Apprendre le portugais

Apprendre le portugais : une ouverture sur le monde lusophone

Je suis formatrice en langues étrangères. Ma spécialité est la langue portugaise, ma langue maternelle. J’exerce mon activité en tant qu’indépendante et je travaille avec des organismes de formation et des entreprises. Les demandes de formation en portugais sont assez fréquentes. Ah bon ? – me direz-vous – À quoi bon apprendre le portugais ?
Voici quelques réponses. Tout d’abord, faisons la découverte de la langue portugaise et de quelques caractéristiques (il s’agit d’une liste non-exhaustive).

Note : cet article invité vous est proposé par Carla Guerreiro, dirigeante de France-Portugal Traductions – services de traduction et formation en portugais. Avec l’italien et l’espagnol, le portugais est l’autre grande langue romane qui devait absolument figurer sur ce site.

Caractéristiques de la langue portugaise

Le portugais fait partie de la famille des langues latines, notamment des langues ibéro-romanes, comme l’espagnol (ou « castillan »), le catalan et le galicien. Son accent est plus proche du catalan et du galicien (qui partage les mêmes racines) et la prononciation de certains mots présente quelques particularités :

  • la lettre ç (avec la cédille) est utilisée avant le « a », le « o » et le « u » (comme en français) ;
  • l’accent circonflexe est employé sur les voyelles pour la prononciation des voyelles fermées (« â » comme câmara, « ê » comme pêssego – et comme « été » – et « ô » comme avô – et comme « eau ») ;
  • l’accent aigu (‘) est utilisé pour la prononciation des voyelles ouvertes (l’accent grave étant rarement utilisé), comme « á » (água), « é » ( – ou comme « tête ») et « ó » (comme ) ;
  • le tilde (~) est utilisé sur les lettres ã (comme mãe ou pão) et õ (comme põe) pour indiquer une prononciation nasale de ces voyelles ;
  • le portugais utilise de nombreuses diphtongues orales, comme « ai » (pai), « ei » (comme lei), « oi » (comme boi), « ui » (comme Rui), et « iu » (comme viu) ;
  • la lettre « s » se prononce comme « ch » à la fin des mots (comme francês ou pessoas) ou avant une consonne (comme estar ou esperança). Lorsque la lettre « s » se trouve au début des mots (comme sapo) ou en cas de double consonne (comme passado), il se prononce comme le mot français « sac ». Si la lettre « s » se trouve entre deux voyelles (comme casa) il se prononce comme la lettre « z » (comme « zéro »).

Le portugais présente deux normes officielles : la norme du Portugal et la norme du Brésil (non, le « brésilien », ça n’existe pas !). Chaque norme officielle présente des différences relativement à l’accent (plus ouvert au Brésil qu’au Portugal), au vocabulaire et à quelques structures syntactiques. Outre ces deux normes officielles, le portugais présente aussi une grande variété d’accents et une grande richesse du vocabulaire, notamment dans les pays africains de langue portugaise, ainsi qu’en Asie ou en Océanie.

Portugais du Portugal

Le portugais trouve son origine dans la péninsule ibérique et reste proche du galicien.

Où parle-t-on le portugais ?

Les pays de langue portugaise

Contrairement à certaines idées reçues, le portugais est beaucoup plus qu’une « langue d’immigration » et ce n’est pas une « langue rare », puisqu’il est parlé dans plusieurs pays.
Voici les pays où l’on parle portugais :

  • En Europe : Portugal (continental et les régions autonomes des Açores et de Madère) ;
  • En Afrique : Angola, Mozambique, Cap-Vert, Guinée-Bissau et São Tomé-et-Príncipe (plus récemment, la Guinée Equatoriale a rejoint la Communauté des pays de langue portugaise) ;
  • En Amérique : Brésil ;
  • En Asie : Macao (région autonome chinoise depuis 1999) et les États indiens de Goa et Daman ;
  • En Océanie : Timor-Oriental, situé entre l’Indonésie et l’Australie.

Le portugais est, donc, la troisième langue européenne la plus parlée dans le monde (environ 230 à 250 millions de personnes). Selon une estimation de l’Unesco, le portugais sera parlé par environ 335 millions de personnes vers 2050. Si vous apprenez le portugais, vous pouvez voyager et communiquer dans les cinq continents. Un avantage pas du tout négligeable pour une « langue rare ».
Le Portugais est une des langues officielles dans de nombreux organismes internationaux, comme l’Union européenne, mais aussi l’Organisation de l’unité africaine (OUA), l’Organisation des États américains (OEA), le Marché commun de l’Amérique du Sud (MERCOSUL), l’Organisation des États ibéro-américains (OEI), la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et l’Union latine (UL).
Le portugais est la cinquième langue la plus utilisée sur internet, avec environ 83 millions d’internautes. Quoi de mieux, alors, que d’apprendre le portugais afin de pouvoir communiquer avec tous ces utilisateurs et découvrir beaucoup de contenus intéressants dans les domaines des voyages, de la culture, de la musique, des affaires et du sport ?

L’apprentissage du portugais permet l’accès à une culture très riche et variée, liée aux pays de langue portugaise. Quoi de mieux que d’apprendre le portugais pour connaître l’histoire du Portugal, la musique et les traditions brésiliennes, l’Afrique lusophone et aussi certaines régions asiatiques, comme Macao et Goa, et aussi le Timor Oriental ?
Les pays de langue portugaise, notamment le Brésil et l’Angola, attirent de plus en plus les entreprises françaises. Mon expérience en tant que formatrice me permet de le confirmer, puisque j’ai eu des stagiaires qui se sont expatriés en Angola, au Brésil ou au Mozambique. Ceci dit, si vous apprenez le portugais, vous aurez accès à des opportunités de travail et d’affaires dans le monde entier.
De plus, le Portugais présente un grand avantage : c’est une langue assez proche du français grâce à son vocabulaire, puisque ces deux langues sont directement dérivées du latin.

Voici donc quelques bonnes raisons pour apprendre le portugais. « Oui mais, oui mais, oui mais… » Eh oui, passons aux objections habituelles. Quelles sont ces objections ?

Les idées reçues sur l’apprentissage du portugais

1 – Le portugais est trop difficile.

Il n’y a pas de « langues faciles » ou « difficiles », car chaque langue possède ses particularités et ses difficultés spécifiques, y compris les langues réputées « faciles » comme l’anglais. Pour bien apprendre le portugais, comme pour une autre langue, il faut faire preuve de persévérance, car rien ne s’apprend du jour au lendemain.

2 – L’accent du portugais est difficile à reproduite et vraiment bizarre. Il y a trop de « shhh ».

Il ne faut pas se laisser impressionner par l’accent. D’abord, il n’y a pas d’ « accent parfait », car le portugais (comme chaque langue) possède plusieurs accents régionaux. Il est, donc, plus important d’apprendre à articuler correctement les mots (afin de prononcer correctement les syllabes toniques, par exemple, et distinguer la prononciation de certaines consonnes afin d’éviter les malentendus). Pour bien apprendre à prononcer, rien de mieux que la pratique, la pratique et encore la pratique.

3 – Apprendre le portugais (ou une autre langue), c’est trop long.

Tout dépend du rythme de chacun. Certains apprennent plus vite que d’autres, mais il faut surtout respecter son propre rythme… et ne pas croire aux campagnes publicitaires qui promettent l’apprentissage d’une langue en trente jours. L’apprentissage d’une langue n’est pas une affaire de performance mais de motivation et de discipline.

4 – Il faut apprendre le portugais (ou une autre langue) dès la maternelle.

