 réflexions au sujet de « 7 conseils pour bien apprendre l’anglais (avec un guide de prononciation à télécharger) »

  1. Johanna

    Super article ! Je trouve que tu passes bien en revue les points clés d’apprentissage de l’anglais.
    J’aime beaucoup ce que tu dis sur le fait d’osé parler car les gens n’attendent pas un niveau exceptionnel de notre part. D’ailleurs, lorsque l’on est dans un pays anglophone, les natifs savent que nous ne nous exprimons pas dans notre langue maternelle, ils ont donc de l’indulgence. Et dans les autres pays, l’anglais est pour les habitant une deuxième langue, tout comme pour nous ! Ils font donc autant d’efforts que nous pour s’exprimer dans cette langue !

  2. mon apprentissage des verbes irréguliers anglais

    Merci pour l’article. Je dois apprendre l’anglais pour des raisons professionnelles, et je peux dire que le plus difficile c’est d’avoir assez confiance en soi pour oser parler avec la langue. Je suis maintenant sur l’étape ou je dois apprendre toutes les verbes irréguliers, et la liste est longue. Je vais utiliser tous vos conseils pour procéder encore plus rapidement.

  3. Daniel Solofoharijao

    Bonjour,

    J’ai commencé pendant quelques mois déjà mon apprentissage de l’anglais, mon niveau est très bas car j’apprenais l’anglais il y a 30 ans de cela au lycée. Pour des raisons professionnelles je suis « condamné » à parler anglais. Donc il faut que je reparte à 0. j’ai vu votre site qui m’a beaucoup intéressé et j’ai même essayé depuis hier de télécharger le guide mais jusqu’à maintenant je ne reçois pas le mail de confirmation. en tout cas je suis très intéressé par les conseils que vous avez donnés. Je m’attelle maintenant avec votre assistance.

    1. Pierre Auteur de l’article

      Bonjour Daniel,
      Il arrive que les messages se retrouvent bloqués par les clients e-mails, qui ont tendance à faire du zèle. Avez-vous pensé à regarder vos spams ou votre onglet « promotions » ? Sinon, envoyez-moi un mail et je vous enverrai directement le guide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.