Rien de plus faux. Apprendre le portugais est une activité enrichissante quel que soit l’âge de l’apprenant. La preuve : le nombre impressionnant de jeunes retraités qui apprennent le portugais, pour s’installer au Portugal (grâce aux mesures fiscales mises en place par le gouvernement portugais pour attirer des résidents et investisseurs étrangers). De plus, l’apprentissage d’une langue à l’âge mûr permet de prévenir la maladie d’Alzheimer.

5 – Lorsqu’on apprend le portugais, on risque de le mélanger avec les autres langues, comme l’espagnol et l’italien.

Au début, ce type d’interférence est fréquent, mais l’apprentissage du portugais (ou d’une autre langue) permet l’entraînement cérébral. Plus vous pratiquez, plus vous vous perfectionnez. Bref, apprendre une langue c’est comme faire du sport.

Note de Pierre : je remarque que le risque de mélanger les langues, surtout latines, revient souvent parmi vos appréhensions. Dans les faits, même si on n’est jamais à l’abri d’une confusion, le fait de connaître deux langues proches est beaucoup plus souvent une aide qu’un handicap.

Portugais du Brésil

Avec plus de 200 millions de locuteurs, le portugais brésilien s’impose comme la variante la plus répandue de la langue portugaise.

 Comment faire pour apprendre le portugais ?

Quelques conseils

1 – Tout d’abord, réfléchissez à vos objectifs d’apprentissage. Que voulez-vous apprendre ? Voulez-vous juste apprendre quelques mots de base pour pratiquer le portugais pendant les vacances ? Ou voulez-vous l’apprendre dans une perspective plus sérieuse, comme, par exemple, dans le cadre d’une expatriation ?

2 – Si vous pouvez voyager au Portugal ou dans un autre pays de langue portugaise pour des séjours linguistiques, n’hésitez pas. Il s’agit d’une excellente opportunité d’apprendre la langue sur place et dans un contexte réel. Vous serez aussi en contact direct avec la culture et les traditions du pays.

3 – Si vous n’avez ni le temps ni les moyens de partir en séjour linguistique, essayez de vous « plonger » dans la langue grâce aux chaines de télévision et radio étrangères (par câble, satellite ou internet), des films, des documentaires et – pourquoi pas ? – des dessins animés en portugais (en DVD ou sur internet) ou des vidéos sur YouTube et des chansons.

4 – Si vous aimez pratiquer le portugais en ligne, vous pouvez essayer des plateformes comme Italki, Duolingo, Busuu et autres. Vous pouvez pratiquer le portugais grâce à des enseignants qui dispensent leurs cours sur Skype ou papoter avec des locuteurs natifs.

5 – Les cafés linguistiques sont aussi une excellente opportunité de pratiquer la langue dans un contexte agréable avec des locuteurs natifs et des personnes qui apprennent la langue. Un café et une bonne discussion dans une ambiance agréable et détendue, quoi de mieux pour pratiquer le portugais ?

6 – Si vous connaissez des magasins, supermarchés, restaurants et boulangeries tenus par des portugais, brésiliens ou autres ressortissants lusophones, n’hésitez pas à y faire un tour, non seulement pour acheter et consommer des produits typiques, mais aussi pour pratiquer le portugais auprès de ces commerçants.

7 – La lecture est aussi une stratégie intéressante. Vous pouvez trouver des livres de lecture bilingues selon votre niveau dans des librairies (comme Attica, Librairie Portugaise & Brésilienne ou LIDEL, une librairie en ligne portugaise), ou en consultant les sites internet de journaux et magazines.

8 – Lorsque vous apprenez de nouveaux mots, vous pouvez créer votre dictionnaire personnel. Il vous suffit d’utiliser un répertoire téléphonique et d’y insérer tous les nouveaux mots par ordre alphabétique. Vous pouvez aussi utiliser des flashcards (une sorte de jeu de cartes avec du vocabulaire), une façon plus ludique d’apprendre le lexique. Les imagiers bilingues sont aussi très utiles, car ils joignent le mot à l’image d’une façon très simple et ludique.

Quelques écueils à éviter

1 – Lorsque vous apprenez le portugais, la traduction est une stratégie à éviter. Pourquoi ? Parce que, contrairement à une certaine conception de l’apprentissage des langues dans l’Éducation nationale, on apprend une langue pour communiquer, pas pour traduire. Lorsque vous apprenez une langue, vous devez apprendre à vous exprimer, pas à vous préparer pour les épreuves de traduction des concours de la Fonction publique ou pour les Grandes Écoles. De plus, chaque langue a sa propre logique, puisqu’elle est le reflet d’une culture et d’une mentalité. Par conséquent, tout ce qui est valable en français ne l’est pas forcément pour le portugais et vice versa.

2 – N’essayez pas d’aller trop vite. L’apprentissage du portugais (ou d’une autre langue) exige de respecter des étapes à ne pas brûler. Très souvent, un adulte qui apprend le portugais (ou une autre langue étrangère) veut d’emblée s’exprimer d’une façon complexe, comme dans sa propre langue. Or, apprendre le portugais (ou une autre langue) signifie repartir de zéro. Il faut tout recommencer, comme si on était de retour à l’école primaire, ce qui peut être assez déstabilisant pour un adulte.

3 – Évitez la course à la performance. Chaque apprenant a son propre rythme qu’il faut respecter. Lorsque vous apprenez le portugais (ou une autre langue), vous aurez la sensation de gravir une montagne. Parfois, la pente est raide et vous aurez du mal à avancer mais, fort heureusement, il y aura des moments où vous serez capable de surmonter vos blocages et vous pourrez mesurer vos progrès. L’apprentissage d’une langue n’est pas un long fleuve tranquille, mais plus vous progressez, plus votre satisfaction augmentera.

4 – N’ayez pas peur des erreurs. Apprendre une langue, c’est comme apprendre à marcher : vous trébucherez souvent mais vous vous relèverez. Vous aurez souvent des trous de mémoire et du mal à vous exprimer. Vous aurez aussi peur de commettre des erreurs, mais vous n’y échapperez pas, car les erreurs sont une étape obligée, qui vous permettra de progresser.

Alors, êtes-vous prêt ? Apprendre le portugais est une grande aventure, qui vous ouvrira les portes vers un vaste monde où des cultures différentes se croisent et se mélangent.
Bienvenue à bord !

Image d’en-tête au format Creative Commons : Giuseppe Milo.

Cette entrée a été publiée dans Focus, et marquée avec , le par .

À propos Carla

Je suis Portugaise et je vis en France depuis 15 ans. J’ai fait des études en lettres modernes portugaises et françaises et j’ai un BAC+5 en littérature portugaise et française. J’ai enseigné le portugais et le FLE au Portugal. Après une expérience professionnelle dans l'enseignement supérieur en France, j'ai démarré mon activité dans le domaine de la traduction et la formation en portugais en 2006.

34 réflexions sur « Apprendre le portugais : une ouverture sur le monde lusophone »

  1. alexandre

    bonjour,
    tout d’abord c’est article est pas mal du tout (au passage, dsl de ne pas commenter tous les articles du site). Ensuite, j’avais essayé d’apprendre le portugais mais j’ai vite abandonné (j’étais jeune) à cause de sa prononciation, non pas car elle était difficile mais tout simplement car elle ne plaisait pas à mes oreilles 😉 je retrouve d’ailleurs ce même problème en catalan que j’apprends en ce moment. De plus, je n’aimais pas la méthode que j’avais acheté (c’était harrap’s) , conclusion: je ne me rappelle plus d’aucun mot et contrairement à l’italien, je serais prononcé aucun mot, même les plus faciles 😉 Enfin, le fait de devoir choisir un portugais (celui du Portugal ou celui du Brèsil) et qu’il n’y aille pas de portugais standard (on retrouve ce même problème en anglais) est je pense dérangent pour l’apprenant 😉

    sur ce bonne soirée à vous 🙂

    1. Carla Guerreiro

      Bonsoir Alexandre,

      Sincères remerciements pour votre message.
      En effet, la prononciation du portugais n’est pas évidente, car cette langue possède beaucoup de sons qui n’existent pas en français. Cependant, tout est une affaire d’entraînement, car apprendre une langue c’est comme faire du sport : plus on s’y met, plus on progresse.

      Pour ce qui est des variantes du portugais, si vous voulez vous y remettre un jour, choisissez celle qui vous plaira le plus (Portugal ou Brésil).

      1. wilwaryn

        je suis portugais donc on dit en vrai portugais et j’insiste sur vrai = português dont le s se prononce ici presque comme un zz= portuguêzzzz non! comme vous les portugais qui dites portugêch ou portuguêjj
        d’autres mots: une histoire vraie qui se dit en vrai portugais uma história verdadeira : ici le s se prononce s plus prononcé. cette petite est vraiment ou veritable une diablesse= Esta menina é um verdadeiro diabo. donc encore un autre mot avec S comme Esta qui se prononce dans mon vrai portugais avec un ss pas avec chhh de merde et surtout pas avec un jjj de mes couilles. comme estrela qui ce prononce toujours avec un ss prononcé qui veux dire étoile. que je suis né en 1960 au Portugal juste a coté de Porto . avant de venir en France j’ai étudié au Portugal. et j’ai vu ma langue natale se faire défoncer années après par du mimo portuguếs ce qui veux dire un peu prêt= faire des manières les femmes de mon pays adorent, les hommes suivent. alors s’il-vous-plaît arrêtez! de regarder des film Brésilien et défoncer ma langue Natale. on dit dans la langue de Camões = Camõezz avec un s comme un france, et surtout pas Camõecchhh ou Camõejjjj je n’arrive même plus à vous comprendre pourtant je parle le Portugais je pense que vous devez tout reprendre et arrêtez de me faire honte.

        1. Carla Guerreiro

          Cela depend d`ou vous venez. A Lisbonne, on utilise le shh a la fin des mots. Et veuillez aussi eviter les gros mots. Un peu de politesse ne fait de mal a personne.

          1. Wilwaryn

            Bonjour,

            Veuillez m’excuser pour ma colère et ma grossièreté, Que dit le Portugais de base, quand je parle, « il dit tu ne parle pas bien le Portugais ». Gentiment je lui explique mot par mot et phrase par phrase, que c’est lui qui défonce sa langue natale, et que sa façon de parler vient du faite de son laisser aller à écouter les gens sans jamais se mettre en question. j’ai même repris certains membres de ma propre famille qui eux comme les autres se sont vexes ou se vexe. Ce qui est vraiment époustouflant, se sont les anciens, qui reconnaissent et me donnent raison tout comme mon père qui aimait sa langue natale.Malheureux et contrariés les autres gardent une certaine rancune, aller comprendre ?. IL NE FAUT PAS DIRE A UN PORTUGAIS qu’il parle mal, trop fière le Portugais.
            Maintenant pourquoi ma colère ? Et bien ! Vous arrivez à mettre des shh ou chh ou jjj dans des mots qui ont aucun S, exemple bom dia et bien vous arrivez à dire bom diashh ou bomshh diashh un autre exemple : « a vida nao e feita para viver » mettez cette phrase au pluriel et comptez le nombre de fois que vous dite shh ou chh ou jjj. Le Portugais et en réalité une très belle langue, quand elle est parler correctement, Mon Père disait toujours « le portugais n’est en rien compliqué pour l’apprendre il faut juste lire et écouté » et bien aujourd’hui les gens qui veulent l’apprendre se confrontent à une déconstruction et destruction total de cette langue, c’est pour cela qu’il la trouve dur !. tout comme moi vous savez que j’ai raison, demandé à un certain Ministre au Portugal qui avait expliqué et soutenus qu’il soit urgent de protéger cette langue très mal parlé. Il faut dire que les Portugais n’en ont rien a f..tre faire.

          1. Carla Guerreiro

            Tout à fait, Leila.
            Merci beaucoup pour votre commentaire.
            En effet, il y en a marre de se faire pourrir par des compatriotes nombrilistes qui, en plus, ne comprennent rien de rien.
            S’ils sont capables de faire mieux que moi, ils n’ont qu’à prendre ma place.

  2. Alexis

    Bom dia Carla,

    D’abord merci pour cet article sur le portugais, qui est de mon point de vue encore une langue trop méconnue et/ou mésestimée des francophones.
    – Vous écrivez à raison que le portugais est représenté sur les continents. Cependant, contrairement au français, et surtout à l’anglais, il ne faut pas se méprendre sur cette possibilité de communiquer en portugais, qui pour exister, est néanmoins très réduite dans son extension géographique comme démographique en Asie comme en Océanie. Il faut vraiment « chercher » les lusophones à Goa, au Timor-Oriental, ou à Macao. Et de fait, combien de personnes sont susceptibles de s’y rendre ? Certes il s’agit de trois foyers où le portugais est parfois implanté depuis cinq siècles, mais son influence linguistique est aujourd’hui supplantée par d’autres langues au profit de l’hindi, du cantonnais, de l’anglais, selon les régions. Ce n’est pas ou plus, la langue de communication première. Bien sûr, on peut toujours tomber sur un lusophone exilé, a fortiori Brésilien, c’est la loi du nombre, et s’exprimer avec lui en portugais n’importe où sur la planète.
    – Je voudrais aussi mentionner la littérature portugaise, étrangement passée sous silence ici, alors que vous en êtes diplômée. Connaître le portugais ouvre la voie à la connaissance d’une littérature riche des deux côtés de l’Atlantique. Citons pour le seul Portugal : Camões, Pessoa, et le prix Nobel Saramago pour les auteurs les plus connus. J’imagine également que le répertoire brésilien voire angolais ou mozambicain est prometteur.
    – Dernier point plus personnel. Etant moi-même hispanophone je me pose la question de me mettre très sérieusement au portugais à moyen terme, après avoir développer une capacité de communication suffisante en italien. Un apprentissage que je ferai dans l’évidente optique de compléter ma couverture linguistique de l’Amérique latine, et de m’ouvrir, pourquoi pas, les portes de l’Afrique lusophone. Pour l’heure totalement inexpérimenté, je redoute quand même la fréquentation des sons quelques peu distants du français comme les fameuses voyelles nasales. Mais c’est sans doute une crainte par méconnaissance. Cela m’amène à plusieurs questions :
    – Entre « portugais portugais » et « portugais brésilien », ne faudrait-il pas privilégier le portugais du Brésil, largement plus parlé, et donc plus susceptible d’être rencontré ? D’un autre côté, le portugais du Portugal n’est-il pas plus « pur », dans le sens qu’il n’a pas été influencé par les idiomes indigènes du Brésil, et donc grammaticalement plus proche de la langue « originelle » (car on sait bien qu’une langue est le fruit d’évolutions) ?
    – En matière de pratique du portugais, aujourd’hui quels sont les débouchés en matière d’emploi ? Vous confirmerez sans doute que les deux foyers les plus vigoureux sont le Brésil et l’Angola. Je veux dire par là qu’il y a le monde de l’entreprise mais pas seulement, pour moi qui ne devrais pas être touché par les compagnies pétrolières lusophones. Confirmez-vous qu’en France la demande pour apprendre le portugais est croissante ? J’ai cru comprendre que le Brésil comme la France avait tout à gagner à développer leur relation bilatérale, et pas seulement sur le strict plan économique. on manque encore de lusophones dans le monde de l’entreprise mais aussi certainement dans le monde éducatif et universitaire. Il faut comprendre ici que le Brésil est encore un pays en développement avec tous les défis que cette situation suppose.
    Pour terminer j’observe avec plaisir que je peux déjà comprendre en partie le portugais à l’écrit. Ici la connaissance de l’espagnol aide, prouvant une fois de plus que les langues ne sont pas séparées mais interconnectées. J’espère donc un jour pouvoir « dompter » cette belle langue.
    Merci d’avoir pris le temps de me lire !

  3. Carla Guerreiro

    Bom dia Alexis,

    Sincères remerciements pour votre commentaire.
    En ce qui concerne le portugais en Asie et en Océanie, le portugais est devenu une langue résiduelle, mais qui a laissé des traces, notamment à Malaca (où l’on trouve une communauté d’origine portugaise très fière de l’être) et aussi en Indonésie (notamment à Tugu). À Goa, le portugais est encore et toujours enseigné à l’université (malgré l’omniprésence de l’anglais) et, en plus, il y a une vaste communauté indoportugaise qui veut préserver la langue. À Timor Oriental, le portugais est une des langues officielles (avec le Tetum) et le gouvernement mène des efforts pour l’enseignement de cette langue dans le système éducatif. En ce qui concerne la Chine, le portugais est une langue de plus en plus prisée par les jeunes diplômés, qui veulent faire une carrière à l’international – les entreprises françaises devraient faire gaffe, car elles seront remplacées par les entreprises chinoises en Afrique si rien n’est fait.

    Pour ce qui est de la littérature lusophone, en effet, elle est très riche, pas seulement au Portugal, mais au Brésil, en Angola et au Mozambique. Pour en savoir plus, je vous suggère de visiter le site de la Librairie Portugaise.

    Enfin, en ce qui concerne l’utilité de chaque variante, le portugais du Brésil est utile si vous voulez vous rendre au Brésil pour le tourisme, les affaires ou l’emploi. Sinon, si vous voulez partir dans les autres pays de langue portugaise, c’est la norme du Portugal qui y prédomine, puisque ces pays sont indépendants uniquement depuis 1975.

    En termes d’emploi, il y a un grand manque de lusophones dans le monde de l’entreprise et aussi, malheureusement, dans l’Éducation nationale, puisqu’il n’y a plus de concours comme le CAPES et l’agrégation. De plus, en ce qui concerne la formation professionnelle, les certifications en portugais ne sont même pas reconnues dans le cadre du compte personnel de formation.

    Pour ce qui est de vos progrès, je ne peux que vous féliciter et de vous encourager à maintenir le cap.

  4. THIRY Odete

    Bonjour Carla,

    J’ai lu en partie votre site, qui est très intéressant (j’y reviendrai avec un peu plus de temps). Je vous « dis » bravo pour sa rédaction accessible à tous.

    Je tenais à vous envoyer les liens ci-dessous qui nous indiquent les certifications de la langue portugaise, du Portugal et/ou du Brésil :

    http://relations-internationales.upv.univ-montp3.fr/files/2014/07/DU_PORTUGAIS-DU-BRESIL-2014-2015_Plaquette_ouverture1.pdf

    http://relations-internationales.upv.univ-montp3.fr/files/2012/09/CELPE.pdf

    extrait du 1er lien pour info :

    « Ce DU permettra aux étudiants de préparer le CELPE-
    BRAS certification en langue portugaise du Brésil
    délivrée par le ministère brésilien de l’Education (depuis
    2008, l’UPV est un des sept centres d’examen du CELPE-
    BRAS agréés en France). »

    http://www.parisdescartes.fr/INTERNATIONAL/La-Maison-des-Langues/La-certification

    Portugais
    Centro de Avaliaçao de Português Lingua Estrangeira :
    DIPLE (Diploma intermédio de Português Lingua Estrangeira) (niveau B2 du CECRL)
    DAPLE (Diploma avançado de Português Lingua Estrangeira) (niveau C1 du CECRL)
    DUPLE (Diploma intermédio de Português Lingua Estrangeira) (niveau C2 du CECRL)
    Diplôme de compétence en langue étrangère professionnelle (DCLEP)
    DCLEP de niveau B2
    DCLEP de niveau C1

    J’espère avoir pu contribuer à de nouvelles informations, que vous pouvez transmettre bien sûr, que j’avais d’ailleurs fournies en février dernier à la Société pour laquelle je travaille toujours.

    Je vous souhaite une excellente continuation.
    Très cordialement

    1. Carla Guerreiro

      Bom dia Odete,

      Sincères remerciements pour votre commentaire et vos liens.
      Cependant – et malheureusement! – ces certifications en portugais ne sont pas validées dans le cadre du compte personnel de formation, la seule certification validée étant uniquement le Diplôme de compétence en langue.

  5. Martine Ragonnet

    boa tarde Carla
    eu apreendo porque eu muito gosto dessa lingua!!!
    depuis quelques mois et intensément!
    non ça n’est pas difficile (j’ai plus de 60 ans!) mais c’est vrai que la prononciation n’est pas une mince affaire, la télé, la radio… on comprend peu de mots puis on en reconnait mais c’est assez frustrant…
    les disque avec les paroles ça m’a aidé bien plus, en retenant des phrases on retient des verbes conjugués, des tournures
    la vraie difficulté (plus qu’en anglais où ils existent aussi) ce sont les verbes irréguliers!!! rien à faire, il faut les apprendre!
    mais si mon cerveau aime, moi aussi 🙂 par contre, en venant de l’espéranto, je n’étais plus habituée aux irrégularités…..
    et bonus je retrouve mon espagnol qui m’avait un peu lâchée

    oui il faut apprendre les langues, c’est une vraie découverte d’autres personnes d’ autres cultures… un tel moyen de communiquer!

    1. Carla Guerreiro

      Bom dia Martine,

      Sincères remerciements pour votre message.
      Cela me fait plaisir de savoir que l’apprentissage du portugais vous plaît.
      Pour ce qui est de la prononciation, il n’y a pas de secret : il faut écouter et répéter, écouter et répéter, encore et encore (nous avons appris notre langue maternelle grâce à l’immersion totale, et ça même avant la naissance!).
      Pour les verbes irréguliers, vous avez raison. La langue portugaise a beaucoup de particularités et d’exceptions et il ne faut pas forcément chercher le pourquoi du comment.
      En ce qui concerne l’espagnol qui vous vient à l’esprit, il n’y a rien d’étonnant, mais ne vous inquiétez pas.

      Bonne continuation!

  6. isabelle clerc

    Bonsoir Carla,
    Merci pour cet article passionnant qui me donne encore plus envie de me lancer dans l’aventure lusophone!
    Je baragouine déjà un peu et j’ai la chance (ou pas!? haha) de n’avoir aucune inhibition lorsque je parle une langue étrangère, j’y vais à fond et j’ai raison: personne ne m’a jamais jugée, bien au contraire!
    On part s’installer en famille sur une des magnifiques îles des Açores, et je suis ravie de me mettre au portugais « pour de vrai », encore plus motivée par ce que vous écrivez! (parce que je parle beaucoup mais je parle mal, et mes bases sont mauvaises, argh…)
    J’ai acheté une méthode Assimil et j’écoute Radio Alpha à fond les ballons,
    Encore merci pour votre article ultra motivant!
    isabelle

    1. Carla Guerreiro

      Bonjour Isabelle,

      Sincères remerciements pour votre gentil message.
      J’espère que votre installation aux Açores se passera bien. Je vous préviens d’ores et déjà que l’accent est assez difficile dans certaines îles des Açores, mais c’est une question d’habitude. En plus, ce sont de très belles îles.

      Bonne continuation!

      1. isabelle clerc

        Boa tarde, Carla!
        Merci pour vos encouragements! Grand départ le 9 juillet 2017 pour l’île de Pico….
        Et à propos de l’accent açorien, voilà une video bien drôle d’un « micaelense « (habitant de l’île de Sao Miguel), qui se moque de son propre accent, c’est super drôle, surtout pour les lusophones habitués à l’accent du continent!
        http://www.helfimed.com/2016/05/as-pronuncias-dos-acores.html
        Bonne continuation,
        isabelle

        1. Carla Guerreiro

          Bom dia Isabelle,
          Eh oui, l’accent de l’île de São Miguel est très particulier et très difficile pour les portugais du continent.

          Sur ce, bon voyage.

  7. Marc

    Bonjour

    Intéressant votre site! Cela donne envie d’apprendre le portugais. Les conseils que vous donnez seront utiles à de nombreuses personnes.
    Petite remarque cela dit: cela fait de nombreuses années que l’approche actionnelle dans l’éducation nationale ne vise plus à traduire mais bien à communiquer!
    Cordialement

    1. Carla Guerreiro

      Bonjour Marc,

      Sincères remerciements pour votre commentaire très pertinent.
      En effet, la traduction comme méthode d’apprentissage d’une langue n’est plus – et heureusement! – d’actualité dans l’Éducation nationale. Cependant, je suis formatrice d’adultes, qui ont appris les langues par le biais de la pratique de la traduction, d’où mes recommandations.

      Bien cordialement,
      Carla Guerreiro

  8. Carla Guerreiro

    Cher Wilwaryn,
    Vous dites ceci: « Vous arrivez à mettre des shh ou chh ou jjj dans des mots qui ont aucun S, exemple bom dia et bien vous arrivez à dire bom diashh ou bomshh diashh un autre exemple : « a vida nao e feita para viver » mettez cette phrase au pluriel et comptez le nombre de fois que vous dite shh ou chh ou jjj. ».
    Franchement, où avez-vous entendu dire cela? En plus, on peut dire « bons dias ». Eh oui! Et ce n’est pas incorrect. Et pourquoi devrait-on mettre au pluriel des phrases comme « a vida não é feita para viver »?
    Pour ce qui est du portugais du Brésil, c’est une norme officielle et respectée, n’en déplaise votre dégoût.

    Et puis, l’objectif de mon article est de présenter la langue portugaise à un public qui ne parle pas le portugais, donc ces problèmes dont vous parlez sont complètement hors sujet ici. Et puis, que cela vous plaise ou pas, la norme officielle du portugais du Portugal est celle de Lisbonne, car il s’agit de la capitale. Si Porto avait été la capitale, la norme officielle aurait été différente. C’est pourquoi on dit – oui! – le shh à la fin des mots – vous savez, la prof de portugais c’est moi, pas vous. Oui, on dit « camõeshhh » ou « camõejjj » et si on dit « camõezzz » c’est peut-être dans votre bled. Arrêtez donc de regarder le nombril et de venir me faire la leçon, à moi, une prof de portugais!
    Je fais des efforts pour diffuser ma langue, mais vous, vous ne savez que critiquer. Si vous n’avez rien de positif à dire, alors abstenez-vous.

    1. Carla Guerreiro

      En effet, on peut parfois prononcer le « s » final comme « zzz », mas cela dépend des cas.
      Prenons, par exemple, le mot « casas » (maisons), là, le « s » final se prononce « sh », que cela vous plaise ou pas.
      Maintenant, voyons l’exemple suivant: « casas amarelas » (maisons jaunes). Là on peut prononcer « casas » comme « casazz » parce que le mot suivant contient une voyelle au début.

      Voilà donc quelques cas particuliers, que je n’ai pas expliqué dans mon article, car il vaut mieux les expliquer à quelqu’un qui apprend la langue, les sons du « s » étant assez complexes et pas évidents à expliquer à quelqu’un qui n’a jamais appris le portugais et qui est souvent déboussolé avec le son « sh ».
      Voilà. Comme vous voyez, cher Wilwaryn, je suis quand même mieux placée que vous pour parler des sons de la langue portugaise.

  9. Macedo

    Bonjour Carla,

    Je suis moi aussi portugais et il s’agit donc de ma langue natale.
    Tout d’abord je vous remercie pour votre article intéressant qui avant tout fait la promotion du portugais, en tant que lusophone encore une fois un grand merci

    Je vous préciserai que suis originaire de la région de Porto.
    Et même si effectivement « la norme » au Portugal est « o padrão de Lisboa »,
    J’aimerai vous précisez que pour des raisons historiques la langue portugaise ne vient pas de Lisbonne, pourriez-vous m’indiquer pour qu’elle raison il faudrait que tous le monde doivent s’exprimer comme vous le soutenez?
    J’aimerai également savoir pourquoi parce que la capitale du Portugal est Lisbonne, tous les portugais devrait parler comme à Lisbonne? quelle est cette idée étrange et qui fait preuve d’une certaine étroitesse d’esprit?
    Si nous faisons un parallèle avec la France par exemple, qui à mon avis a beaucoup d’avance sur le Portugal et beaucoup plus de respect concernant la diversité linguistique
    Savez-vous que le parisien y compris le prof de français ne reprochera jamais à un marseillais d’avoir son accent ni de prononcer à sa manière les mots de la langue française? pourtant cela n’échappe à personne que Paris est la capitale?
    en France, on peut donner des centaines d’exemples de ce type parmi les basques, les corses, les alsaciens, les bretons, les occitans, les ch’tis etc
    Ils ont tous des accents et des nuances en terme de prononciation et cela fait partie à mon sens de la richesse d’une langue et de son charme.
    Je pense qu’il y a un vrai problème au Portugal avec les défenseurs de la norme de Lisbonne qui souhaite imposer aux autres leur propre manière de s’exprimer.
    Je suis bien d’accord qu’il est nécessaire d’avoir une norme notamment pour sa promotion à l’extérieur du pays et dans le cadre d’un apprentissage il faut bien une référence, une base de travail, par contre, que celle-ci tente de s’imposer vis à vis des autres prononciation au Portugal m’est insupportable!

    Au Brésil, il y a égaiement une multitude de prononciations différentes et même s’il existe une norme brésilienne vous ne rencontrerez que peu de brésilien qui tente de se corriger les uns les autres, c’est tout simplement ridicule, cela ne fait que frustrer son interlocuteur et c’est totalement voué à l’échec.

    Au Portugal, d’un point de vue historique la norme de Lisbonne pourrait parfaitement être discutable en terme de légitimité, en effet le portugais puise ses racines dans le galicien, le portugais du nord aurait donc lui aussi des atouts à faire valoir pour être la norme car il s’agirait ainsi du portugais authentique que par ailleurs vous moquez, par extension la manière de s’exprimer des lisboètes serait donc une façon de faire parmi d’autres….
    Personnellement je suis plutôt défenseur de l’idée qu’il y a pleins de façon de s’exprimer en portugais qui sont toutes autant respectables les unes que les autres, toutes ces versions du portugais doivent être respectées et ne doivent pas faire l’objet de mépris et comme beaucoup, prenez-en bien conscience vous en faites preuve lorsque vous dites : ‘
     » c’est peut-être comme ça qu’on dit dans votre bled ». mais c’est bien avec chhh qu’on doit prononcer…

    Etant du nord je n’ajoute pas de chhh à la fin de mes mots, un S se pronconce comme il s’écrit c’est à dire : S. Et je ne tolèrerai jamais parce que vous êtes profs de portugais que vous me disiez comment je dois m’exprimer.
    A propos des « chh » je vous ferais d’ailleurs remarquez que c’est bien pour cette raison que la langue portugaise n’attire pas trop les francophones , les sifflantes de ce type ne sont guère très musicale à l’oreille d’un francophone..

    j’ajouterai que ce mépris dont vous faites la démonstration n’est pas uniquement en direction des gens du nord, il est réel également pour d’autres régions (sud, alentejo, algarve, madère, Açores etc..).

    Vous n’êtes pas mieux placer que Wllwaryn pour parler de prononciations ou de son pour ce qui concerne le portugais en général , vous êtes juste un prof de portugais (à la norme de Lisbonne) et à ce titre pouvez faire part de vos connaissances à ce sujet ce qui est tout à fait respecable

    Vous êtes prof de portugais et faites sa promotion c’est super, je vous félicite mais cela ne vous donne en aucun cas le droit d’uniformiser le portugais, ni même d’être méprisant envers ceux qui ont une façon de s’exprimer « comme dans leur bled » car vous n’êtes pas détenteur du portugais qui appartient à tous, la norme de Lisbonne ne reste qu’une norme qui fait office de référence elle n’a pas à forcer les autres à faire de même car ils n’ont pour des raisons culturelles et historiques aucune raison de le faire !

    Prenez conscience que la variété est une richesse, une langue n’est pas figée dans le temps, elle a des variantes , c’est bien pour cela qu’elle est vivante, selon les régions elle diffère et cela est tout à normal, cela s’explique par la culture et par l’histoire , cela n’est d’ailleurs nullement exclusif au portugais.
    Vous retrouvez des diversités au sein de toutes les langues, la langue française, mais aussi dans la langue allemande, italienne, anglaise, espagnoles pour ne citez que des exemples que je connais,

    Malheureusement le seul pays que je connaisse où il y a énormément de moqueries ou des tentatives d’imposer « LA NORME » aux autres c’est au Portugal qui encore une fois à beaucoup de progrès à faire à ce niveau, il est bien plus intéressant d’avoir cette diversité à étudier…
    D’ailleurs, je vous invite en tant que prof de portugais à vous y interessez…

    1. Carla Guerreiro

      Bonjour Macedo,

      Juste une question : où avez-vous lu du mépris de ma part relativement aux différents accents du Portugal? Ne m’attribuez pas de pensées que je n’ai pas. Merci.
      Pour votre gouverne, mes parents viennent de deux régions différentes. Mon père vient de Alentejo et ma mère vient de la région de Leiria. Très souvent, je les entends parler des différences de vocabulaire dans leurs régions et je les trouve très drôles et intéressantes. Mais le fait est que, dans n’importe quel pays, la « norme » la plus répandue, y compris et surtout dans les médias, est celle de sa capitale ou alors celle de certaines villes universitaires (Coimbra pour le Portugal, Tours pour la France et Oxford pour l’Angleterre). C’est un fait et il n’y a pas de « chauvinisme régionaliste » là-dedans. C’est comme ça. Et cela ne signifie SURTOUT PAS que je prône une uniformisation quelconque. Sauf que, en tant qu’enseignante de Portugais langue-étrangère, je ne vais pas enseigner les différentes variantes régionales à un débutant, sinon il ne comprendra rien. Les régionalismes, c’est pour plus tard, lorsque l’élève aura un niveau suffisant pour les comprendre. Mais voilà, ça, vous et les portugais en général, vous ne le comprendrez jamais et vous préférez me faire la leçon.
      En ce qui concerne la prononciation du ch, voici ce que je vous avez écrit : « Etant du nord je n’ajoute pas de chhh à la fin de mes mots, un S se prononce comme il s’écrit c’est à dire : S. Et je ne tolèrerai jamais parce que vous êtes profs de portugais que vous me disiez comment je dois m’exprimer. » Or, cela se passe à Porto, mais pas partout au Portugal. Aucune ville (que ce soit Lisbonne ou Porto) n’est le centre du monde, donc arrêtez de regarder votre nombril. Vous ne tolérez pas que je vous donne des leçons, et je ne tolère pas que vous m’attribuez des pensées que je n’ai pas.
      Arrêtez donc de venir me faire la leçon. Merci.

    2. José Almeida

      Bom dia Macedo

      Je ne suis pas natif portugais mais j’ai appris le portugais au Brésil et je suis né las bas, et je trouve assez bizarre que on se prenne le chou pour la prononciation d’une langue, pour moi il n’y a pas de normes de prononciation chaque pays, chaque région, même entre ville sa peu être différent. Les normes d’une langue ne sont visible que à l’écrit pas en prononciation, j’ai pris des cours de langues d’anglais en France et pour nous habituer on avait des enregistrements avec des multitudes d’accent mais par contre c’était à l’écrit que retrouvais les normes.

      De plus ce n’est pas à cause du « chhh » que le portugais n’est pas enseigné en France mais c’est parce que le pays n’est pas limitrophe au frontière française, quand on regarde bien les langues les plus enseigner dans tous le pays sont l’anglais, l’allemand, l’italien, et l’espagnol c’est tout. Pour les français il n’y à aucun intérêt à apprendre le portugais car 1ere ce n’est pas limitrophe et en plus ce n’est pas la langue la plus utilisé dans le monde et puis s’il veule venir en france il parle français c’est comme ça qu’il réfléchisse les français dans la majorité du pays. Et puis on a une très mauvaise connaissance du portugal en France aussi. Quand on voit comment est enseigner l’histoire en France où on passe 10 ans sur la 2eme guerre mondiale et le reste on s’en fou un peu on survole alors quand on va sur les autres pays on nous apprends que 1/10 de son histoire sans parler des langues mdrrr quand j’entandais des profs me parler du Brésil et qu’il ne savait même pas la langue qui était parler du coup il me donnait le nom des ville avec un accent bien espagnol et non portugais du coup on peut comprendre aussi que les langues ne sont pas enseigner correctement en France.

      Pour ce qui est du « chhh » ou du « sss » ou « zzzz » a la place du « s » à l’écrit, non mais vous êtes sérieux la? Il suffit qu’une personne est un « ceveu sur langue » aller hop sa change toute les prononciations. Au Brésil tu passe une porte et celle du voisin et deja ils vont avoir des maniere differente de ce parler. Tu arrives a Rio ou il parle avec des « chhh » tu va a belo horizonte il parle avec des « sss » et tu va a fortaleza dans le nordeste il parle en mélangeant tout des fois c’est « chhh » et des fois c’est des « sss » mais on s’en fou de sa l’important c’est pas sa mais plutot les accents tonique qui nous permete de nous comprendre comme coco e cocó par exemple c’est sa le plus important en vrai dans l’accent à apprendre. L’apprenant parlera comme il veut après, le prof lui ne fais que lui parler comme il a l’habitude de parler puisque l’oral ne suit aucune norme à part un minimum de structure et les accents tonique au bon endroit sinon le reste on s’en fou royal. C’est comme si on se prenait la tête pour « você » et « tu » dans l’est du Brésil et dans le sud on va dire plutot « tu » alors que dans le reste et surtoutle nordeste on va dire seulement « você » mais on se prends pas la tête por savoir qui a raison qui a tort. Par contre dans les livres, les lettres administratives, la politique c’est un portugais bien formelle, bien structuré et bien normé la ok c’est important. Mais quand tu regarde même les débats entre politique ils ont pas une norme d’accent pour parler hein il parle avec l’accent d’où il sont natif c’est normal.

      Et pour finir j’ai fais le tour du Portugal et je ne sais pas pourquoi mais en voyant vos commentaires j’ai l’impression que c’est bien encrée dans votre culture de savoir si oui ou non on parle correctement bien portugais comme la norme ou non c’est même arrivé jusqu’au brésil car depuis je ne sais plus combien de temps de nouvelle norme on fait surface a la demande du portugal pour que les deux langue soit plus nrmaliser de la même manière c’est comme si la france demande au québec aller on réforme la langue à notre éfigie… Je dis sa parce que quand j’étais au portugal à chaque fois que j’essayais de parler en portugais tout de suite on me disais je ne comprends pas do you speak english … alors que quand je croisais des brésilien au portugal bizarrement il se foutait de mon accent et je pouvais discuter avec eux en portugais. J’ai eu l’impression que les portugais ne font pas d’effort (attention je parle d’une généralité) pour comprendre quelqu’un qui essaye de parler leur langue et préfère abandonné parce que le gars qui essaye il parle pas assez bien. Au Brésil il m’ont beaucoup aidé et corrigé et essayer de comprendre même si je parlais mal ce qui m’a permis d’évoluer. Et que ce soit à Porto ou dans le sud du portugal c’étais pareil pour moi. j’ai fais toute les ville du sud alfaro et j’ai remonter toute la côtes jusqu’a lisboa et porto et je n’ai pas trouver beaucoup de soutiens à part des communauté brésiliennes.

      Donc pour conclure au lieu de vous prendre le chou pour des prononciations prenez vous la main et apprenez à vos élèves comment la langue portugaise est si belle et arrêter avec les « chhh », les « sss » on s’en fou car celui qui veut vraiment apprendre la langue il l’apprendra que le prof lui parle avec des « cchhh » ou « sss » sa va pas changer grand chose du moment que tout le monde ce comprends.

      Até mais
      José

      1. Carla Guerreiro

        Merci encore une fois, José, pour votre commentaire adressé à Macedo. Il permet de combattre certaines idées dans son commentaire. Mais au fait le son « shhh » à la fin des mots perturbe beaucoup de personnes qui apprennent le portugais, surtout en France.
        Ensuite, lorsque vous dites que « en plus ce n’est pas la langue la plus utilisé dans le monde », c’est en effet ce que les français en général croient, mais il ne faut pas oublier que le portugais est la troisième langue européenne la plus parlée dans le monde.

        Bonne continuation.

        1. José Almeida

          Merci pour ces précision Carla. C’est vrai que le portugais est une langue très parlé dans le monde mes du point de vue des Français les pays le parlant ne sont peut être pas suffisemment intéressant et puis de toute façon les français n’aime pas apprendre les langues ormis les grandes ville comme Paris qui est très cosmopolite est qui pour moi est plus une ville d’europe et international comme londres avec ses quartiers spécifique chinoise, portugaise, anglo saxonne et j’en passe. Dans le reste du pays il faudrait déjà que les gens apprennes l’anglais ça serais déjà un grand pas pour l’évolution vers la mondialisation et l’accueil des étrangers touristes ou non. (Mais bon les brésilien dans certains états ont aussi beaucoup de progrès à faire sur l’anglais)

          A plus. José

          1. Carla Guerreiro

            Bom dia José,

            Merci pour votre commentaire.
            Les français ne sont pas pires que les autres pour l’apprentissage des langues.
            Cependant, il y a des mauvaises habitudes bien enracinées : le doublage en français à la télé et le recours abusif à la traduction en classe de langues.

        2. José Almeida

          Pour les « shh » :
          C’est pour ça que lors de l’apprentissage d’une langue il faut bien donner tout les styles d’accents utilisé dans la langues avec divers enregistrements ou des films en versions portugaise et brésilienne et pourquoi pas cap verdienne ou autre. C’est très important surtout quand l’apprenant n’as pas encore fait de voyage ou veut plus un style d’accent qu’un autre (il faut quand habituer son oreille à plusieurs manière de parler) même si le prof vient de lisbonne ou de porto ou pourquoi pas d’asie. Par exemple au cap vert on parle aussi créole (un patois de las bas que je comprends a peu près car ressemble au créole de guadeloupe) donc d’où l’importance de varier ou de faire connaitre toutes les manières de parler. (un australien n’as pas du tout le meme accent qu’un londonien et qu’un japonnais qui parle anglais.)

          Cordialement
          José

          1. Carla Guerreiro

            Tout à fait d’accord. Mais pas au niveau débutant (A1). C’est trop difficile pour un débutant, qui a déjà du mal avec la prononciation « standard ».
            Lorsqu’on arrive aux niveaux supérieurs (B2, C1, C2), là, c’est très utile et important de le faire.

  10. Carla Guerreiro

    Bonjour à tous.
    Je suis l’auteure de cet article et je voudrais ajouter cette remarque :

    Nota bene : les caractéristiques de la langue portugaise mentionnées dans cet article sont des caractéristiques générales. Bien évidemment, il y a de nombreuses variantes régionales relativement aux accents, à la prononciation et au vocabulaire, qui pourront être traitées dans un autre article si vous le souhaitez, l’objectif de cet article étant la diffusion de la langue portugaise auprès d’un public non-lusophone.

  11. José Almeida

    Bom dia a todos,

    Sou Brasileiro e français aussi. Je suis content d’être tombé sur ce site. Je suis assez d’accord que pour parler une langue étrangère il faut s’y plonger les deux pieds et pour moi le meilleurs moyen de s’y plonger réellement est de faire un voyage suffisament long pour être obligé de parler la langue du pays. Aujourd’hui la plupart des pays qui a une bonne relation politique avec la France nous donne 90 jours de séjours touristiques sans visa. Pour cela déjà essayer de commencer par trouver des forum ou chat de langues se faire des amis, invité et se faire invité dans les deux familles. C’est ce que je fait car j’avais déjà essayer d’apprendre le portugais pour parler par écrit à mon frère que j’avais retrouvé mais en France surtout dans les campagnes il est très difficile de trouver des cours de portugais. Alors j’avais utilisé des méthodes (harrap’s et autre forme) et très franchement je n’y arrivais pas. Tout simplement parce que pour moi tu peu apprendre à lire et écrire une langue comme le système de l’éducation national du college au lycée (à mon époque et c’est pas si vieux il y a 15 ans environs lol) mais cela ne t’aide pas vraiment à parler correctement avec les gens parce que tu ne sais pas comment les mots se prononce vraiment du coup tu as peur de parler mal, de ne pas te faire comprendre. J’était très bon en anglais à l’école avec 17 de moyenne mais franchement pour parler anglais avec les natifs et comprendre ce qu’il me dise sans leur faire répéter c’était impossible avant que j’e m’y rende un mois.
    Un jour j’en avais marre d’écouter des musiques, d’apprendre du vocabulaire que je finissais par oublier vu que je me servais jamais même si j’avais eu l’idée d’apprendre du vocabulaire courant comme une tasse, une chaise … des chose comme sa. Alors je me suis levé et je me suis dit « oh mince j’en ai marre je parle aucune langue correctement que ce soit l’anglais ou le portugais alors je vais m’y rendre au Brésil ». J’ai pris un billet d’avion et je suis parti dans les 15 jours qui suivit cette idée et j’ai été gourmands j’ai pris les 90 jours maximal que je pouvais sans visa sans rien connaitre de la langue à part quelques Phrases que je comprenais. J’avais été sur livemocha au paravent (site fermé malheureusement) et j’avais connu une fille qui apprenanait le français et je voulais apprendre le portugais. C’était niquel. Elle m’a invité chez elle quand je lui ai dit que j’arrivais au Brésil. Elle habite a vespasiano à côté de Belo Horizonte.
    Pourquoi je voulais apprendre cette langue avant une autre ? Comme je vous l’ai dit en haut je suis né au Brésil et j’ai été adopté par des français. J’avais retrouver ma famille lors d’un voyage que nous avions fait avec nos parents adoptifs 10 ans avant que je reparte, mais j’avais fini par reperdre le contact à cause de la langue car je ne comprenais pas ce qu’il m’écrivais mon frère et lui non plus malgré mes efforts pour apprendre la langue.
    Quand je suis retourné las bas cela à été la plus belle histoire et expérience de ma vie. Et je peux vous confirmer que lorsque on aime vraiment un pays et sa culture la langue ne devient qu’une formalité. Elle te vient à une vitesse tu peux pas savoir. Tu es obligé de la parler car des gestes ou de l’a peu près pendant 3 mois c’est très vite fatiguant. Pour moi ceux qui veule vraiment apprendre une langue parlé (c’est le plus important en faite car tu te met assis avant de te mettre debout et tu parle avant de savoir écrire) et bien surtout lancer vous et obligé les natifs a faire des efforts pour t’apprendre ou te parler dans leur langue car dans certains pays il s’embête pas comme au portugal dès que tu parle pas correctement portugais ils vont très vite te parler en anglais et moi sa m’a tellement énerver que je parlais même plus portugais las bas mais anglais ou français j’ai vite fait le tour du pays et je suis rentré. (pour les portugais le brésilien qui en plus a un accent français ne sais pas parler portugais, les seul qui me disait que je parlais bien c’était les communauté brésilienne avec qui je parlais enfin en portugais. Il faut dire aussi que le portugais du portugal et celui du brésil n’a rien à voir dans beaucoup de vocabulaire, dans la manière de la pensée, dans l’accent et dans beaucoup d’expression (déjà qu’il y a d’énorme différence dans le seul pays du Brésil du nord au sud) même si la forme structurel est la même.)

    Je suis vite rendu compte qu’en réalité le premier vocabulaire qu’il faut apprendre dans une langue ce sont les verbes. Parce que une chaise tu peux la désigner du doight donc tu fini forcément par l’apprendre mais une action, un état, tu fais comment pour le désigner? C’est plus difficile donc quand j’ai compris sa j’ai ouvert mes bouquins et je me suis mis a apprendre tout les verbes les plus importants dans une langue comme courir, aller, sauter, marcher, conduire, être, avoir, boire, manger… puisaprès les verbes il faut savoir compter c’est indispensable sinon tu va te faire vite prendre pour un pigeons ou que tu sois, puis viens les expressions et mots courants comme : ça va?, salut, bonjour, ça coute combien, … pour le reste sa rentre vite quand tu ne brûle pas les étapes en effet il y a plusieurs phase quand tu apprends une langue qui peut s’avérer très utile sa peu être chiant pour certains mais indispensable si tu veux faire des progrès vite la première phase est celle de « l’écoute » écoute ce que l’on te dis, les conversations sans intéragir au début tu va te familiariser avec l’accent mais concentre toi bien et essaye de chopper des mots par ci par la dans la conversation sans même les comprendre (fais gaffe sa fait mal au crane au début et il se peut que au bout de une semaine ton cerveau te dise stop tu fais une pause de un jour la mdrrr en gros tu commance a comprendre et au bout d’une semaine tu comprends plus rien c’est normal ton cerveau est sur booker la mdr ta juste a regarder un film dans ta langue natal ou autre tu appel tes parents ta famille et hop le lendemain c’est reparti a fond et cette fois ton cerveau ne te fera plus chier), la deuxième phase c’est « parler » essaye même si tu fais des erreurs ce n’est pas grave, la troisième c’est « lire » lis à haute voix à un natif si il a pas compris ce que tu as lu alors tu dois faire attention a ton accent et certains mot que tu connais mal (s’ayais sa fais 1 mois que tu ais las bas et tu comunique déjà avec tes correspondant correctement ou a peu près correctement) et enfin le dernier point « écrit » oui ne pas oublier cette phase c’est important il n’y a que comme sa que tu va te familiariser avec la structuration, les mots de la langue pour améliorer ton apprentissage …

    Par contre j’insiste bien sur le fait que apprendre une langue juste pour dire j’apprends une langue parce que j’ai envie sa ne fonctionne pas très longtemps et la par contre on l’oubli vite, pour apprendre une langue déjà sans y avoir été il faut autant s’intéresser à l’histoire, à la culture et avoir un vrai but car à ce moment la langue ne deviens qu’une formalité et elle rentre d’autant plus facilement. Moi par exemple j’aime énormément le Japon, je connais de mieux en mieux leur culture et leur histoire, j’apprends quelques mots par ci par la mais très franchement dès que je peux y aller j’y vais de ce pas et j’y resterais 3 mois je pense ou plus je ne sais pas j’apprends las bas. J’irais 10000 fois plus vite en restant las bas qu’en essayant d’apprendre le japonais ici. Et puis surtout ce n’est pas la langue des livres bien formater qu’on a besoin pour parler au gens mais celle de la rue, celle de tous les jours et sa n’a rien avoir.

    Pour ne pas l’oublier une fois rentré c’est très simple, si la langue est bien ancrée alors tu ne l’oublira pas si facilement même mieux tu peux t’améliorer en continuant à pratiquer avec tes amis que tu t’étais fait pendant ton voyage, en regardant des films et en lisant des livres, des journaux, mais un moment donner tu risque d’avoir quand même des problèmes pour parler quand tu veux joindre ton pote par téléphone ou par webcam mais ne t’inquiète pas c’est normal c’est parce que ton cerveau à besoin d’un tant d’adaptation pour se remettre en mode que portugais ou que espagnol et même si c’est ta langue natal tu peux quand même avoir du mal. Quand j’étais las bas je ne parlais pas un mot français alors quand je suis revenu j’avais beaucoup de mal à parler français mais c’est très vite revenu.

    Voila mon parcours et je compte ne pas m’arrêter la, après le portugais je vise l’espagnol de l’amérique latine (oui j’aime assez peu l’espagne alors que l’argentine, le pérou, cuba et le mexique me font rêver), comme je sais qu’il y a tant de différence entre une même langue d’un continant à un autre je préfère apprendre cette langue dans la version ou le pays me fait le plus rêver. ^^ … puis le japonais ou avant on verra. Je compte aussi aller en australie j’ai des amis las bas donc la c’est sur l’anglais ne sera qu’une formalité ^^ 🙂

    Então vamos lá e continuamos a aprender o português essa língua tão linda demais. Se você quer ir pra no Brasil eu posso te ajudar, tenho amigos e familia em fortaleza e trairi isso é no estado do Ceará no Nordeste. Também tenho amigos em Belo Horizonte e no vespasiano isso é no centro. Pode me escrever ao josealmeidatr@gmail.com
    Daqui a pouco eu vou pra viver no Brasil, eu levou minha esposa e meus filhotes lá kkkk então poderei receber pessoas quem queria ir e aprender mais rápido.
    Até mais e boa sorte.

    José

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.